Charleroi reste la bête noire de Gand. Suite à la victoire 2-3 des troupes d'Edward Still à la Ghelamco Arena, les Buffalos piétinent à la quatorzième place avec sept points sur 18 et doivent entamer une course-poursuite, comme l'année dernière, afin de se nicher parmi les quatre premiers.
...

Charleroi reste la bête noire de Gand. Suite à la victoire 2-3 des troupes d'Edward Still à la Ghelamco Arena, les Buffalos piétinent à la quatorzième place avec sept points sur 18 et doivent entamer une course-poursuite, comme l'année dernière, afin de se nicher parmi les quatre premiers. Gand va disputer douze matches en l'espace de trois semaines. Le champion 2015 se rend à Anderlecht le 23 septembre, pour le match reporté de la cinquième journée. La Gantoise est de toute façon l'équipe la plus surchargée de D1A, ayant dû reprendre la compétition fin juillet au second tour préliminaire de la Conference League contre Valerenga. Après six semaines, l'équipe avait déjà disputé onze matches à enjeu.Hein Vanhaezebrouck entame la phase de groupes, le premier objectif qui lui a été assigné. Versé dans le groupe B, Gand se déplace en Estonie, au Flora Tallinn. Il affronte aussi le Partizan Belgrade et Anorthosis Famagouste. L'entraîneur a été d'emblée confronté à un problème : dresser la liste des joueurs. Il a donc repris 29 footballeurs, compte tenu de la sévérité des règles de l'UEFA. Parmi eux, les espoirs belges Bram Lagae (17 ans), Sacha Banse (vingt ans) et Jesse Littel (18 ans). Par contre, pas trace d'Andrew Hjulsager, Sulayman Marreh et Yonas Malede. "Le choix est difficile, mais j'en ai parlé aux intéressés. C'est très simple, ils restent trois de mes meilleurs joueurs quand ils sont en pleine possession de leurs moyens. Ils vont rater six duels européens durant cette première phase de la saison, parce qu'ils ont congé le jeudi, mais ça ne représente rien par rapport aux 18 ou 19 matches que nous devons encore jouer en championnat et en Coupe d'ici la fin décembre. Nous voulons passer l'hiver en Coupe d'Europe, de toute façon, et je vais faire tourner le noyau. Parfois, je demanderai à certains joueurs de faire preuve de patience ou de faire leurs preuves. Y compris en Espoirs. Mais surtout, je veux conserver tout le monde à bord." Le signal est clair : Gand va pratiquer la rotation. Jordan Botaka et Alexandre De Bruyn n'ont pas trouvé acquéreur et sont définitivement renvoyés dans le noyau B. Trois joueurs sont à l'infirmerie : le capitaine Vadis Odjidja, Andrew Hjulsager, touché aux ischio-jambiers, et Gianni Bruno, nouveau et blessé aux adducteurs. Le club est très prudent à l'égard de Giorgi Chakvetadze, qui a été blessé au tendon rotulien et doit encore s'habituer aux exigences athlétiques de l'entraîneur. "Il n'est manifestement pas encore le joueur que nous espérons", précise l'entraîneur. Suite à l'absence de Vadis, Roman Bezus doit jouer davantage que prévu dès maintenant. "Au début, il donnait l'impression d'être ultra motivé à l'entraînement et nous l'avons donc fait jouer en Coupe d'Europe, mais la deuxième fois, il n'était pas au point physiquement. Il n'est peut-être pas encore à même de disputer nonante minutes." Ça s'est confirmé face à Charleroi. L'arrivée de Pelé Mboyo (34 ans) a surpris. "Parfois, on n'a pas le choix si on veut donner plus d'équilibre à son noyau", explique Vanhaezebrouck pour défendre son option supplémentaire en attaque. "On a la chance que Laurent Depoitre soit en forme, mais on n'avait pas d'autre choix, même si ça ne correspond pas à la politique qu'on devrait mener. On voulait faire un gros effort financier pour un attaquant, mais on a été confrontés aux limites de notre pays et aux nôtres. Le Club Bruges et Anderlecht ont toujours plus d'aura que Gand. Cet avant ne voulait simplement pas venir en Belgique, il rêvait d'un autre niveau, mais est finalement resté dans son club. C'est notre réalité."