In Youth We Trust. Killian Sardella 2020-2025. Bruxellois pur sang. Et made in Neerpede: des U9 -> équipe A. Un tweet dégainé par Anderlecht pour annoncer la prolongation du contrat de Killian Sardella jusqu'en 2025. Le deal épouse parfaitement les courbes du plan 2020-2025 annoncé par la maison mauve, avec les jeunes produits maison au centre du projet.

Alors que maman Sardella ne peut retenir ses larmes pendant la signature du contrat de son fils, l'agent de la famille observe stoïquement la scène depuis un coin de la pièce. On ne passe même pas par la désormais traditionnelle photo où le joueur et son entourage posent de concert. Un signe que le conseiller de Sardella n'a pas joué de rôle majeur dans la phase décisive des négociations? À moins que celui-ci ait voulu rester discret pour ne pas mettre en péril sa relation privilégiée avec l'un des tauliers du club? Sur ce point, les sources divergent.

Profitant d'une première proposition déjà très généreuse faite par Michael Verschueren, le management de Sardella a posé sur la table des exigences irrationnelles.

Le fait est que les négociations avec le clan Sardella, à qui il restait un an de contrat, ont duré des mois. Début avril, Michael Verschueren, alors toujours dans son costume de CFO Sports, fait une première offre de contrat très généreuse à la famille. Anderlecht n'a reçu aucune nouvelle, jusqu'à ce que le nouveau Head of Sports Peter Verbeke entre en scène. Les négociations ont alors semblé bloquées, confrontées à un désaccord sur le salaire brut du joueur.

À Neerpede, on raconte que le management de Sardella aurait profité de sa position de force pour placer sur la table des exigences irrationnelles, loin d'être en accord avec la proposition initiale de Verschueren. Une donnée démentie par l'entourage du joueur: "L'argent n'a joué aucun rôle. Quand un joueur est à un an du terme de son contrat, il est normal que les négociations durent plus longtemps", explique-t-on.

Finalement, Peter Verbeke est parvenu à débloquer la situation à toute allure, en relançant directement le dialogue avec la famille de Sardella, tandis que le management du joueur n'a pas voulu mettre un accord un péril . Au cours de ces entretiens, il est apparu que Sardella n'avait pas l'intention de quitter Anderlecht à ce stade de sa carrière. Du haut de ses 18 ans, et malgré une saison qui a fait de lui le jeune joueur le plus utilisé chez les Mauves après Albert Sambi Lokonga, avec 1568 minutes de jeu, il est conscient d'encore devoir passer par la saison de la confirmation.

Quand le nouveau projet bruxellois a pris forme, avec Wouter Vandenhaute et Karel Van Eetvelt entourés de Kompany et Verbeke, Sardella était totalement convaincu que son avenir se situait à Anderlecht.

In Youth We Trust. Killian Sardella 2020-2025. Bruxellois pur sang. Et made in Neerpede: des U9 -> équipe A. Un tweet dégainé par Anderlecht pour annoncer la prolongation du contrat de Killian Sardella jusqu'en 2025. Le deal épouse parfaitement les courbes du plan 2020-2025 annoncé par la maison mauve, avec les jeunes produits maison au centre du projet.Alors que maman Sardella ne peut retenir ses larmes pendant la signature du contrat de son fils, l'agent de la famille observe stoïquement la scène depuis un coin de la pièce. On ne passe même pas par la désormais traditionnelle photo où le joueur et son entourage posent de concert. Un signe que le conseiller de Sardella n'a pas joué de rôle majeur dans la phase décisive des négociations? À moins que celui-ci ait voulu rester discret pour ne pas mettre en péril sa relation privilégiée avec l'un des tauliers du club? Sur ce point, les sources divergent.Le fait est que les négociations avec le clan Sardella, à qui il restait un an de contrat, ont duré des mois. Début avril, Michael Verschueren, alors toujours dans son costume de CFO Sports, fait une première offre de contrat très généreuse à la famille. Anderlecht n'a reçu aucune nouvelle, jusqu'à ce que le nouveau Head of Sports Peter Verbeke entre en scène. Les négociations ont alors semblé bloquées, confrontées à un désaccord sur le salaire brut du joueur.À Neerpede, on raconte que le management de Sardella aurait profité de sa position de force pour placer sur la table des exigences irrationnelles, loin d'être en accord avec la proposition initiale de Verschueren. Une donnée démentie par l'entourage du joueur: "L'argent n'a joué aucun rôle. Quand un joueur est à un an du terme de son contrat, il est normal que les négociations durent plus longtemps", explique-t-on.Finalement, Peter Verbeke est parvenu à débloquer la situation à toute allure, en relançant directement le dialogue avec la famille de Sardella, tandis que le management du joueur n'a pas voulu mettre un accord un péril . Au cours de ces entretiens, il est apparu que Sardella n'avait pas l'intention de quitter Anderlecht à ce stade de sa carrière. Du haut de ses 18 ans, et malgré une saison qui a fait de lui le jeune joueur le plus utilisé chez les Mauves après Albert Sambi Lokonga, avec 1568 minutes de jeu, il est conscient d'encore devoir passer par la saison de la confirmation.Quand le nouveau projet bruxellois a pris forme, avec Wouter Vandenhaute et Karel Van Eetvelt entourés de Kompany et Verbeke, Sardella était totalement convaincu que son avenir se situait à Anderlecht.