1. La vie au quotidien à Ostende sans Marc Coucke, c'est comment ?
...

1. La vie au quotidien à Ostende sans Marc Coucke, c'est comment ? Tout le monde sait l'importance qu'il avait dans ce club, tout le monde sait que c'est lui qui amenait les fonds, maintenant il n'est plus là et on se retrouve avec plein de points d'interrogation. Beaucoup de joueurs se demandent s'ils seront encore ici la saison prochaine. Certains ont appris qu'ils devaient partir. D'autres visent un transfert. C'est la grande incertitude et c'est lourd à vivre. Normalement, une équipe comme Ostende doit aborder des play-offs 2 avec une étiquette de favorite, mais regarde où on en est dans le classement, on est presque tout en bas. Ce n'est pas normal. Je ne dis pas que le départ de Marc Coucke est la seule explication de la situation sportive compliquée mais c'est en tout cas une explication. J'ai parfois l'impression que tout le monde est déjà un peu en vacances, c'est illogique. 2. Tu fais partie des joueurs qui ont signé à Ostende parce qu'il y avait beaucoup d'argent et donc beaucoup d'ambition. Aujourd'hui, tu sens que la réalité du club a évolué ? Tout à fait. Si j'ai quitté Waasland Beveren après quelques matches de championnat, c'est parce qu'on m'avait détaillé un projet ambitieux. Si Nicolas Lombaerts est venu ici, c'est pour les mêmes raisons. 3. Hugo Broos a dit que c'était le bordel dans le vestiaire. Il y va trop fort ou il a raison ? Ce n'est pas nouveau. Il ne faut pas tout mettre sur le compte du départ de Marc Coucke, l'ambiance était déjà la même quand il était encore là. Hugo Broos a voulu dire que tout le monde ne tirait pas à la même corde et c'est vrai. Il n'y a pas un groupe mais des groupuscules ici et là. Ce n'est pas une vraie équipe. C'est ce que j'avais ressenti dès mon arrivée, pendant le mois d'août. Ostende avait raté son départ puis ça ne s'est pas directement amélioré. Quand tu commences ta saison en prenant deux points sur 24, ça ne peut pas aller, ça ne peut qu'avoir des répercussions négatives sur l'ambiance. Après ça, on s'est un peu redressés au niveau des résultats mais je n'ai jamais vraiment senti un changement d'atmosphère. Comme tout le monde, je suis très déçu par l'expérience, j'attendais beaucoup mieux de ce transfert. Je signe dans un club qui a l'ambition de se qualifier pour les play-offs 1 puis je vis un truc pareil... 4. Dans la presse flamande, on lit que tu vas devoir partir parce que tu pèses beaucoup trop lourd dans le budget d'Ostende. A ce point-là ? Je vais partir, ça c'est déjà sûr. Tous les joueurs ont eu un entretien individuel avec Hugo Broos. A moi, il a par exemple expliqué qu'avec le budget consacré à mon salaire et à celui de Nicolas Lombaerts, il pourrait entretenir cinq joueurs. Tout le monde sait que je ne suis pas venu pour rien, c'est normal à partir du moment où je suis devenu le transfert entrant le plus cher de l'histoire d'Ostende, c'était plus de 2 millions. Ostende ne veut pas me conserver et je n'ai pas l'intention de rester, donc mon départ sera une situation de win-win. J'ai des contacts, en Belgique et à l'étranger. Si le club veut récupérer ce qu'il a dépensé il y a moins d'un an, c'est un montant important pour une équipe belge mais c'est peanuts pour un club d'un meilleur championnat. Et puis, malgré la saison compliquée de l'équipe, je ne suis quand même pas mal au niveau de mes statistiques personnelles. J'ai mis 14 buts et j'ai donné quelques assists, ce n'est pas mal, vu le contexte. 5. Adnan Custovic doit partir et laisser sa place à Gert Verheyen alors qu'on a l'impression qu'il n'a quand même pas mal travaillé, dans des conditions délicates. C'est la vie, c'est ça le foot de haut niveau ? Entre Custovic et moi, on ne peut pas dire que ça se soit toujours bien passé. Parfois, ça a même été très compliqué. Donc, permets-moi de ne pas trop m'exprimer publiquement sur son cas... Je peux simplement dire que c'est une histoire entre la nouvelle direction et lui. C'est le football de haut niveau, oui, on peut dire ça. Je ne connais pas Gert Verheyen mais j'espère pour tout le monde ici que la mayonnaise va prendre avec lui.