35: C'est le nombre de points (sur 45) pris par le KRC Genk au premier tour. Le club limbourgeois n'a jamais fait aussi bien depuis l'introduction du système des play-offs, en 2009/10. Il compte 13 points de plus que l'an dernier à la même époque (22) et deux de plus qu'en 2010, lorsqu'il fut champion d'automne (33). Depuis 2009/2010, seul le Club Bruges a fait mieux (37 sur 45 en 2017/18). Aux Limbourgeois de faire aussi bien que les Blauw en Zwart en 2017/18 et de conserver la première place après les play-offs, ce qui n'est pas arrivé quatre fois de suite au champion d'automne (de 2013/14 à 2016/17).

0: C'est le nombre de défaites de l'équipe de Philippe Clement. C'est la première fois qu'un club est champion d'automne sans défaite (10 victoires, 5 nuls). Au niveau européen, seuls les Serbes de l'Etoile Rouge affichent une plus longue série de matches sans défaite cette saison (16).

37: Le nombre de buts inscrits par le Club Bruges, qui n'avait plus fait aussi bien depuis 2009/10. C'est quatre de plus que son record précédent (deux fois 33 buts en 2017 et 2014) et c'est surtout dû à un record de buts inscrits en déplacement (16). Cela n'a cependant rapporté que 12 points sur 24 au Club lorsqu'il évoluait loin de ses bases. Genk a inscrit deux buts de plus (39) mais n'a pas fait mieux que son record de 2010 (40 buts), qui est aussi le record de tous les champions d'automne.

4: C'est le nombre d'années qu'Anderlecht a dû attendre pour atteindre le cap des 30 points après le premier tour. En 2014, cela lui avait permis d'être champion d'automne (pour la dernière fois). Cette fois, il n'est que 4e. Anderlecht n'a plus marqué autant lors de la première partie de la phase classique depuis 2013/2014 (29 buts).

28: C'est le nombre de buts encaissés par Gand, un record du club depuis l'introduction des play-offs. Les Buffalos ont compensé avec 29 buts marqués, le plus grand nombre depuis 2011/12 (38 buts). Étonnant : à domicile, ils ont encaissé davantage (16) qu'ils n'ont marqué (14).

7: C'est la place occupée au classement par le Standard. C'est son meilleur résultat (en nombre de points également, 23) depuis 2014/15 mais c'est la quatrième fois d'affilée que le club ne se classe pas en ordre utile pour les play-offs 1 après 15 journées. En 2014, les Rouches étaient 5es avec 24 points. L'année précédente, ils étaient champions d'automne. C'est aussi la seule fois depuis 2009/10 qu'ils se sont classés dans le top 3 à la moitié de la phase classique.

63: C'est le pourcentage de points pris par les clubs du G5, soit 142 sur 225. C'est beaucoup mieux que sur les quatre dernières saisons, où leur premier tour était chaque fois plus laborieux (respectivement 126, 125, 124 et 130 sur 225, soit une moyenne de 56 %. Cette saison, pour la première fois depuis 2014/15, quatre d'entre eux sont dans le top 6 et 5 dans le top 7.

155: C'est le grand nombre de buts inscrits par Genk, le Club Bruges, Anderlecht, Gand et le Standard. Ces 5 clubs n'ont fait mieux qu'en 2010/11 (159 buts). En guise de comparaison : la saison dernière, les clubs du G5 n'avaient marqué que 111 buts à la moitié de la phase classique, un record négatif. Cette saison, par contre, ils ont déjà encaissé 91 buts. Seule la saison 2012/13 fut pire à cet égard (107).

2,97: C'est la moyenne de buts inscrits en JPL, soit 356 buts lors de la première partie de la phase classique. Bien que Mouscron n'ait marqué que 10 fois, c'est la moyenne la plus élevée depuis l'introduction des play-offs (si on compare avec les moyennes sur une saison complète). En 2017-18, la moyenne était de 2,86 buts par match.

3: C'est la 3e fois en quatre ans que St-Trond figure dans le top 6 après 15 rencontres. Comme la saison dernière, les Trudonnaires ont pris 24 points sur 45, ce qui leur vaut d'être cinquièmes (4es l'an dernier). En 2015/16, ils étaient 6es avec 21 sur 45. Mais jamais ils n'ont réussi à se qualifier pour les play-offs 1.

8: L'an dernier, l'Antwerp comptait 23 points à la moitié de la phase classique. Cette fois, il en compte 8 de plus. Cela lui vaut d'occuper la 3e place alors qu'il était 5e en 2017 pour redescendre à la 8e place (41 sur 90) après 30 matches. À noter que l'Antwerp a pris un point de plus en déplacement (16/21) qu'au Bosuil (15/24). Seul Genk a fait mieux loin de ses bases (18/24). The Great Old possède également la meilleure défense : 13 buts encaissés et 7 clean sheets.

174: C'est le nombre de points cumulés du top 6 (sur 270) après 15 journées, soit 64 %. Les six premiers n'ont fait mieux qu'en 2013/14 mais le top 6 actuel a inscrit trois buts de plus (180 pour 177).

5: C'est le nombre de points (sur 21) pris par Courtrai à domicile (1 seule victoire). Le club a également battu un record personnel négatif : il a encaissé 17 buts sur sa pelouse. C'est la plus mauvaise équipe à domicile avec Waasland-Beveren (5 sur 21 et pas la moindre victoire), juste devant Lokeren (8 sur 21), qui est lanterne rouge après 15 journées pour la première fois depuis 2009/10 avec 10/45 (pour les Waeslandiens, il s'agit également d'un record de points négatif au cours des dix derniers premiers tours).

35: C'est le nombre de buts encaissés par Zulte Waregem en 15 matches, un record pour ce club qui est le plus mauvais en déplacement (1 sur 21). Son total de 12 sur 45 est le plus bas depuis 2009/10 et il n'avait été aussi mal classé à la mi-championnat (13e) qu'en 2011 et 2014. On notera qu'il est le seul des quatre derniers du classement à ne pas avoir changé d'entraîneur.

0,38: C'est la moyenne de penalties par match, soit un penalty tous les 2,67 matches, bien plus que la moyenne des neuf dernières saisons (0,30 par match, soit un penalty tous les 3,28 matches). 80 % de ces penalties (36 sur 45) ont été transformés, ce qui constitue le pourcentage le plus élevé depuis 2011/12 (85 %) malgré quatre penalties sur huit manqués par Genk.

Le Club Bruges (6 sur 6), Anderlecht et le Standard (4 sur 4 chacun) se sont montrés les plus efficaces. À noter que les clubs du G5 ont hérité de 28 penalties sur 45, soit 62 %. Depuis 2009/10, le pourcentage de penalties obtenus par les clubs du G5 n'avait jamais été supérieur à 47 %. Pire encore : seulement 3 des 45 penalties sifflés l'ont été à leur détriment.