Affaire Edmilson oblige, il n'y a pas eu de grandes accolades entre les dirigeants du Standard et ceux de Saint-Trond, samedi dernier. Quand il y a un rendez-vous entre le Standard et l'Antwerp, ce n'est guère plus cordial. Jean-Michel Saive nous rapporte cette anecdote amusante qui remonte au soir du match de Coupe, à la fin du mois de décembre 2019.

" J'avais été invité par le Standard et j'étais à la même table que les dirigeants des deux clubs. Entre Lucien D'Onofrio d'un côté, Bruno Venanzi et Alexandre Grosjean de l'autre, c'était glacial. J'étais assis près de D'Onofrio. On se connaît très bien puisqu'on habitait dans la même rue quand j'étais gamin. J'ai directement commencé à bavarder avec lui, j'ai pris des nouvelles de sa famille, de ses neveux qui étaient des copains d'enfance. Ça a permis de détendre l'atmosphère et les dirigeants ont alors commencé à se parler. C'était d'un coup bien plus agréable comme ambiance. "

Mais ça n'a pas duré. " Tout a de nouveau foiré à la fin du match, quand il y a eu les incidents provoqués par Didier Lamkel Ze, la bagarre à la rentrée aux vestiaires et tout ça. Il faudra tout refaire. "

Affaire Edmilson oblige, il n'y a pas eu de grandes accolades entre les dirigeants du Standard et ceux de Saint-Trond, samedi dernier. Quand il y a un rendez-vous entre le Standard et l'Antwerp, ce n'est guère plus cordial. Jean-Michel Saive nous rapporte cette anecdote amusante qui remonte au soir du match de Coupe, à la fin du mois de décembre 2019. " J'avais été invité par le Standard et j'étais à la même table que les dirigeants des deux clubs. Entre Lucien D'Onofrio d'un côté, Bruno Venanzi et Alexandre Grosjean de l'autre, c'était glacial. J'étais assis près de D'Onofrio. On se connaît très bien puisqu'on habitait dans la même rue quand j'étais gamin. J'ai directement commencé à bavarder avec lui, j'ai pris des nouvelles de sa famille, de ses neveux qui étaient des copains d'enfance. Ça a permis de détendre l'atmosphère et les dirigeants ont alors commencé à se parler. C'était d'un coup bien plus agréable comme ambiance. " Mais ça n'a pas duré. " Tout a de nouveau foiré à la fin du match, quand il y a eu les incidents provoqués par Didier Lamkel Ze, la bagarre à la rentrée aux vestiaires et tout ça. Il faudra tout refaire. "