La surprise est de taille, tant le dossier mouscronnois semblait plus corsé que jamais. Au-delà des difficultés financières, compensées par la garantie de réinjection financière du propriétaire Pairoj Piempongsant, c'était surtout le volet "conflit d'intérêts" qui semblait peser trop lourd dans la balance des Hurlus.

Au final, ni les mails de Jean-Luc Gripond prouvant l'implication de Marc Rautenberg et Pini Zahavi au sein du club après l'interdiction pour les agents de siéger dans une entité professionnelle, ni les écoutes téléphoniques de Paul Allaerts réclamant de l'argent à Rautenberg via le fils de Piempongsant, ni le rôle obscur de l'administrateur Almir Totic n'auront convaincu la CBAS de suivre la décision initiale de la Commission des Licences.

Mouscron évoluera donc bel et bien en D1A la saison prochaine.

La surprise est de taille, tant le dossier mouscronnois semblait plus corsé que jamais. Au-delà des difficultés financières, compensées par la garantie de réinjection financière du propriétaire Pairoj Piempongsant, c'était surtout le volet "conflit d'intérêts" qui semblait peser trop lourd dans la balance des Hurlus.Au final, ni les mails de Jean-Luc Gripond prouvant l'implication de Marc Rautenberg et Pini Zahavi au sein du club après l'interdiction pour les agents de siéger dans une entité professionnelle, ni les écoutes téléphoniques de Paul Allaerts réclamant de l'argent à Rautenberg via le fils de Piempongsant, ni le rôle obscur de l'administrateur Almir Totic n'auront convaincu la CBAS de suivre la décision initiale de la Commission des Licences.Mouscron évoluera donc bel et bien en D1A la saison prochaine.