Les Etats-Unis ont démontré leur volonté de décrocher un 10e titre mondial et le débat physique était disproportionné. Un match de très haut niveau qui aura profité aux filles de Philip Mestdagh avant le duel pour le bronze dimanche. Le sélectionneur national aura fait tourner un peu son effectif dans les dernières minutes, ne mettant Ann Wauters que 4 minutes sur le terrain. Emma Meesseman aura elle monté encore son niveau de jeu face à des joueuses qu'elles connaît parfaitement de la WNBA, le championnat professionnel nord-américain qu'elle a laissé de côté cet été (pour la première fois depuis 5 ans) pour donner la priorité à l'équipe nationale. "Je suis vraiment fière de mon équipe. Honnêtement, nous avons produit un bon basket et hormis à la fin du troisième quart temps on leur a mené la vie dure", a estimé l'ailière flandrienne auteur de 13 points et toujours deuxième meilleure évaluation de la Coupe du monde derrière l'Australienne Liz Cambage. "Nous allons apprendre encore énormément de ce match. Jouer de cette manière contre les Etats-Unis en demi-finale de la Coupe du monde, cela montre que notre équipe a encore de belles années devant elle." Côté américain, Diana Taurasi, auteur de 26 points, dont un 5/10 à 3 pts, reconnaissait qu'il était difficile de défendre contre la Belgique qui aura inscrit 26 points dans le premier quart. "Elles sont dures à tenir. Tu vois qu'elles jouent ensemble depuis longtemps. Quand tu fais une erreur, elles te le font payer. Elles ont vraiment bien joué une bonne partie du match, et c'est vraiment, vraiment une bonne équipe", a concédé l'Américaine, qui fut coéquipière d'Emma Meesseman à Ekaterinburg. (Belga)