Marc Degryse
Opinion

11/09/18 à 13:51 - Mise à jour à 13:51

Clement reçoit Vanhaezebrouck et ça promet!

Genk - Anderlecht a tous les ingrédients pour être une affiche intéressante, ce week-end. Genk n'est peut-être pas la meilleure équipe belge actuelle, parce qu'il y a toujours Bruges qui confirme son parcours de la saison passée. Mais Genk est bien dedans. En neuf mois dans ce club, Philippe Clement y a complètement imposé sa griffe. Il ne fait que confirmer les bonnes dispositions qu'il avait montrées dès ses débuts d'entraîneur principal, à Waasland-Beveren.

Clement reçoit Vanhaezebrouck et ça promet!

Philippe Clement et Hein Vanhaezebrouck (avril 2018) © ISOPIX

Clement a griffé Genk, il a carrément métamorphosé Genk. Quand il est arrivé là-bas, c'était un club malade. Entre-temps, les résultats sont là. La manière est là aussi. Il intègre régulièrement des jeunes dans l'équipe. Il bonifie pas mal d'individualités. Et il est arrivé à rendre aux gens l'envie d'aller au stade. Il y a de nouveau une bonne ambiance festive et positive là-bas. On voit aussi que la relation entre les supporters et la direction est redevenue bonne, alors que ça a été assez compliqué pendant quelques années. Il y a aussi eu une réorganisation au sommet du club, dans les bureaux, et les gens apprécient ces changements. Le courant ne passait pas entre le public et Patrick Janssens. Depuis qu'Erik Gerits l'a remplacé comme directeur général, les plis sont aplanis. Bref, il n'y a actuellement que des choses positives dans ce club.

Sur le terrain, donc, ça roule. Genk enchaîne les victoires et marque énormément de buts, aussi bien dans les tours préliminaires de l'Europa Ligue qu'en championnat. Je retiens les deux démonstrations et les neuf buts marqués contre Bröndby, même si ce n'était que Bröndby. On va vite y voir plus clair au niveau européen puisque les gars de Clement vont affronter Besiktas.

Partager

Philippe Clement a carrément métamorphosé Genk. Quand il est arrivé là-bas, c'était un club malade.

En championnat, Genk a déjà inscrit 16 buts mais a aussi raté trois penalties. Ça veut dire qu'avec plus de réalisme depuis les 11 mètres, cette équipe aurait la meilleure attaque de la compétition, elle ferait mieux que Bruges. Dans l'entrejeu, le trio Alejandro Pozuelo - Ruslan Malinovski - Sander Berge, c'est très bon. Leandro Trossard est tellement en forme que ça lui a permis d'intégrer le noyau des Diables Rouges alors qu'on ne l'attendait pas nécessairement aussi vite là-bas. Dieumerci Ndongala est toujours susceptible de faire le spectacle en y ajoutant l'efficacité. Derrière, c'est costaud. Et devant, on attend encore qu'Aly Samatta devienne régulier sur la durée. Avant la saison, je pensais que Genk avait une chance de se battre pour être dans le Top 3. Après six matches, j'ai l'impression que cette équipe peut viser encore plus haut, qu'elle peut envisager un trophée.

Le match contre Anderlecht sera un bon test pour les deux clubs. Anderlecht ne montre pas la même régularité. C'est parfois bon, mais à d'autres moments, ça laisse vraiment à désirer. Une des explications, pour moi, est l'absence d'un vrai patron technique. Il y a Adrien Trebel, qui va maintenant avoir encore plus de poids sur les épaules, vu sa prolongation et le salaire qui l'accompagne. Trebel est un vrai pilier de cette équipe. Mais c'est aussi un joueur qui se met au service des autres. Il manque, devant lui, un gars capable de faire le jeu, d'orienter la manoeuvre, d'avoir de temps en temps un flash qui fait la différence. C'est le profil que Hein Vanhaezebrouck continue à chercher. S'il le trouve, non seulement le jeu d'Anderlecht se bonifiera, mais en plus, ça enlèvera de la pression à Trebel. Qui peut faire ça ? Knowledge Musona en était capable à Ostende. Ryota Morioka le faisait à Waasland-Beveren. Pieter Gerkens pourrait aussi s'y coller. Mais ce sont trois joueurs qui ont, jusqu'ici, du mal à se mettre à la hauteur de l'institution.

Nos partenaires