FORCES ET FAIBLESSES

Le Club YLA a fait le ménage cet été. Le staff technique a laissé partir huit joueuses qui avaient fait le tour de la question ou dont on pensait qu'elles ne pouvaient pas franchir une étape. Les partantes ont été remplacées par quatre joueuses, tandis que des jeunes talentueuses comme Fien Broeckaert et Emely Schapdryver, nées en 2005, intègrent le noyau. Avec l'apport des Red Flames Isabelle Iliano, Jody Vangheluwe et Marie Minnaert, ça doit faire mal. En raison du changement d'entraîneur et de l'apparition d'un nouvea...

Le Club YLA a fait le ménage cet été. Le staff technique a laissé partir huit joueuses qui avaient fait le tour de la question ou dont on pensait qu'elles ne pouvaient pas franchir une étape. Les partantes ont été remplacées par quatre joueuses, tandis que des jeunes talentueuses comme Fien Broeckaert et Emely Schapdryver, nées en 2005, intègrent le noyau. Avec l'apport des Red Flames Isabelle Iliano, Jody Vangheluwe et Marie Minnaert, ça doit faire mal. En raison du changement d'entraîneur et de l'apparition d'un nouveau système de jeu, les joueuses n'ont pas chômé ces dernières semaines. Dennis Moerman sait qu'il lui faudra du temps pour faire passer son message sur les plans tactique et physique. Moerman aurait dû entraîner le SV Sottegem, en D2. En mai, le club avait annoncé l'arrivée de l'ex-T2 des Gent Ladies, mais le coach a reçu un appel du Club YLA pour remplacer Leo Van der Elst à temps plein, une opportunité qu'il ne pouvait refuser. La priorité de Moerman est de conférer une identité à son équipe. Le Club YLA doit avoir un style de jeu que tout le monde doit reconnaître, même s'il joue sous un maillot sans logo. D'un point de vue marketing, le Club YLA est une machine. Il a attiré deux gros sponsors et disputera son premier match de la saison face au Standard au stade Jan Breydel, ce qui n'est jamais arrivé jusqu'ici. Mais le Club YLA sait aussi qu'il sera difficile de prendre une place sur le podium, car Anderlecht, OHL et le Standard ne sont pas moins forts que la saison dernière. Avec deux matches au sommet face aux Rouches et au Sporting au cours des cinq premières journées, on saura vite si Bruges peut revendiquer une place dans le top 5.En février, Marie Minnaert (22 ans) n'a pas laissé l'ombre d'une chance à la Néerlandaise Sari Van Veenendaal, élue meilleure gardienne en 2019, lors d'un amical entre les Red Flames et les Pays-Bas. Depuis, la Flandrienne est une valeur sûre de la sélection belge. Elle fait partie des trois meilleures joueuses de Super League et les connaisseurs affirment qu'elle a encore une grande marge de progression, surtout sur le plan physique. Si elle peut muscler son corps élancé, rien ne s'opposera à un transfert vers un grand club étranger. IN Esther Buabadi (Zulte Waregem), Daisy Baudewyns (Eendrach Alost), Tine Schryvers (OHL Women), Ludmila Matavkova (Charleroi), Marith Decabooter, Fien Broeckaert, Isaline Sys, Emely Schapdryver, Caitlin Lievens (noyau Espoirs). OUT Charlotte Laridon, Debbie Decoene & Talitha Degroote (Zulte Waregem), Elle Decorte & Julie Vankeirsebilck (Zwevezele), Raquel Viaene (Gent Ladies), Nicky Vandenabbeele (arrêt).