Une situation absurde, mais qui ne met pas à l'épreuve l'entraîneur du Club, Philippe Clément. "Genk? Je ne m'en occupe pas du tout. Nous devons nous concentrer sur nous-mêmes et ne perdre aucune énergie dans tout le reste. Le week-end dernier, mon groupe l'a déjà très bien fait. Les playoffs sont toujours un véritable cirque, avec tout ce qui l'entoure et tous les scénarios possibles. Je ne vais pas regarder le match contre l'Antwerp. Après cinq minutes, il peut y avoir un scénario, et après vingt minutes, quelque chose de complètement différent. S'il y a une chose qui est importante, c'est de ne pas se sentir impliqué. Bien sûr, j'écouterai à la fin du match et les joueurs aussi, mais cela ne doit pas influencer notre jeu. Après tout, nous commençons chaque match pour gagner, et ce ne sera pas différent cette fois-ci. Nous avons élaboré un plan, qui est le meilleur moyen d'y parvenir pour le moment, sur la base de données et des entraînements. C'est ainsi que les choix sont faits et c'est ainsi que ce match ne diffère pas des autres de ces derniers mois." Il s'en est suivi une double confrontation avec l'entraîneur d'Anderlecht, Vincent Kompany, qui, juste avant, avait déclaré qu'il n'avait aucun doute sur le fait que Hans Vanaken serait titulaire jeudi. Lors des deux matches contre l'Antwerp, le Diable Rouge a dû commencer sur le banc à chaque fois. À Bruges, il est entré au jeu après la pause et a marqué le but de la victoire sur penalty. "Vous ne devez pas rendre vos collègues plus malins qu'ils ne le sont déjà. De plus, nous sommes encore à plus de 24 heures du coup d'envoi et les choses peuvent encore changer. Hans était-il malheureux dimanche ? Vous avez dû mal comprendre alors. Bien sûr, aucun joueur n'est heureux de ne pas pouvoir commencer. Mais Hans l'a accepté de bon gré et était prêt pour ce match, pour faire ce qu'il avait à faire. Il savait qu'il monterait au jeu lorsque l'opposition serait fatiguée. Rien de tout cela ne change notre relation. Cela a été la même chose cette semaine qu'avant." Pour Clement, il pourrait s'agir du troisième titre national consécutif. "C'est unique, mais ce n'est pas une histoire personnelle, mais celle de tout le monde ensemble. Je ne suis pas ici avec un objectif individuel. Je tire la plus grande satisfaction de la joie que vous pouvez procurer à tout le monde. Cela m'a manqué l'année dernière en raison de l'absence des supporters dans les stades." (Belga)

Une situation absurde, mais qui ne met pas à l'épreuve l'entraîneur du Club, Philippe Clément. "Genk? Je ne m'en occupe pas du tout. Nous devons nous concentrer sur nous-mêmes et ne perdre aucune énergie dans tout le reste. Le week-end dernier, mon groupe l'a déjà très bien fait. Les playoffs sont toujours un véritable cirque, avec tout ce qui l'entoure et tous les scénarios possibles. Je ne vais pas regarder le match contre l'Antwerp. Après cinq minutes, il peut y avoir un scénario, et après vingt minutes, quelque chose de complètement différent. S'il y a une chose qui est importante, c'est de ne pas se sentir impliqué. Bien sûr, j'écouterai à la fin du match et les joueurs aussi, mais cela ne doit pas influencer notre jeu. Après tout, nous commençons chaque match pour gagner, et ce ne sera pas différent cette fois-ci. Nous avons élaboré un plan, qui est le meilleur moyen d'y parvenir pour le moment, sur la base de données et des entraînements. C'est ainsi que les choix sont faits et c'est ainsi que ce match ne diffère pas des autres de ces derniers mois." Il s'en est suivi une double confrontation avec l'entraîneur d'Anderlecht, Vincent Kompany, qui, juste avant, avait déclaré qu'il n'avait aucun doute sur le fait que Hans Vanaken serait titulaire jeudi. Lors des deux matches contre l'Antwerp, le Diable Rouge a dû commencer sur le banc à chaque fois. À Bruges, il est entré au jeu après la pause et a marqué le but de la victoire sur penalty. "Vous ne devez pas rendre vos collègues plus malins qu'ils ne le sont déjà. De plus, nous sommes encore à plus de 24 heures du coup d'envoi et les choses peuvent encore changer. Hans était-il malheureux dimanche ? Vous avez dû mal comprendre alors. Bien sûr, aucun joueur n'est heureux de ne pas pouvoir commencer. Mais Hans l'a accepté de bon gré et était prêt pour ce match, pour faire ce qu'il avait à faire. Il savait qu'il monterait au jeu lorsque l'opposition serait fatiguée. Rien de tout cela ne change notre relation. Cela a été la même chose cette semaine qu'avant." Pour Clement, il pourrait s'agir du troisième titre national consécutif. "C'est unique, mais ce n'est pas une histoire personnelle, mais celle de tout le monde ensemble. Je ne suis pas ici avec un objectif individuel. Je tire la plus grande satisfaction de la joie que vous pouvez procurer à tout le monde. Cela m'a manqué l'année dernière en raison de l'absence des supporters dans les stades." (Belga)