"Mon équipe était bien. Je suis fier des garçons, dans le foot on souffre et c'est normal: au haut niveau, il n'existe pas de clubs ou de sélections qui ne souffrent pas. Nous avons eu trois ou quatre occasions de plus, espérons que cela ne nous porte pas préjudice." Le Mexique jouera sa qualification en demi-finale lors de la dernière journée face à la Russie, pays organisateur. "C'est une grand équipe, et évidemment avec le soutien de son public ce sera un adversaire très difficile à vaincre. Nous continuerons à jouer un jeu offensif, nous n'avons jamais abordé un match pour faire un nul, nous essaierons de le gagner". Auteur de la passe décisive à Peralta sur le but victorieux, Javier Aquino a été élu homme du match: "Je suis très reconnaissant, c'est le travail du groupe, je le dédie à mes coéquipiers", a déclaré le latéral qui évolue à Tigres. "On a obtenu un bon résultat dans des actions auxquelles j'ai participé. En première période, nous ne sommes pas entrés dans le rythme du match, nous avons suivi le style direct des Néo-Zélandais. En seconde période nous avons fait un gros travail et mes coéquipiers m'ont bien transmis le ballon. Cela m'a permis de faire de bonnes passes. La Nouvelle-Zélande est une équipe très forte physiquement et mentalement. Leur but nous a un peu surpris. Après on s'est dit qu'il fallait continuer en bloc, continuer à travailler et montrer la manière dont joue le Mexique". Anthony Hudson, sélectionneur de la Nouvelle-Zélande, a vu son équipe mener au score et même avoir les occasions de faire le break avant de subir le retour du Mexique. "Tout le monde était déçu dans le vestiaire, nous sentions que nous méritions mieux. Nous avons fait une première période incroyable", estime Hudson. "Il ne faisait pas l'ombre d'un doute que nous étions la meilleure équipe sur le terrain en première mi-temps. Il s'agira maintenant de traduire cela par des résultats à l'avenir". La Nouvelle-Zélande, battue par la Russie en ouverture, est déjà éliminée. (Belga)

"Mon équipe était bien. Je suis fier des garçons, dans le foot on souffre et c'est normal: au haut niveau, il n'existe pas de clubs ou de sélections qui ne souffrent pas. Nous avons eu trois ou quatre occasions de plus, espérons que cela ne nous porte pas préjudice." Le Mexique jouera sa qualification en demi-finale lors de la dernière journée face à la Russie, pays organisateur. "C'est une grand équipe, et évidemment avec le soutien de son public ce sera un adversaire très difficile à vaincre. Nous continuerons à jouer un jeu offensif, nous n'avons jamais abordé un match pour faire un nul, nous essaierons de le gagner". Auteur de la passe décisive à Peralta sur le but victorieux, Javier Aquino a été élu homme du match: "Je suis très reconnaissant, c'est le travail du groupe, je le dédie à mes coéquipiers", a déclaré le latéral qui évolue à Tigres. "On a obtenu un bon résultat dans des actions auxquelles j'ai participé. En première période, nous ne sommes pas entrés dans le rythme du match, nous avons suivi le style direct des Néo-Zélandais. En seconde période nous avons fait un gros travail et mes coéquipiers m'ont bien transmis le ballon. Cela m'a permis de faire de bonnes passes. La Nouvelle-Zélande est une équipe très forte physiquement et mentalement. Leur but nous a un peu surpris. Après on s'est dit qu'il fallait continuer en bloc, continuer à travailler et montrer la manière dont joue le Mexique". Anthony Hudson, sélectionneur de la Nouvelle-Zélande, a vu son équipe mener au score et même avoir les occasions de faire le break avant de subir le retour du Mexique. "Tout le monde était déçu dans le vestiaire, nous sentions que nous méritions mieux. Nous avons fait une première période incroyable", estime Hudson. "Il ne faisait pas l'ombre d'un doute que nous étions la meilleure équipe sur le terrain en première mi-temps. Il s'agira maintenant de traduire cela par des résultats à l'avenir". La Nouvelle-Zélande, battue par la Russie en ouverture, est déjà éliminée. (Belga)