"J'ai été trop irrégulier aujourd'hui. Malheureusement", raconte-t-il. "Et je n'ai également pas bien servi. Mon pourcentage de premières balles a été beaucoup trop faible, ce qui m'a coûté cher, surtout sur une surface dure. J'ai souvent été mené 0-30 sur mon service, ce qui m'a obligé à me battre pour remporter ma mise en jeu. Lui m'a mis beaucoup de pression avec ses frappes lourdes, et j'avais le sentiment d'être toujours sur les talons..." À moins d'une épidémie, Kimmer Coppejans n'a également aucune chance d'être repêché en tant que lucky loser, vu son classement. Cela ne l'empêchera pas de rester encore quelques jours à Melbourne avant de prendre le chemin de l'Uruguay pour disputer un tournoi Challenger à Punta del Este, et revenir progressivement, direction le Top 100. "Je sens qu'après deux années où j'étais retombé très bas, j'ai enfin réussi à sortir de cette spirale négative", poursuivit-il. "J'ai une nouvelle équipe autour de moi avec mon coach Mike Lynch, Carl Maes à Bree et mon frère comme préparateur physique. Et je suis en train de remonter la pente. J'ai également une nouvelle raquette Tecnifibre, qui me convient très bien. L'objectif, cette année, est de retrouver une place dans le Top 150. Je resterai toujours un joueur de contre, mais j'essaye de devenir un peu plus agressif, notamment avec mon service", conclut le Flandrien, qui espère également faire partie de la sélection pour la Coupe Davis contre le Brésil. (Belga)

"J'ai été trop irrégulier aujourd'hui. Malheureusement", raconte-t-il. "Et je n'ai également pas bien servi. Mon pourcentage de premières balles a été beaucoup trop faible, ce qui m'a coûté cher, surtout sur une surface dure. J'ai souvent été mené 0-30 sur mon service, ce qui m'a obligé à me battre pour remporter ma mise en jeu. Lui m'a mis beaucoup de pression avec ses frappes lourdes, et j'avais le sentiment d'être toujours sur les talons..." À moins d'une épidémie, Kimmer Coppejans n'a également aucune chance d'être repêché en tant que lucky loser, vu son classement. Cela ne l'empêchera pas de rester encore quelques jours à Melbourne avant de prendre le chemin de l'Uruguay pour disputer un tournoi Challenger à Punta del Este, et revenir progressivement, direction le Top 100. "Je sens qu'après deux années où j'étais retombé très bas, j'ai enfin réussi à sortir de cette spirale négative", poursuivit-il. "J'ai une nouvelle équipe autour de moi avec mon coach Mike Lynch, Carl Maes à Bree et mon frère comme préparateur physique. Et je suis en train de remonter la pente. J'ai également une nouvelle raquette Tecnifibre, qui me convient très bien. L'objectif, cette année, est de retrouver une place dans le Top 150. Je resterai toujours un joueur de contre, mais j'essaye de devenir un peu plus agressif, notamment avec mon service", conclut le Flandrien, qui espère également faire partie de la sélection pour la Coupe Davis contre le Brésil. (Belga)