"Sur le Taaienberg, j'étais bien placé. J'ai vu Luke Rowe et Greg Van Avermaet accélérer. Je me trouvais trois place derrière Tiesj Benoot et j'ai cru en vain que les autres contreraient le duo. Comme l'écart avec Rowe et Van Avermaet était déjà important, je me devais de partir à l'attaque", a expliqué Stuyven. "J'ai commis une erreur cruciale. J'ai démarré sur le Paddestraat en pensant recevoir le soutien de l'un ou de l'autre. J'ai consulté mon directeur sportif Dirk Demol pour voir s'il n'était pas préférable d'attendre le peloton. Cela m'a déconcentré et j'ai mal négocié un virage très serré. Dès que je l'ai entamé, j'ai compris que j'étais à la faute et je me suis retrouvé au sol. Heureusement, j'ai pu remonter directement sur mon vélo mais j'ai été repris par le peloton. Par chance, cette chute ne m'a pas occasionné trop de blessures. Mon dos tire un peu et j'ai des égratignures aux mains. Mais tout ça va vite rentrer dans l'ordre." (Belga)

"Sur le Taaienberg, j'étais bien placé. J'ai vu Luke Rowe et Greg Van Avermaet accélérer. Je me trouvais trois place derrière Tiesj Benoot et j'ai cru en vain que les autres contreraient le duo. Comme l'écart avec Rowe et Van Avermaet était déjà important, je me devais de partir à l'attaque", a expliqué Stuyven. "J'ai commis une erreur cruciale. J'ai démarré sur le Paddestraat en pensant recevoir le soutien de l'un ou de l'autre. J'ai consulté mon directeur sportif Dirk Demol pour voir s'il n'était pas préférable d'attendre le peloton. Cela m'a déconcentré et j'ai mal négocié un virage très serré. Dès que je l'ai entamé, j'ai compris que j'étais à la faute et je me suis retrouvé au sol. Heureusement, j'ai pu remonter directement sur mon vélo mais j'ai été repris par le peloton. Par chance, cette chute ne m'a pas occasionné trop de blessures. Mon dos tire un peu et j'ai des égratignures aux mains. Mais tout ça va vite rentrer dans l'ordre." (Belga)