L'Association interfédérale du sport francophone (AISF), qui chapeaute toutes les fédérations et ligues de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et l'Association des établissements sportifs (AES), qui regroupe les centres sportifs du sud du pays, ont voulu se rendre compte de l'impact du confinement et de la fermeture des installations sportives depuis le 13 mars, sur la santé du sport francophone. Elles ont adressé un sondage le week-end dernier à 70 fédérations, 250 établissements sportifs et 7.000 clubs, dont 2.120 ont répondu. Le montant de 64.250.000 euros démontre l'importance du sport dans notre pays, d'autant qu'il ne tient pas compte des pertes dans les structures privées, comme les salles de fitness, ou chez les profs de sport qui travaillent à titre individuel, dans les clubs de tennis, par exemple, écrivent les deux journaux. Les pertes nettes sont notamment estimées à 48 millions d'euros pour les clubs sportifs francophones. (Belga)

L'Association interfédérale du sport francophone (AISF), qui chapeaute toutes les fédérations et ligues de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et l'Association des établissements sportifs (AES), qui regroupe les centres sportifs du sud du pays, ont voulu se rendre compte de l'impact du confinement et de la fermeture des installations sportives depuis le 13 mars, sur la santé du sport francophone. Elles ont adressé un sondage le week-end dernier à 70 fédérations, 250 établissements sportifs et 7.000 clubs, dont 2.120 ont répondu. Le montant de 64.250.000 euros démontre l'importance du sport dans notre pays, d'autant qu'il ne tient pas compte des pertes dans les structures privées, comme les salles de fitness, ou chez les profs de sport qui travaillent à titre individuel, dans les clubs de tennis, par exemple, écrivent les deux journaux. Les pertes nettes sont notamment estimées à 48 millions d'euros pour les clubs sportifs francophones. (Belga)