Il s'agit d'une estimation, qui se base sur des données encore provisoires et qui devra être affinée dans les mois qui viennent. Cette chute de chiffre d'affaires est principalement due à une baisse des revenus de billetterie, de sponsoring et des revenus commerciaux.

En outre, le marché des transferts risque lui aussi de subir les effets de la crise, car les clubs de championnats européens plus huppés, également touchés de plein fouet par les effets de la pandémie, se montreront probablement plus frileux d'acquérir les meilleurs joueurs de la Jupiler Pro League.

Une poignée de clubs belges a eu recours à des mesures de chômage économique et certains frais liés à l'organisation des matches ou certaines primes qui n'ont pas dû être payées ont quelque peu fait baisser les charges de l'ensemble des clubs, mais cette baisse ne compense pas, loin de là, la chute de revenus déjà évoquée au niveau des billetteries, du sponsoring, etc.

Il s'agit d'une estimation, qui se base sur des données encore provisoires et qui devra être affinée dans les mois qui viennent. Cette chute de chiffre d'affaires est principalement due à une baisse des revenus de billetterie, de sponsoring et des revenus commerciaux. En outre, le marché des transferts risque lui aussi de subir les effets de la crise, car les clubs de championnats européens plus huppés, également touchés de plein fouet par les effets de la pandémie, se montreront probablement plus frileux d'acquérir les meilleurs joueurs de la Jupiler Pro League. Une poignée de clubs belges a eu recours à des mesures de chômage économique et certains frais liés à l'organisation des matches ou certaines primes qui n'ont pas dû être payées ont quelque peu fait baisser les charges de l'ensemble des clubs, mais cette baisse ne compense pas, loin de là, la chute de revenus déjà évoquée au niveau des billetteries, du sponsoring, etc.