Le KRC Genk peut se préparer à la finale de la Coupe de Belgique. Les Limbourgeois ont battu le RSC Anderlecht 1-2 en demi-finale dimanche au Lotto Park. "Nous sommes venus ici pour arracher un billet pour la finale et nous avons réussi", a déclaré un entraîneur satisfait, John van den Brom. Genk rencontrera le Standard en finale le 24 ou le 25 avril au stade Roi Baudouin de Bruxelles.

"Nous avons bien commencé le match et avec du cran", analysait Van den Brom. "Nous avons marqué un joli but, avec une belle course et une finition de Paul Onuachu, un vrai finisseur. Après cela, nous avons trop joué avec de longs ballons. Pendant la mi-temps, j'ai continué à prôner de jouer au football, sans prendre trop de risques. Le 0-2 est un but chanceux, mais il faut parfois avoir de la chance en football. Après le carton rouge de Jhon Lucumi et le but qui a réduit le score, les choses se sont compliquées. C'était des minutes excitantes sur le banc, mais heureusement, nous avons réussi." "Je veux complimenter mes garçons", a poursuivi le Néerlandais.

"Physiquement, nous sommes très bons et vous l'avez remarqué aujourd'hui. Nous sommes venus pour gagner et nous avons réussi cette tâche. C'est une sacrée libération. Après le 1-2, nous savions que nous serions sous pression, le ballon peut toujours bien tomber pour Anderlecht. Mais mon équipe a fait tout ce qu'elle pouvait pour gagner." "Nous pouvons en profiter maintenant, après nous devons rapidement tourner le bouton et nous concentrer sur le championnat. Vendredi, nous jouons à nouveau contre le Standard, qui sera notre adversaire en finale. Cependant, il s'agira d'un match de championnat dans lequel nous voulons prendre des points dans la lutte pour les play-off 1."

"Seul le résultat compte en Coupe, et il est décevant" (Vincent Kompany)

Aujourd'hui, seul le résultat compte et il est décevant", a déclaré l'entraîneur du RSC Anderlecht Vincent Kompany en conférence de presse. "Cette défaite est donc un coup dur." "Dans les demi-finales de la Coupe, il n'y a que le résultat qui compte", a déclaré Kompany.

"La défaite est un revers, l'un de nos objectifs de la saison tombe maintenant. C'était un match très important pour tout le monde au club : joueurs, staff technique et supporters. Nous avons joué contre une bonne équipe avec de bons joueurs, mais Genk a surtout créé des occasions de loin. Je ne peux pas reprocher à mes joueurs aujourd'hui d'avoir ouvert la porte à l'arrière contre une équipe forte."

"C'est simple", poursuit le T1 bruxellois, "on fait des erreurs ensemble et on perd ensemble. Maintenant, nous devons nous concentrer à nouveau sur les prochains matchs de la Jupiler Pro League. Il y a encore beaucoup de choses en jeu. Les prochains matchs, nous devons à nouveau faire la différence. À Anderlecht, ce n'est jamais tranquille quand le club ne gagne pas, ça a toujours été comme ça. C'est maintenant mon rôle de faire progresser mes joueurs, afin qu'ils puissent faire la différence lors des prochains matchs."

La dernière fois que les Mauve et Blanc ont atteint la finale, c'était en 2015, mais ils s'étaient alors inclinés face au rival Club de Bruges. La dernière victoire des neuf victoires des Anderlechtois remonte à 2008.

Le KRC Genk peut se préparer à la finale de la Coupe de Belgique. Les Limbourgeois ont battu le RSC Anderlecht 1-2 en demi-finale dimanche au Lotto Park. "Nous sommes venus ici pour arracher un billet pour la finale et nous avons réussi", a déclaré un entraîneur satisfait, John van den Brom. Genk rencontrera le Standard en finale le 24 ou le 25 avril au stade Roi Baudouin de Bruxelles. "Nous avons bien commencé le match et avec du cran", analysait Van den Brom. "Nous avons marqué un joli but, avec une belle course et une finition de Paul Onuachu, un vrai finisseur. Après cela, nous avons trop joué avec de longs ballons. Pendant la mi-temps, j'ai continué à prôner de jouer au football, sans prendre trop de risques. Le 0-2 est un but chanceux, mais il faut parfois avoir de la chance en football. Après le carton rouge de Jhon Lucumi et le but qui a réduit le score, les choses se sont compliquées. C'était des minutes excitantes sur le banc, mais heureusement, nous avons réussi." "Je veux complimenter mes garçons", a poursuivi le Néerlandais. "Physiquement, nous sommes très bons et vous l'avez remarqué aujourd'hui. Nous sommes venus pour gagner et nous avons réussi cette tâche. C'est une sacrée libération. Après le 1-2, nous savions que nous serions sous pression, le ballon peut toujours bien tomber pour Anderlecht. Mais mon équipe a fait tout ce qu'elle pouvait pour gagner." "Nous pouvons en profiter maintenant, après nous devons rapidement tourner le bouton et nous concentrer sur le championnat. Vendredi, nous jouons à nouveau contre le Standard, qui sera notre adversaire en finale. Cependant, il s'agira d'un match de championnat dans lequel nous voulons prendre des points dans la lutte pour les play-off 1."Aujourd'hui, seul le résultat compte et il est décevant", a déclaré l'entraîneur du RSC Anderlecht Vincent Kompany en conférence de presse. "Cette défaite est donc un coup dur." "Dans les demi-finales de la Coupe, il n'y a que le résultat qui compte", a déclaré Kompany. "La défaite est un revers, l'un de nos objectifs de la saison tombe maintenant. C'était un match très important pour tout le monde au club : joueurs, staff technique et supporters. Nous avons joué contre une bonne équipe avec de bons joueurs, mais Genk a surtout créé des occasions de loin. Je ne peux pas reprocher à mes joueurs aujourd'hui d'avoir ouvert la porte à l'arrière contre une équipe forte." "C'est simple", poursuit le T1 bruxellois, "on fait des erreurs ensemble et on perd ensemble. Maintenant, nous devons nous concentrer à nouveau sur les prochains matchs de la Jupiler Pro League. Il y a encore beaucoup de choses en jeu. Les prochains matchs, nous devons à nouveau faire la différence. À Anderlecht, ce n'est jamais tranquille quand le club ne gagne pas, ça a toujours été comme ça. C'est maintenant mon rôle de faire progresser mes joueurs, afin qu'ils puissent faire la différence lors des prochains matchs." La dernière fois que les Mauve et Blanc ont atteint la finale, c'était en 2015, mais ils s'étaient alors inclinés face au rival Club de Bruges. La dernière victoire des neuf victoires des Anderlechtois remonte à 2008.