CR7 a fêté son but en pointant son doigt d'abord sur sa poitrine, puis sur le sol, et en faisant enfin des deux mains le geste signifiant "on se calme", avant de réaliser sa célébration habituelle, comme pour insister "je suis ici, donc le reste ne compte pas". Ce langage corporel est éloquent alors que l'intéressé n'a toujours pas dit un mot depuis que son nom noircit les pages de tous les journaux. La mégastar continue d'ignorer le fracas des rumeurs sur son éventuelle envie de quitter le Real Madrid et la tourmente médiatico-judiciaire après la plainte du Tribunal de Madrid pour fraude fiscale présumée de 14,7 millions d'euros. Mardi, le quadruple Ballon d'Or a été convoqué le 31 juillet par la justice espagnole en vue d'une mise en examen dans ce dossier. Mercredi, CR7 marque et répond, à sa manière. A Moscou, grâce à lui, les champions d'Europe ont fait une excellente opération avec cette première victoire de l'histoire du Portugal sur le sol russe, puisqu'ils ont pris la tête du groupe A, en attendant la rencontre entre le Mexique et la Nouvelle-Zélande. Dès la 8e minute de jeu, Ronaldo a repris victorieusement de la tête au deuxième poteau un long centre de Guerreiro, trompant ainsi Akinfeïev, portier russe à la 100e sélection marquée d'une défaite mais aussi de beaux arrêts. Le crack du Real a été le principal protagoniste du match. S'il a marqué le but de la victoire, il a aussi buté sur Akinfeev après avoir effacé Vasin d'un passement de jambes (32e), manqué le cadre de la tête alors que le gardien avait déserté sa cage (63e) et trop enlevé une frappe en bonne position (65e). Il avait lui-même été à l'origine de ces occasions en remontant le ballon et en décalant un partenaire lui rendant la politesse. Ses coéquipiers se sont partagé les miettes offensives, comme André Silva dont la tête à bout portant était captée par Akinfeïev (50e). Ronaldo était bien entouré par les trois Silva, remplaçants dimanche et titulaires mercredi: Adrien dans l'entrejeu, Bernardo sur le côté droit et André devant, respectivement aux postes occupés précédemment par Moutinho, Quaresma et Nani. D'où un coup de fraîcheur dans le onze de départ et du mouvement dans le jeu portugais, sous l'impulsion notamment de Bernardo Silva. Du moins en première période. Car comme face aux Mexicains, le Portugal a énormément souffert en seconde période. Seule la maladresse des Russes l'a prémuni d'une nouvelle désillusion. La désillusion était pour Guerreiro: le joueur de Dortmund, hospitalisé, s'est peut-être "cassé la jambe", comme le craint Fernando Santos. (Belga)

CR7 a fêté son but en pointant son doigt d'abord sur sa poitrine, puis sur le sol, et en faisant enfin des deux mains le geste signifiant "on se calme", avant de réaliser sa célébration habituelle, comme pour insister "je suis ici, donc le reste ne compte pas". Ce langage corporel est éloquent alors que l'intéressé n'a toujours pas dit un mot depuis que son nom noircit les pages de tous les journaux. La mégastar continue d'ignorer le fracas des rumeurs sur son éventuelle envie de quitter le Real Madrid et la tourmente médiatico-judiciaire après la plainte du Tribunal de Madrid pour fraude fiscale présumée de 14,7 millions d'euros. Mardi, le quadruple Ballon d'Or a été convoqué le 31 juillet par la justice espagnole en vue d'une mise en examen dans ce dossier. Mercredi, CR7 marque et répond, à sa manière. A Moscou, grâce à lui, les champions d'Europe ont fait une excellente opération avec cette première victoire de l'histoire du Portugal sur le sol russe, puisqu'ils ont pris la tête du groupe A, en attendant la rencontre entre le Mexique et la Nouvelle-Zélande. Dès la 8e minute de jeu, Ronaldo a repris victorieusement de la tête au deuxième poteau un long centre de Guerreiro, trompant ainsi Akinfeïev, portier russe à la 100e sélection marquée d'une défaite mais aussi de beaux arrêts. Le crack du Real a été le principal protagoniste du match. S'il a marqué le but de la victoire, il a aussi buté sur Akinfeev après avoir effacé Vasin d'un passement de jambes (32e), manqué le cadre de la tête alors que le gardien avait déserté sa cage (63e) et trop enlevé une frappe en bonne position (65e). Il avait lui-même été à l'origine de ces occasions en remontant le ballon et en décalant un partenaire lui rendant la politesse. Ses coéquipiers se sont partagé les miettes offensives, comme André Silva dont la tête à bout portant était captée par Akinfeïev (50e). Ronaldo était bien entouré par les trois Silva, remplaçants dimanche et titulaires mercredi: Adrien dans l'entrejeu, Bernardo sur le côté droit et André devant, respectivement aux postes occupés précédemment par Moutinho, Quaresma et Nani. D'où un coup de fraîcheur dans le onze de départ et du mouvement dans le jeu portugais, sous l'impulsion notamment de Bernardo Silva. Du moins en première période. Car comme face aux Mexicains, le Portugal a énormément souffert en seconde période. Seule la maladresse des Russes l'a prémuni d'une nouvelle désillusion. La désillusion était pour Guerreiro: le joueur de Dortmund, hospitalisé, s'est peut-être "cassé la jambe", comme le craint Fernando Santos. (Belga)