23 novembre 2019 - Eupen-Standard 1-2 : la délivrance de Bastien

Les Rouches se rendent au Kehrweg dans l'espoir de se relancer après une défaite surprise à Sclessin face à Malines. Dans une équipe du Standard qui marche plutôt pas mal, MPH aligne son onze-type avec notamment la présence de Mpoku, Emond ou Carcela. Eupen, placé dans un 5-4-1 très défensif mis en place par Beñat San José, souffre durant toute la première mi-temps. Après l'ouverture du score de Polo, le Standard continue à harceler les Pandas et touche même à deux reprises le montant d'Ortwin de Wolf.

La déliverance vient de Samuel Bastien., BELGA (BRUNO FAHY)
La déliverance vient de Samuel Bastien. © BELGA (BRUNO FAHY)

Malgré une première période dominée en long et en large par les Liégeois, les germanophones démarrent la seconde période sur les chapeaux de roue et égalisent juste avant l'heure de jeu via une lourde frappe de Schouterden. Reculant de plus en plus, les Rouches sont tout proches d'en prendre un deuxième. Changement de plan pour Preud'homme, qui décide de faire rentrer Oulare et Avenatti afin de pratiquer un kick & rush. Et ce changement s'avèrera payant, car c'est sur un centre dévié par Avenatti que Bastien viendra délivrer les supporters liégeois à quelques secondes de la fin du temps additionel et permettra aux Standardmen de s'imposer 1-2.

6 novembre 2010 - Standard-Eupen 1-3 : pas de Cartier pour Eupen

Le Standard de Witsel, Tchité et Leye reçoit l'Eupen de Milicevic, Zukanovic et Werner. Un mois après avoir détruit Anderlecht (5-1), les hommes de Dominique D'Onofrio ne devraient faire qu'une bouchée des germanophones d'Albert Cartier, bon dernier de Pro League. Pourtant, après 25 minutes de jeu, Kevin Vandenbergh a déjà fait trembler les filets de Van Hout à deux reprises, bien aidé par le géant portier, soit dit en passant.

Le tacleur masqué., BELGA (MICHEL KRAKOWSKI)
Le tacleur masqué. © BELGA (MICHEL KRAKOWSKI)

Malgré une nette domination du Standard, le score ne bouge pas jusqu'à une superbe inspiration du jeune Cyriac, qui décoche une frappe imparable pour Werner. Alors que la machine rouche semble lancée, Mangala active la grande faucheuse sur Espinal, pourtant peu dangereux sur le côté du rectangle. Jadid se charge de la réalisation du penalty et permet à la KAS de quitter pour la première fois de la saison la lanterne rouge.

26 janvier 2017 - Eupen-Standard 2-2: le début de la fin de Jankovic

À l'apogée de la période Aspire, le mélange hispano-africain amène énormément de mouvement offensif grâce aux dribbles d'Onyekuru, aux courses de Sylla et à la vista de Garcia, mais surtout des gros trous derrière. En effet, l'équipe de Condom est la pire défense de Pro League avec pas moins de 51 buts encaissés en 22 matches. Le Standard de Jankovic est à la traîne en championnat avec une petite neuvième place et sort d'une déroute face à Bruges à domicile (0-3). Le système à trois défenseurs testé pendant toute la trêve par Jankovic a montré toutes ses limites face aux Blauw en Zwart et c'est logiquement que le Serbe revient au 4-4-2 de base avec Belfodil et Orlando Sá devant.

Ishak Belfodil en lutte contre le délicieux Luis Garcia., BELGA (NICOLAS LAMBERT)
Ishak Belfodil en lutte contre le délicieux Luis Garcia. © BELGA (NICOLAS LAMBERT)

Il ne fallait pas arriver en retard au Kerhweg puisque c'est seulement après deux minutes que le nouvel arrivant, Razvan Marin, distille son premier assist en centrant pour Belfodil qui place sa tête au fond des filets. En deuxième mi-temps, Laifis dévie dans ses propres filets une frappe de Lazare esseulé au second poteau. Quelques minutes plus tard, c'est Mamadou Sylla qui donne l'avantage aux Pandas d'un plat du pied après s'être joué d'un Laifis désastreux. Alors qu'on se dirige vers un succès germanophone, la trajectoire d'une longue balle de Scholz est mal estimée par Van Crombrugge qui laisse Belfodil planter sa neuvième rose dans le jardin eupenois.

20 janvier 2018 - Standard-Eupen 3-2 : Leye, presque bourreau du Standard

Match de reprise à Sclessin, où l'équipe de Sa Pinto entame sa course aux play-offs 1. À la huitième place, la victoire est obligatoire face à la lanterne rouge eupenoise. Le match démarre fort, il ne faut que treize minutes pour qu'un certain Mbaye Leye ne place un coup de casque pour donner l'avantage aux joueurs des Cantons de l'Est. Avantage qu'ils ne garderont pas longtemps, Orlando Sa égalisant moins de deux minutes plus tard. Leye, en feu, délivre à la demi-heure de jeu un assist pour Koné qui redonne l'avantage aux Pandas, mais Sa, encore lui, remet une nouvelle fois les deux équipes à égalité juste avant le repos. Drôle de soirée pour Mbaye, qui quittera ses partenaires après 67 minutes après s'être vu brandir un deuxième carton jaune. C'est le capitaine, Pocognoli, qui inscrit, dans les arrêts de jeu le but de la victoire pour les Rouches via une superbe tête plongeante.

Quand Mbaye Leye faisait douter son ex-futur club., BELGA (BRUNO FAHY)
Quand Mbaye Leye faisait douter son ex-futur club. © BELGA (BRUNO FAHY)

21 novembre 2020 - Standard-Eupen 2-2 : Bodart buteur

Sur la pente descendante depuis la blessure de Vanheusden, les hommes de Montanier défient des Eupenois qui alternent le chaud et le froid dans ce début de compétition. Le coach français aligne un 5-4-1 excessivement prudent tandis que son homologue espagnol San José aligne un 4-3-3. À se demander qui joue à domicile. Particulièrement lorsqu'on voit autant le Standard courir après le ballon. Le match ne semblait que très peu emballant. Surtout après les trente premières minutes pauvres en occasion.

Le match démarre enfin à la 35ème sur un magnifique ciseau de Bokadi. Une minute plus tard, l'égalité sera rétablie via Preljvak. Shamir, en difficulté depuis le début du match, sera exclu après s'être vu brandir un second bristol jaune en trois minutes. Après le repos, Stef Peeters glace Bodart d'un superbe coup franc brossé dans la lucarne du portier liégeois. Alors qu'on pensait qu'Eupen avait fait le break avec le but du 1-3 d'Agbadou à la 90ème minute, l'arbitre annule finalement le goal suite à l'écran de Prevljak sur Laifis. La dernière chance du Standard se déroule à la 95ème minute, avec un coup-franc botté par Gavory. Le centre du Français est repoussé par la défense eupenoise dans les pieds de Collins Fai, qui centre à ras de sol pour Bodart qui pousse la balle dans le goal, lui qui était monté dans la surface adverse pour apporter le surnombre. Arnaud entre donc, à ce moment-là, dans le cercle fermé des gardiens ayant scoré.

Par Robin Maroutaëff (st.)

Les Rouches se rendent au Kehrweg dans l'espoir de se relancer après une défaite surprise à Sclessin face à Malines. Dans une équipe du Standard qui marche plutôt pas mal, MPH aligne son onze-type avec notamment la présence de Mpoku, Emond ou Carcela. Eupen, placé dans un 5-4-1 très défensif mis en place par Beñat San José, souffre durant toute la première mi-temps. Après l'ouverture du score de Polo, le Standard continue à harceler les Pandas et touche même à deux reprises le montant d'Ortwin de Wolf. Malgré une première période dominée en long et en large par les Liégeois, les germanophones démarrent la seconde période sur les chapeaux de roue et égalisent juste avant l'heure de jeu via une lourde frappe de Schouterden. Reculant de plus en plus, les Rouches sont tout proches d'en prendre un deuxième. Changement de plan pour Preud'homme, qui décide de faire rentrer Oulare et Avenatti afin de pratiquer un kick & rush. Et ce changement s'avèrera payant, car c'est sur un centre dévié par Avenatti que Bastien viendra délivrer les supporters liégeois à quelques secondes de la fin du temps additionel et permettra aux Standardmen de s'imposer 1-2.Le Standard de Witsel, Tchité et Leye reçoit l'Eupen de Milicevic, Zukanovic et Werner. Un mois après avoir détruit Anderlecht (5-1), les hommes de Dominique D'Onofrio ne devraient faire qu'une bouchée des germanophones d'Albert Cartier, bon dernier de Pro League. Pourtant, après 25 minutes de jeu, Kevin Vandenbergh a déjà fait trembler les filets de Van Hout à deux reprises, bien aidé par le géant portier, soit dit en passant. Malgré une nette domination du Standard, le score ne bouge pas jusqu'à une superbe inspiration du jeune Cyriac, qui décoche une frappe imparable pour Werner. Alors que la machine rouche semble lancée, Mangala active la grande faucheuse sur Espinal, pourtant peu dangereux sur le côté du rectangle. Jadid se charge de la réalisation du penalty et permet à la KAS de quitter pour la première fois de la saison la lanterne rouge.À l'apogée de la période Aspire, le mélange hispano-africain amène énormément de mouvement offensif grâce aux dribbles d'Onyekuru, aux courses de Sylla et à la vista de Garcia, mais surtout des gros trous derrière. En effet, l'équipe de Condom est la pire défense de Pro League avec pas moins de 51 buts encaissés en 22 matches. Le Standard de Jankovic est à la traîne en championnat avec une petite neuvième place et sort d'une déroute face à Bruges à domicile (0-3). Le système à trois défenseurs testé pendant toute la trêve par Jankovic a montré toutes ses limites face aux Blauw en Zwart et c'est logiquement que le Serbe revient au 4-4-2 de base avec Belfodil et Orlando Sá devant. Il ne fallait pas arriver en retard au Kerhweg puisque c'est seulement après deux minutes que le nouvel arrivant, Razvan Marin, distille son premier assist en centrant pour Belfodil qui place sa tête au fond des filets. En deuxième mi-temps, Laifis dévie dans ses propres filets une frappe de Lazare esseulé au second poteau. Quelques minutes plus tard, c'est Mamadou Sylla qui donne l'avantage aux Pandas d'un plat du pied après s'être joué d'un Laifis désastreux. Alors qu'on se dirige vers un succès germanophone, la trajectoire d'une longue balle de Scholz est mal estimée par Van Crombrugge qui laisse Belfodil planter sa neuvième rose dans le jardin eupenois. Match de reprise à Sclessin, où l'équipe de Sa Pinto entame sa course aux play-offs 1. À la huitième place, la victoire est obligatoire face à la lanterne rouge eupenoise. Le match démarre fort, il ne faut que treize minutes pour qu'un certain Mbaye Leye ne place un coup de casque pour donner l'avantage aux joueurs des Cantons de l'Est. Avantage qu'ils ne garderont pas longtemps, Orlando Sa égalisant moins de deux minutes plus tard. Leye, en feu, délivre à la demi-heure de jeu un assist pour Koné qui redonne l'avantage aux Pandas, mais Sa, encore lui, remet une nouvelle fois les deux équipes à égalité juste avant le repos. Drôle de soirée pour Mbaye, qui quittera ses partenaires après 67 minutes après s'être vu brandir un deuxième carton jaune. C'est le capitaine, Pocognoli, qui inscrit, dans les arrêts de jeu le but de la victoire pour les Rouches via une superbe tête plongeante. Sur la pente descendante depuis la blessure de Vanheusden, les hommes de Montanier défient des Eupenois qui alternent le chaud et le froid dans ce début de compétition. Le coach français aligne un 5-4-1 excessivement prudent tandis que son homologue espagnol San José aligne un 4-3-3. À se demander qui joue à domicile. Particulièrement lorsqu'on voit autant le Standard courir après le ballon. Le match ne semblait que très peu emballant. Surtout après les trente premières minutes pauvres en occasion. Le match démarre enfin à la 35ème sur un magnifique ciseau de Bokadi. Une minute plus tard, l'égalité sera rétablie via Preljvak. Shamir, en difficulté depuis le début du match, sera exclu après s'être vu brandir un second bristol jaune en trois minutes. Après le repos, Stef Peeters glace Bodart d'un superbe coup franc brossé dans la lucarne du portier liégeois. Alors qu'on pensait qu'Eupen avait fait le break avec le but du 1-3 d'Agbadou à la 90ème minute, l'arbitre annule finalement le goal suite à l'écran de Prevljak sur Laifis. La dernière chance du Standard se déroule à la 95ème minute, avec un coup-franc botté par Gavory. Le centre du Français est repoussé par la défense eupenoise dans les pieds de Collins Fai, qui centre à ras de sol pour Bodart qui pousse la balle dans le goal, lui qui était monté dans la surface adverse pour apporter le surnombre. Arnaud entre donc, à ce moment-là, dans le cercle fermé des gardiens ayant scoré.Par Robin Maroutaëff (st.)