"Je pense que c'est un moment opportun pour revoir" ce statut, a déclaré l'ancien double champion olympique du 1500 m lors d'un entretien accordé aux agences de presse internationales à trois jours du début des épreuves d'athlétisme des JO. "Rien n'est gravé dans le marbre. De temps en temps, on s'adapte et on réévalue", a-t-il ajouté. Sebastian Coe en a profité pour exprimer sa sympathie à l'égard de Richardson, suspendue durant un mois à partir du 28 juin par l'Agence américaine antidopage (Usada) après avoir été testée positive au cannabis lors des sélections olympiques américaines. "Je suis désolé pour elle. Nous avons perdu un talent exceptionnel et c'est une perte pour la compétition", a-t-il indiqué à propos de la star montante de l'athlétisme américain (21 ans), devenue en 2021 la sixième femme la plus rapide de l'histoire sur 100 m (10 sec 72) et qui devait être l'une des grandes attractions des Jeux. Concernant la tenue à huis clos des JO en pleine pandémie de coronavirus, Seb Coe a parlé d'un "défi double". "Les athlètes s'étaient d'abord habitués à évoluer sans les fans, mais ils avaient commencé à retrouver un peu de spectateurs ces derniers mois. Donc je pense que certains d'entre eux devront puiser au fond d'eux-mêmes pour se souvenir de ce qui leur avait permis de réussir sans le soutien du public", a-t-il expliqué. Le patron de World Athletics a également assuré qu'une nouvelle génération d'athlètes était prête à reprendre le flambeau alors que ces JO seront les premiers depuis la retraite de la légende du sprint Usain Bolt en 2017. "On me pose souvent la question: +À quoi ressemble le sport post-Usain Bolt?+ Et bien, il semble en bonne santé dans toute une gamme de disciplines de l'athlétisme", a-t-il affirmé. (Belga)

"Je pense que c'est un moment opportun pour revoir" ce statut, a déclaré l'ancien double champion olympique du 1500 m lors d'un entretien accordé aux agences de presse internationales à trois jours du début des épreuves d'athlétisme des JO. "Rien n'est gravé dans le marbre. De temps en temps, on s'adapte et on réévalue", a-t-il ajouté. Sebastian Coe en a profité pour exprimer sa sympathie à l'égard de Richardson, suspendue durant un mois à partir du 28 juin par l'Agence américaine antidopage (Usada) après avoir été testée positive au cannabis lors des sélections olympiques américaines. "Je suis désolé pour elle. Nous avons perdu un talent exceptionnel et c'est une perte pour la compétition", a-t-il indiqué à propos de la star montante de l'athlétisme américain (21 ans), devenue en 2021 la sixième femme la plus rapide de l'histoire sur 100 m (10 sec 72) et qui devait être l'une des grandes attractions des Jeux. Concernant la tenue à huis clos des JO en pleine pandémie de coronavirus, Seb Coe a parlé d'un "défi double". "Les athlètes s'étaient d'abord habitués à évoluer sans les fans, mais ils avaient commencé à retrouver un peu de spectateurs ces derniers mois. Donc je pense que certains d'entre eux devront puiser au fond d'eux-mêmes pour se souvenir de ce qui leur avait permis de réussir sans le soutien du public", a-t-il expliqué. Le patron de World Athletics a également assuré qu'une nouvelle génération d'athlètes était prête à reprendre le flambeau alors que ces JO seront les premiers depuis la retraite de la légende du sprint Usain Bolt en 2017. "On me pose souvent la question: +À quoi ressemble le sport post-Usain Bolt?+ Et bien, il semble en bonne santé dans toute une gamme de disciplines de l'athlétisme", a-t-il affirmé. (Belga)