Les organisateurs de la course, qui devait se dérouler entre Mons et Frameries au lendemain de l'arrivée finale du Tour de Wallonie à Quaregnon, ont évoqué l'incertitude planant sur la course dans le cadre de la crise sanitaire. "Certes, les nouvelles perspectives d'assouplissements formulées par le dernier conseil de concertation de ce mardi 11 mai autoriseraient sur papier, et dans un scénario idéal, la tenue d'événements extérieurs à 2500 personnes", ont indiqué les organisateurs. "Dès lors, notre décision pourrait sembler paradoxale, mais les mesures du CODECO ne sont pas celles imposées actuellement par l'UCI aux organisateurs. Un protocole exigeant et lourd que nous sommes tenus de respecter et qui interdit, pour le moment, la présence du public sur les sites de départ et d'arrivée." Les organisateurs de l'épreuve boraine ont toutefois précisé que le Grand Prix Cerami 2022 était déjà envisagé, "avec le concours des villes de Mons et Frameries ainsi que de l'ensemble de ses partenaires". (Belga)

Les organisateurs de la course, qui devait se dérouler entre Mons et Frameries au lendemain de l'arrivée finale du Tour de Wallonie à Quaregnon, ont évoqué l'incertitude planant sur la course dans le cadre de la crise sanitaire. "Certes, les nouvelles perspectives d'assouplissements formulées par le dernier conseil de concertation de ce mardi 11 mai autoriseraient sur papier, et dans un scénario idéal, la tenue d'événements extérieurs à 2500 personnes", ont indiqué les organisateurs. "Dès lors, notre décision pourrait sembler paradoxale, mais les mesures du CODECO ne sont pas celles imposées actuellement par l'UCI aux organisateurs. Un protocole exigeant et lourd que nous sommes tenus de respecter et qui interdit, pour le moment, la présence du public sur les sites de départ et d'arrivée." Les organisateurs de l'épreuve boraine ont toutefois précisé que le Grand Prix Cerami 2022 était déjà envisagé, "avec le concours des villes de Mons et Frameries ainsi que de l'ensemble de ses partenaires". (Belga)