"Ce ne fut certainement pas facile, les goals et le résultat sont là, mais il reste pas mal de détails à régler", concède la milieu de terrain Michelle Struijk. "Nous sommes montées un peu nerveuses sur le terrain. Cela explique peut-être notre difficulté à marquer aujourd'hui. Pour plusieurs filles il s'agissait de leur première Coupe du Monde et deux joueuses (Lucie Breyne et Alexia 'T Serstevens, ndlr) disputaient même leur tout premier tournoi international, mais cela ne peut qu'aller mieux par la suite." Un terrain trop vite sec en raison de la chaleur a provoqué de nombreux ratés inhabituels à ce niveau, émaillant la rencontre de part et d'autre pour les deux équipes. "Le terrain et la chaleur sont deux challenges pour nous. Ce sont deux aspects que nous ne pouvons changer mais plutôt nous adapter en cours de tournoi" Un avis partagé par son coach Raoul Ehren, qui met en cause l'horaire. "Cela ira mieux mardi et mercredi soir lorsque le soleil assèchera moins le terrain", a ajouté Ehren. (Belga)

"Ce ne fut certainement pas facile, les goals et le résultat sont là, mais il reste pas mal de détails à régler", concède la milieu de terrain Michelle Struijk. "Nous sommes montées un peu nerveuses sur le terrain. Cela explique peut-être notre difficulté à marquer aujourd'hui. Pour plusieurs filles il s'agissait de leur première Coupe du Monde et deux joueuses (Lucie Breyne et Alexia 'T Serstevens, ndlr) disputaient même leur tout premier tournoi international, mais cela ne peut qu'aller mieux par la suite." Un terrain trop vite sec en raison de la chaleur a provoqué de nombreux ratés inhabituels à ce niveau, émaillant la rencontre de part et d'autre pour les deux équipes. "Le terrain et la chaleur sont deux challenges pour nous. Ce sont deux aspects que nous ne pouvons changer mais plutôt nous adapter en cours de tournoi" Un avis partagé par son coach Raoul Ehren, qui met en cause l'horaire. "Cela ira mieux mardi et mercredi soir lorsque le soleil assèchera moins le terrain", a ajouté Ehren. (Belga)