Coupe de Belgique: Malines, vainqueur 1-2 à l'Union, premier finaliste

30/01/19 à 06:28 - Mise à jour à 08:54

Source: Belga

Le premier finaliste de l'édition 2018-2019 de la Croky Cup de football est connu. Il s'agit en effet du FC Malinois, vainqueur 1-2 (mi-temps: 0-1) à l'Union Saint-Gilloise, mardi soir en demi-finale retour (0-0 à l'aller), et peut-être désormais en route vers un doublé Coupe - Championnat. C'est la sixième fois dans son histoire que le Kavé se hisse au stade ultime de l'épreuve, mais il ne l'a remportée qu'une fois.

Coupe de Belgique: Malines, vainqueur 1-2 à l'Union, premier finaliste

© BELGA

Ambiance de fête, mais aussi d'angoisse, mardi soir sous les frondaisons du Parc Duden.

Les supporters unionistes, déchaînés, rageaient en effet d'être contraints de souffrir 90 ou 120 minutes, alors que tout ou presque, aurait déjà pu être dit à l'issue du match-aller (0-0) de cette demi-finale de Croky Cup contre Malines.

Et les plus anciens n'avaient pas oublié l'insolente mais infructueuse domination contre le Lierse, 0-0, lors de la précédente demi-finale disputée par le vieux club saint-gillois en 1969. Une épopée qui s'était très mal terminée, 4-0, lors du replay à la Chaussée de Lisp.

Le scénario, dans un contexte différent, a cette fois été inversé mais avec au bout du compte, la même déception.

Le premier tir de la rencontre, signé Teddy Teuma à la 2e minute, n'était pas assez appuyé pour inquiéter Michael Verrips.

Au quart d'heure en revanche, Teuma, encore lui, lança parfaitement en profondeur Percy Tau, qui un peu par précipitation, ajusta imparfaitement sa frappe.

Dommage pour l'Union qui allait par la suite encore manquer d'autres occasions. D'autant que Malines équilibra les échanges et après plusieurs timides tentatives avortées, Igor De Camargo reprit victorieusement de la tête hors de portée d'Adrien Saussez, un très bon centre de Nikola Storm, suite à une action menée sur le flanc gauche (0-1, 29e).

Clément Tainmont remplaça le capitaine malinois Onur Kaya, blessé, à la reprise.

L'Union fut près d'égaliser à la 48e, mais la tête de Tau heurta la transversale.

Roman Ferber relaya ensuite Mathias Fixelles pour apporter du poids supplémentaire à l'attaque unioniste.

Storm, déjà à l'assist lors de l'ouverture de la marque, a également permis à Tainmont de la doubler (0-2, 64e), ouvrant ainsi toute grande les grilles du Stade national à son équipe.

Même si une malencontreuse déviation de Laurent Lemoine a permis à l'Union de sauver l'honneur dans les arrêts de jeu (1-2, 90e+2).

Le Kavé connaîtra son adversaire en finale le 1er mai au Stade Roi Baudouin, mercredi soir à l'issue de l'autre demi-finale retour KVO Ostende - La Gantoise (aller 2-2) à la Versluys Arena.

On rappellera que le vainqueur de la Coupe est directement qualifié pour la phase de poules de l'Europa League.

Lauréat en 1987, Malines avait remporté la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes dans la foulée (1-0 contre Ajax).

"On a encore besoin de temps pour grandir"

"Oui, c'est une déception", a admis l'entraîneur de l'Union Saint-Gilloise Luka Elsner après l'élimination de son équipe, battue 1-2 par Malines au Parc Duden, mardi soir en demi-finale retour (0-0 à l'aller) de la Croky Cup de football. "La cause de ce désastre est facile à trouver. C'est l'efficacité d'un côté, et pas de l'autre. Malines a deux occasions et marque deux buts. Nous on en a beaucoup plus, mais aucune ne rentre..."

Ce n'était cependant pas, loin s'en faut, le seul regret du Slovène.

"En effet", confirme-t-il. "C'est surtout dommage d'avoir complètement perdu le fil après l'ouverture du score, alors qu'on avait jusque-là plutôt bien joué. Il fallait continuer comme ça, appliquer la tactique qui avait été décidée, et tenter de remonter la pente. Au lieu de cela on n'a pratiquement plus rien combiné de valable sur le terrain, ce qui justifie en quelque sorte cette défaite, même si au vu du match aller l'élimination est quand même assez cruelle. En conclusion je dois bien constater que le groupe est encore très jeune, et manque de maturité dans les moments difficiles. Tout le contraire de Malines. On doit grandir, et on a encore besoin de temps pour construire", conclut Luka Elsner.

"Je suis très triste et abattu", avouait de son côté l'attaquant Roman Ferber. "Vingt minutes de bon football, cela ne suffit pas pour gagner un match. Malines nous a donné une leçon de réalisme. Déjà en championnat, et maintenant en Coupe. On a tout foiré en cinq jours (allusion à la défaite 2-0 à Westerlo samedi passé en Proximus League, ndlr), et il ne nous reste maintenant plus rien. Ce n'est certes pas la fin du monde, mais quand même une immense déception", conclut Ferber, approuvé par son capitaine Pietro Perdichizzi".

"La Coupe s'envole après le championnat", rageait ce dernier. "On peut déjà préparer la prochaine saison. Malines, c'est deux occasions et deux buts. Nous, on a eu au moins trois. Faites le compte..."