Dimanche, le gouvernement italien a donné son feu à la reprise des entraînements pour les sports individuels à partir du 4 mai. Pour les sports collectifs, la reprise est envisagée pour le 18 mai. Ce qui a suscité de nombreuses réactions et critiques de la part des clubs de football, qui espéraient recommencer à s'entraîner le 4 mai pour reprendre le championnat à huis clos début juin. Mais ce plan est tombé à l'eau avec la décision du gouvernement. "La prudence dont nous faisons preuve pour le football est ce qui nous laisse un espoir pour la reprise du championnat", a expliqué le ministre du Sport Spadafora. "C'est la seule façon pour essayer de reprendre le championnat. L'alternative était de faire comme en France et de dire que le football s'arrêtait aujourd'hui. Tout dépend de l'urgence sanitaire et de notre capacité à respecter les règles." Quelques heures plus tôt, le Premier ministre français Edouard Philippe a annoncé la fin de la saison pour les sports professionnels. Le ministre Spadafora a remercié le président de la Fédération italienne Gabriel Gravina. Ce dernier a démenti les informations selon lesquelles la Lega Serie A avait un accord avec le gouvernement pour une date de reprise du championnat. "Rien de plus faux, c'est une vilaine habitude de certains présidents de Serie A de propager des mensonges et des fausses informations pour mettre la pression sur le gouvernement. Ils n'ont pas compris que la situation a changé, ces méthodes ne fonctionnent pas." "Si on pense qu'à partir du 4 mai, tout est fini et que nous pourrons tout reprendre sans respecter les règles et prendre une série de précautions, nous nous trompons complètement et nous risquons de nous retrouver dans une situation encore pire qu'avant", a ajouté le ministre. Toujours mardi, le syndicat italien des joueurs de football (AIC) avait à son tour critiqué la décision du gouvernement d'autoriser uniquement la reprise de l'entraînement aux athlètes de sports individuels. "L'AIC fait part de sa perplexité et de sa surprise face à la décision du gouvernement quant aux modalités de reprise du sport en Italie", a écrit dans un communiqué le syndicat présidé par l'ancien milieu de terrain international Damiano Tommasi. "Il semble discriminatoire, plus encore qu'illogique, de faire reprendre l'activité dans les centres sportifs aux licenciés de disciplines individuelles et de ne pas permettre de s'entraîner de façon individuelle aux footballeurs professionnels et aux autres licenciés de sports d'équipe", ajoute l'AIC. Le syndicat estime également que ce choix risque "d'entraîner une aggravation et non pas une limitation du risque" et dit espérer "une intervention rapide du gouvernement" pour corriger ce qu'il qualifie de "distorsion évidente". (Belga)

Dimanche, le gouvernement italien a donné son feu à la reprise des entraînements pour les sports individuels à partir du 4 mai. Pour les sports collectifs, la reprise est envisagée pour le 18 mai. Ce qui a suscité de nombreuses réactions et critiques de la part des clubs de football, qui espéraient recommencer à s'entraîner le 4 mai pour reprendre le championnat à huis clos début juin. Mais ce plan est tombé à l'eau avec la décision du gouvernement. "La prudence dont nous faisons preuve pour le football est ce qui nous laisse un espoir pour la reprise du championnat", a expliqué le ministre du Sport Spadafora. "C'est la seule façon pour essayer de reprendre le championnat. L'alternative était de faire comme en France et de dire que le football s'arrêtait aujourd'hui. Tout dépend de l'urgence sanitaire et de notre capacité à respecter les règles." Quelques heures plus tôt, le Premier ministre français Edouard Philippe a annoncé la fin de la saison pour les sports professionnels. Le ministre Spadafora a remercié le président de la Fédération italienne Gabriel Gravina. Ce dernier a démenti les informations selon lesquelles la Lega Serie A avait un accord avec le gouvernement pour une date de reprise du championnat. "Rien de plus faux, c'est une vilaine habitude de certains présidents de Serie A de propager des mensonges et des fausses informations pour mettre la pression sur le gouvernement. Ils n'ont pas compris que la situation a changé, ces méthodes ne fonctionnent pas." "Si on pense qu'à partir du 4 mai, tout est fini et que nous pourrons tout reprendre sans respecter les règles et prendre une série de précautions, nous nous trompons complètement et nous risquons de nous retrouver dans une situation encore pire qu'avant", a ajouté le ministre. Toujours mardi, le syndicat italien des joueurs de football (AIC) avait à son tour critiqué la décision du gouvernement d'autoriser uniquement la reprise de l'entraînement aux athlètes de sports individuels. "L'AIC fait part de sa perplexité et de sa surprise face à la décision du gouvernement quant aux modalités de reprise du sport en Italie", a écrit dans un communiqué le syndicat présidé par l'ancien milieu de terrain international Damiano Tommasi. "Il semble discriminatoire, plus encore qu'illogique, de faire reprendre l'activité dans les centres sportifs aux licenciés de disciplines individuelles et de ne pas permettre de s'entraîner de façon individuelle aux footballeurs professionnels et aux autres licenciés de sports d'équipe", ajoute l'AIC. Le syndicat estime également que ce choix risque "d'entraîner une aggravation et non pas une limitation du risque" et dit espérer "une intervention rapide du gouvernement" pour corriger ce qu'il qualifie de "distorsion évidente". (Belga)