Le transfert à Bruges de Bas Dost (31 ans) n'est pas pour plaire à l'entraîneur autrichien Adi Hütter, qui n'a désormais plus qu'un avant-centre, le Portugais André Silva, suite à la blessure de l'Allemand Ragnar Ache. "C'est un risque énorme, car Bas accélérait le rythme et était très présent dans le rectangle." Fredi Bobic, le directeur sportif de l'Eintracht Francfort, n'a pourtant pas eu le choix: "La pandémie constitue un fameux frein économique et ce transfert va rapporter de l'argent. En plus, le joueur le souhaitait."
...

Le transfert à Bruges de Bas Dost (31 ans) n'est pas pour plaire à l'entraîneur autrichien Adi Hütter, qui n'a désormais plus qu'un avant-centre, le Portugais André Silva, suite à la blessure de l'Allemand Ragnar Ache. "C'est un risque énorme, car Bas accélérait le rythme et était très présent dans le rectangle." Fredi Bobic, le directeur sportif de l'Eintracht Francfort, n'a pourtant pas eu le choix: "La pandémie constitue un fameux frein économique et ce transfert va rapporter de l'argent. En plus, le joueur le souhaitait." Bas Dost ne fera toutefois gagner que 3,4 millions à Francfort. Le Club a bien déboursé quatre millions, mais Kicker révèle que le Sporting CP, son club précédent, avait inclus une clause prévoyant le versement de 15% en cas de revente. L'Eintracht, qui a dépensé sept millions lors de l'été 2019 pour s'offrir le Néerlandais, doit donc reverser 600.000 euros aux Portugais. Il réalise toutefois une fameuse économie sur sa masse salariale, vu que Dost palpait trois millions par an en Bundesliga. Depuis le départ du Brésilien Wesley à Aston Villa, au coeur de l'été 2019, le Club cherchait en vain un buteur efficace contre des adversaires repliés. L'ancien attaquant néerlandais Youri Mulder, consultant, pense que Bruges a trouvé le chaînon manquant: "Bas est un avant à l'ancienne. Il me rappelle René Eijkelkamp. Le football a évolué, mais René excellait en possession du ballon alors qu'on sous-estimait ses aptitudes techniques. Il pouvait conserver le ballon, comme Bas, ce qui rendait le jeu moins prévisible. Des joueurs comme David Okereke et Noa Lang peuvent en profiter." Mulder raconte une anecdote qui date du passage de Dost à Lisbonne: " Jorge Jesus postait Bast hors-jeu, parfois de vingt mètres. Pourquoi? Le Sporting misait sur la possession du ballon. Dès qu'il sortait par les flancs, Bas profitait de cette avance. Il était en pointe, veillant à ne pas être hors-jeu. Il attendait le ballon et marquait à la pelle." Son principal atout? Mulder n'hésite pas: "Son sens du but. Encore faut-il qu'il soit bien approvisionné. Mais il marque très facilement. C'est pour ça que j'ai regretté qu'il renonce à l'équipe nationale en avril 2018. Il était sans doute trop souvent sur le banc à son goût. Il est très direct. Bas sait ce qu'il veut et le fait savoir, sans être difficile à gérer. Il est réaliste. Il va apporter de la taille au Club. Ses adversaires directs vont découvrir à quel point il pèse dans les duels. Bas est capable de jouer dos au but, de se démarquer. C'est un excellent relais." Cet été, Francfort a repoussé l'offre de Bruges, mais ne pouvait cette fois plus se le permettre, souffrant trop des suites économiques du Covid-19. "L'Eintracht est l'un des clubs allemands les plus touchés. Il perdrait jusqu'à trois millions d'euros par match sans spectateur, et Bas avait l'un des plus gros contrats. Le club allemand n'a donc pas eu le choix. Bruges a fait une affaire." Aux yeux de Mulder, Dost va passer de bons moments dans la Venise du Nord. "Bruges a une belle équipe et un entraîneur brillant. Le Club s'est bien défendu dans la phase de poules de la Ligue des Champions. J'ai l'impression que le championnat de Belgique gagne en attrait et en qualité. Nous avons quand même été surpris de voir un joueur de Bundesliga, qui disposait d'un certain statut dans un bon club, rejoindre un candidat au titre belge. Le Club Bruges a marqué ses ambitions en effectuant ce transfert." Mulder est convaincu que Dost va s'entendre à merveille avec Ruud Vormer et Lang. "Ils ont des points communs. Leur ouverture, leur liberté d'esprit, leur langage direct. Ce sont tous les trois des bêtes de football. Parfois un peu trop brutaux, d'accord. Mais Philippe Clement est calme et déterminé, il est tout à fait capable de les gérer. Il n'a pas encore eu de problème, même s'ils réagissent parfois très mal quand ils sont remplacés. Bas peut être difficile quand il ne joue pas. Aucun d'entre eux n'est du genre à se satisfaire de quelques minutes de jeu de temps en temps. Le coach doit leur opposer de solides arguments, mais d'autre part, ce caractère est un signe d'ambition et de professionnalisme. Bas est né pour marquer, il ne vit que pour ça. Il sait parfaitement se placer dans le rectangle. C'est son terrain de jeu favori. Dès qu'il s'y trouve, chaque ballon devient plus dangereux. Ça ne sera pas un problème au Club, car les arrières latéraux jouent en profondeur et rejoignent aisément l'autre camp. Bas va résoudre le problème auquel Bruges est confronté depuis des mois. Son énorme expérience l'aide à bien juger les différentes situations. Son calme constitue un atout considérable. Dost est en parfaite condition physique, il n'a pas un gramme de trop, car il a suivi un programme individuel avec un entraîneur d'athlétisme à Francfort. C'est un professionnel accompli. Après ses passages au Portugal et en Allemagne, Bas n'a pas peur d'un football physique. Il va vraiment devenir le pion idéal sur l'échiquier du Club, d'autant que Charles De Ketelaere peut être beaucoup plus utile à l'équipe à d'autres positions que l'avant-centre." "La moindre occasion est souvent caisse." C'est la première remarque qui vient à l'esprit d' Herwig De Bruyne quand il se remémore la période de janvier 2014 à août 2015, durant laquelle son fils Kevin a été le fournisseur attitré de Dost à Wolfsburg. "Il a toutefois dû patienter quelques mois pour obtenir sa chance, jusqu'au départ d' Ivica Olic en janvier 2015. Je me souviens que Bas a d'emblée inscrit deux buts contre le Bayern. Il est puissant et était donc l'avant-centre parfait dans le football offensif, parfois basé sur le contre, que développait Wolfsburg. Il exploitait parfaitement son gabarit et sa force, il reprenait le ballon de volée et surgissait juste au bon moment devant le but. Le Wolfsburg de Dieter Hecking était une machine bien huilée. Tout lui réussissait, avec Ivan Perisic et Kevin sur les flancs. Dost a pris le train en marche et a vécu une période très faste." Durant la saison 2014-2015, Bas Dost a inscrit seize buts et délivré quatre assists en 21 matches. Le père de KDB poursuit: "Dost est surtout intéressant au sein d'une équipe dominante, qui joue constamment dans le camp adverse. Il monopolise bien le ballon, à moins qu'il ne le passe de la tête à un coéquipier qui effectue la jonction. Attention, quand l'équipe se replie, Bas est aussi le premier à se battre et à s'engager dans des duels dans le rond central, même si ce n'est pas ce qu'il préfère. Il ne ménage pas ses efforts. Mais il fait la différence autrement: par son placement devant le but, son instinct. Il est constamment à l'affût et son jeu de tête constitue un atout fantastique. Bas a le sens du but, est rapide malgré sa grande taille, il lit bien le jeu et conserve son sang-froid en toutes circonstances. Je suis convaincu qu'il va apporter une énorme plus-value au Club. Celui-ci va en retirer beaucoup de plaisir, car Bas a exactement le profil qui faisait défaut à Bruges. En championnat, il doit normalement marquer dix à quinze buts par saison. Dost pèse beaucoup sur une défense, il plonge bien dans le rectangle et va frapper s'il est bien servi depuis les flancs. Je pense que le Club Bruges lui convient parfaitement."