Comment Anderlecht a gardé Doku

05/12/18 à 14:00 - Mise à jour à 04/12/18 à 14:14

Le jeune talent anderlechtois était à deux doigts de signer à Liverpool. Un joli travail collectif l'en a dissuadé au dernier moment.

Comment Anderlecht a gardé Doku

Jérémy Doku. © BELGA

Le 25 novembre dernier, le foot belge a fait la découverte de Jérémy Doku qui, à 16 ans et 182 jours, a foulé la pelouse du Stayen, devenant le huitième plus jeune joueur de l'histoire d'Anderlecht à débuter chez les pros. La jeune classe mauve est aujourd'hui devenue une sorte de paratonnerre face aux mauvais résultats de ce début de saison.

Face à Genk, dimanche soir, les supporters mauves ont par contre fait le constat amer qu'il serait difficile d'emmagasiner des points avec autant de joueurs inexpérimentés sur la pelouse. S'il a su être déroutant sur quelques accélérations face à Saint-Trond, le jeune Doku n'a pas su se mettre à nouveau en évidence face aux leaders de la compétition.

De l'avis de nombreux suiveurs, ou ex-entraîneurs, l'ailier doit encore travailler le dernier geste et n'est pas suffisamment concret à la finition. Mais son énorme potentiel est indéniable et sa faculté à éliminer, cette triple accélération sur son flanc, ont déjà séduit tous les plus grands clubs européens.

Manchester United avait d'ailleurs demandé à Romelu Lukaku de prendre contact avec l'entourage du joueur afin de convaincre Doku et sa famille de rejoindre les Red Devils. Mais c'est surtout Liverpool qui a longtemps tenu la corde. Entre la famille du joueur, l'agence anglaise Stellar Group (qui représente Jérémy Doku) et le club, tout était en ordre ou presque, sous forme d'accord verbal, il y a déjà dix-huit mois.

En janvier 2018, quand Herman Van Holsbeeck est entré en négociations pour attirer Lazar Markovic en prêt, les dirigeants des Reds avaient demandé en échange de pouvoir entamer des négociations plus concrètes avec le joueur et la famille du jeune Doku qui n'avait pas encore 16 ans.

La reprise du club par Marc Coucke a été un élément décisif dans le maintien de ce grand talent. Très vite, l'entrepreneur flandrien a voulu mettre fin à l'exode qui se dessinait du côté de Neerpede. Au-delà de l'aspect sportif, Coucke, en bon capitaine d'industrie, sait pertinemment que la jeune classe anderlechtoise pourrait lui rapporter pas mal de liquidités à l'avenir, à l'image du transfert de Youri Tielemans vers Monaco pour 25 millions.

Alors que l'on pensait son départ pour Liverpool acté, ce sont ses coaches et le directeur du centre de formation, Jean Kindermans, qui se sont relayés afin de le convaincre de rester en lui exposant, notamment à travers l'exemple de Charly Musonda Jr, les dangers d'un départ si jeune vers l'étranger.

Le club a également mis la main au portefeuille (tout en proposant moins de la moitié de ce qu'offrait Liverpool) lors de la signature de son contrat pro dès ses 16 ans, et en lui garantissant certaines garanties sportives chez les pros. Aujourd'hui, et même si le chemin est encore long, tout le monde se félicite, tant au club que dans l'entourage du joueur, de ce transfert avorté vers l'étranger.

Par Thomas Bricmont

Nos partenaires