"Ce deuxième match nous laisse évidemment un goût amer, mais je pense que nous pouvons surtout être fiers de ce que nous avons montré", a expliqué le capitaine Johan Van Herck. "Nous aurions certainement signé pour 1-1 à l'issue de cette première journée, mais c'est vrai que Kimmer a eu des occasions. Maintenant, il a disputé un très bon match et avec Ruben, qui a été fantastique, cela doit nous donner beaucoup de confiance pour la suite. Nous allons désormais pouvoir aligner deux joueurs frais en double et tous les espoirs restent permis." La bonne nouvelle, effectivement, fut la victoire, un peu inattendue, de Ruben Bemelmans contre le N.1 magyar, Attila Balazs (ATP 76), qui restait sur une demi-finale au tournoi ATP 500 de Rio. Le Limbourgeois, 32 ans, qui n'a disputé que des tournois Challenger et ITF depuis le début de l'année et n'est pas spécialement un spécialiste de la terre battue, a livré un match remarquable pour s'imposer 5-7, 7-6 (7/5) et 6-4 après 2h35 de jeu "Gagner pour son pays en Coupe Davis est toujours quelque chose de spécial", a expliqué le gaucher de Maasmechelen. "Qui plus est après l'année difficile que j'ai connue. Cela me fait vraiment du bien. J'ai choisi de disputer des plus petits tournois en début d'année pour retrouver du rythme et cela m'a aidé à reprendre confiance. J'étais vraiment avide de montrer ce dont j'étais encore capable et même après la perte du premier set, j'y continué à y croire. J'ai gardé la même tactique en me disant que je pourrai exécuter les choses un peu mieux. C'est chouette." (Belga)

"Ce deuxième match nous laisse évidemment un goût amer, mais je pense que nous pouvons surtout être fiers de ce que nous avons montré", a expliqué le capitaine Johan Van Herck. "Nous aurions certainement signé pour 1-1 à l'issue de cette première journée, mais c'est vrai que Kimmer a eu des occasions. Maintenant, il a disputé un très bon match et avec Ruben, qui a été fantastique, cela doit nous donner beaucoup de confiance pour la suite. Nous allons désormais pouvoir aligner deux joueurs frais en double et tous les espoirs restent permis." La bonne nouvelle, effectivement, fut la victoire, un peu inattendue, de Ruben Bemelmans contre le N.1 magyar, Attila Balazs (ATP 76), qui restait sur une demi-finale au tournoi ATP 500 de Rio. Le Limbourgeois, 32 ans, qui n'a disputé que des tournois Challenger et ITF depuis le début de l'année et n'est pas spécialement un spécialiste de la terre battue, a livré un match remarquable pour s'imposer 5-7, 7-6 (7/5) et 6-4 après 2h35 de jeu "Gagner pour son pays en Coupe Davis est toujours quelque chose de spécial", a expliqué le gaucher de Maasmechelen. "Qui plus est après l'année difficile que j'ai connue. Cela me fait vraiment du bien. J'ai choisi de disputer des plus petits tournois en début d'année pour retrouver du rythme et cela m'a aidé à reprendre confiance. J'étais vraiment avide de montrer ce dont j'étais encore capable et même après la perte du premier set, j'y continué à y croire. J'ai gardé la même tactique en me disant que je pourrai exécuter les choses un peu mieux. C'est chouette." (Belga)