Mardi, la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, avait annoncé que les évènements publics en plein air ne pourraient pas accueillir plus de 500 spectateurs à partir du 26 décembre, pour une période pouvant aller "jusqu'à trois semaines", pour lutter contre la flambée du nombre de cas de Covid. Initialement prévue entre le 3 et le 26 janvier, la trêve débutera finalement après les matches disputés pour le Boxing Day (26 décembre) et s'achèvera le 17 janvier. Les six matches prévus le 26 décembre auront lieu devant une audience réduite, faute de dates disponibles pour les reprogrammer. Mais les deux journées suivantes, qui comprennent le derby entre le Celtic Galsgow et les Rangers, ont en revanche été repoussées, le "Old Firm" ayant été reprogrammé le 2 février. "Nous avions averti les clubs que tout report augmentait le risque de désorganisation future en raison d'un calendrier déjà congestionné", a expliqué le directeur exéctuif de la Ligue de football écossais (SPFL), Neil Doncaster. "Cependant, une majorité a préféré décaler les matches prévus lors des fêtes de fin d'année pour avoir une chance de les disputer devant des supporters, une fois que la période de restriction de trois semaines sera passée", a-t-il ajouté. (Belga)

Mardi, la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, avait annoncé que les évènements publics en plein air ne pourraient pas accueillir plus de 500 spectateurs à partir du 26 décembre, pour une période pouvant aller "jusqu'à trois semaines", pour lutter contre la flambée du nombre de cas de Covid. Initialement prévue entre le 3 et le 26 janvier, la trêve débutera finalement après les matches disputés pour le Boxing Day (26 décembre) et s'achèvera le 17 janvier. Les six matches prévus le 26 décembre auront lieu devant une audience réduite, faute de dates disponibles pour les reprogrammer. Mais les deux journées suivantes, qui comprennent le derby entre le Celtic Galsgow et les Rangers, ont en revanche été repoussées, le "Old Firm" ayant été reprogrammé le 2 février. "Nous avions averti les clubs que tout report augmentait le risque de désorganisation future en raison d'un calendrier déjà congestionné", a expliqué le directeur exéctuif de la Ligue de football écossais (SPFL), Neil Doncaster. "Cependant, une majorité a préféré décaler les matches prévus lors des fêtes de fin d'année pour avoir une chance de les disputer devant des supporters, une fois que la période de restriction de trois semaines sera passée", a-t-il ajouté. (Belga)