Le football belge doit se rattraper de sa dernière saison catastrophique pour le coefficient UEFA. Après avoir été pendant des années une valeur sûre dans le top 10 continental et donc, à être assuré d'un ticket qualificatif pour la phase de groupe de la Ligue des champions, la Belgique a terminé à la treizième place, derrière des pays comme la Serbie et l'Écosse. Cette contre-performance signifie que le champion de la Jupiler Pro League de cette saison devra d'abord disputer les tours préliminaires de la Ligue des champions lors de la saison 2023-24. Pour la première fois depuis 2010, nous n'aurons pas de participant assuré à la phase de groupe de la plus prestigieuse de compétitions européenne. A l'époque, Anderlecht avait échoué au troisième tour préliminaire contre le Dynamo Kiev.
...

Le football belge doit se rattraper de sa dernière saison catastrophique pour le coefficient UEFA. Après avoir été pendant des années une valeur sûre dans le top 10 continental et donc, à être assuré d'un ticket qualificatif pour la phase de groupe de la Ligue des champions, la Belgique a terminé à la treizième place, derrière des pays comme la Serbie et l'Écosse. Cette contre-performance signifie que le champion de la Jupiler Pro League de cette saison devra d'abord disputer les tours préliminaires de la Ligue des champions lors de la saison 2023-24. Pour la première fois depuis 2010, nous n'aurons pas de participant assuré à la phase de groupe de la plus prestigieuse de compétitions européenne. A l'époque, Anderlecht avait échoué au troisième tour préliminaire contre le Dynamo Kiev.La bonne nouvelle est que cette situation n'est pas irrémédiable. Au début de cette nouvelle saison européenne, la Belgique occupe la dixième place, celle qui donne droit à un billet automatique pour les poules de la C1 dans deux ans. Pourquoi ça ? Expliquons à nouveau le système des coefficients pour bien comprendre tout cela. Il est calculé en additionnant les coefficients des cinq dernières années (voir encadré pour le calcul du coefficient). Chaque année, les résultats de la saison la plus ancienne ne sont plus pris en compte. Aujourd'hui, l'on prend en compte la saison 2017/18, qui fut une année dramatique pour notre football. Sur cette saison complète complète, nous n'avions gagné que ...2,6 points de coefficient.Alors pourquoi avons-nous de la chance ? Parce que perdre de ce peu de points serait vraiment négligeable par rapport aux autres pays qui nous précèdent. L'Ukraine a perdu 8 points, la Serbie 6,375, l'Autriche 9,75 et la Russie pas moins de 12...La course au billet pour la Ligue des champions est donc relancée cette année. Et la Belgique commence cette nouvelle campagne européenne avec une belle avance sur la Serbie, le 11e du classement FIFA. Ce pays accuse déjà un retard de 1,35 points sur nous. Cette avance correspond mine de rien à environ cinq victoires. Au-dessus de nous, l'Autriche est le premier pays, avec 30,2 points, soit 1,1 point de plus. Notre pays peut donc regarder vers le haut du classementUne autre bonne nouvelle est que la Serbie a déjà perdu un club dans cette campagne continentale. Radnicki Nis a été éliminé au deuxième tour préliminaire de la Conference League des oeuvres de Gzira United, le quatrième du championnat maltais. Si nous regardons en-dessous de la Serbie, nous voyons que la Russie occupe la 12ème place avec déjà presque 3 points de moins que la Belgique. On sait que les clubs russes ont été bannis du football européen en raison de la guerre avec l'Ukraine. Ils ne peuvent donc pas gagner un seul point cette saison. Il faudra en revanche se méfier de nations comme la Norvège ou l'Ukraine. Elles possèdent cependant déjà quatre points de moins que la Belgique, ce qui sera difficile à rattraper. L'Ukraine, comme la Serbie, a déjà perdu un club cette saison et l'Antwerp pourrait faciliter la situation des clubs du Royaume en éliminant les Norvégiens de Lilleström en Conference League.Pour conserver cette avance et éventuellement grimper dans le classement, il est extrêmement important que tous nos clubs se qualifient pour la phase de groupe d'une coupe d'Europe. Pour le FC Bruges (assuré de la CL), l'Union (qui dispute les préliminaires de la CL, mais sera assuré de l'Europa League en cas d'élimination) et La Gantoise (qui jouera les préliminaires de l'Europa League, en étant assuré des groupes de la Conference League dans le pire des cas), c'est déjà fait, mais Anderlecht et l'Antwerp auront encore du pain sur la planche dans les prochaines semaines pour atteindre ce stade la compétition en Conference League.Une compétition plus qu'intéressante pour des nations de second plan comme la nôtre puisqu'elle offre autant de points pour une victoire ou un match nul que les deux autres compétitions. Ainsi, lorsqu'Anderlecht gagne contre une petite équipe du continent, cela donne le même résultat en terme de coefficient que lorsque le FC Bruges terrasse l'AC Milan. C'est donc une compétition qui nous offre bien plus de chances de marquer de nombreux points.L'Antwerp a bien commencé ses devoirs estivaux au deuxième tour préliminaire contre Drita. Lilleström ne s'annonce pas un obstacle insurmontable au prochain tour. Il en va de même pour Anderlecht qui a bénéficié d'un tirage très clément avec le club estonien de Paide. Le tour de barrage de la Conference League sera une autre paire de manches, car les deux clubs belges ne seront plus têtes de série et pourraient affronter des clubs du calibre de West Ham, de la Fiorentina ou de Villarreal. Le défi s'annonce ardu, mais pour marquer de précieux points pour le coefficient UEFA, nos clubs devront aussi être capables de battre ces gros bonnets. Et alors, dans deux ans, notre champion sera de retour en phase de groupe sans s'encombrer de tours préliminaires.