Le match prenait une tournure dramatique d'emblée lorsque l'arbitre, Jonathan Lardot, sifflait un penalty pour les Anderlechtois après seulement 3 minutes de jeu pour une charge d'Emmanuel Agbadou sur Christian Kouamé dans la surface. Lior Refaelov ne se privait pas pour tromper Abdul Nurudeen et ouvrir le score (0-1, 5e). Les compteurs étaient rapidement remis à zéro, le nouveau venu eupenois Teddy Alloh était envoyé au tapis par Bogdan Mykhaylichenko dans la surface dix minutes plus tard et Smail Prevljak trompait Hendrik van Crombrugge depuis le point de penalty (1-1, 15e).

En deuxième période, les occasions se faisaient toujours aussi rares, voire inexistantes. Il fallait attendre le dernier quart d'heure pour voir les Pandas émerger, grâce à une frappe de Stef Peeters dans un angle très resserré après un rapide débordement de Konan N'Dri sur Francis Amuzu (77e). Les supporters d'Anderlecht n'avaient rien à se mettre sous la dent et devaient se contenter d'une tête de Christian Kouamé dans les mains de Nurudeen sur un corner de Refaelov (85e) et d'une frappe de l'attaquant ivoirien directement sur Nurudeen (91e).

Dans les arrêts de jeu, la stupéfaction frappait les joueurs comme les observateurs lorsque Jonathan Lardot interrompait Refaelov, sur le point de siffler un coup-franc, pour accorder un penalty aux Anderlechtois. Selon les arbitres chargés de la vidéo, l'Israélien était déséquilibré dans la surface. Refaelov inscrivait son deuxième penalty de la rencontre et permettait à Anderlecht de revenir du match aller avec un match nul (90e+5).

Les deux équipes se retrouveront le 3 mars prochain sur un pied d'égalité. En attendant, Eupen se déplacera déjà à Anderlecht pour une répétition générale dès dimanche, en championnat.

Mercredi, le Club de Bruges s'est montré très réaliste sur la pelouse de La Gantoise (0-1) et a pris une option sur une qualification en finale. La finale devrait se tenir le weekend des 16 et 17 avril. La date définitive sera connue après consultation entre les clubs et les détenteurs des droits TV.

Le match prenait une tournure dramatique d'emblée lorsque l'arbitre, Jonathan Lardot, sifflait un penalty pour les Anderlechtois après seulement 3 minutes de jeu pour une charge d'Emmanuel Agbadou sur Christian Kouamé dans la surface. Lior Refaelov ne se privait pas pour tromper Abdul Nurudeen et ouvrir le score (0-1, 5e). Les compteurs étaient rapidement remis à zéro, le nouveau venu eupenois Teddy Alloh était envoyé au tapis par Bogdan Mykhaylichenko dans la surface dix minutes plus tard et Smail Prevljak trompait Hendrik van Crombrugge depuis le point de penalty (1-1, 15e). En deuxième période, les occasions se faisaient toujours aussi rares, voire inexistantes. Il fallait attendre le dernier quart d'heure pour voir les Pandas émerger, grâce à une frappe de Stef Peeters dans un angle très resserré après un rapide débordement de Konan N'Dri sur Francis Amuzu (77e). Les supporters d'Anderlecht n'avaient rien à se mettre sous la dent et devaient se contenter d'une tête de Christian Kouamé dans les mains de Nurudeen sur un corner de Refaelov (85e) et d'une frappe de l'attaquant ivoirien directement sur Nurudeen (91e). Dans les arrêts de jeu, la stupéfaction frappait les joueurs comme les observateurs lorsque Jonathan Lardot interrompait Refaelov, sur le point de siffler un coup-franc, pour accorder un penalty aux Anderlechtois. Selon les arbitres chargés de la vidéo, l'Israélien était déséquilibré dans la surface. Refaelov inscrivait son deuxième penalty de la rencontre et permettait à Anderlecht de revenir du match aller avec un match nul (90e+5). Les deux équipes se retrouveront le 3 mars prochain sur un pied d'égalité. En attendant, Eupen se déplacera déjà à Anderlecht pour une répétition générale dès dimanche, en championnat. Mercredi, le Club de Bruges s'est montré très réaliste sur la pelouse de La Gantoise (0-1) et a pris une option sur une qualification en finale. La finale devrait se tenir le weekend des 16 et 17 avril. La date définitive sera connue après consultation entre les clubs et les détenteurs des droits TV.