1 Comment est-il possible que vous ayez entamé la saison avec un six sur six alors que l'entraîneur de la saison passée vous avait qualifié de candidat à la rélégation et de " Lokeren de cette saison " ?

Je pense qu'on dispose de plus de qualité que la saison passée. Plusieurs bons joueurs ont rejoint le groupe, il y a plus d'interactions et aussi plus de bagage footballistique. Skulason, Palaversa et Vargas à sa manière nous plaisent beaucoup. Je pense que le mélange est bon. Évidemment, gagner à Anderlecht la première journée a boosté le moral de notre équipe car pour elle, c'est un exploit.

2 Le président Frank Dierckens a déclaré samedi au quotidien Het Laatste Nieuws que la saison passée, le vestiaire était une zone sauvage. " Alors que maintenant, nous avons tiré deux lignes que personne ne peut franchir. " N'y avait-il donc pas de ligne de conduite la saison passée ou les lignes étaient-elles mal surveillées ?

C'est excessif. Disons qu'on a maintenant des caractères différents. La saison passée, certains joueurs étaient difficiles à gérer et ne s'intéressaient pas au groupe. Skulason, Vargas et Neto sont des professionnels expérimentés, travailleurs, ouverts aux autres. Palaversa est un jeune talent qui veut tout mettre en oeuvre pour réussir et qui est encore malléable. Le sentiment général a changé. On passe plus de temps à table et on discute ensemble. C'est parce que des personnalités agréables nous ont rejoints, des hommes qui transmettent des ondes positives et aussi parce qu'on vient de gagner deux fois. La victoire est toujours agréable. Maintenant, c'est à nous de conserver intact ce sentiment.

3 Quel est le mérite du nouvel entraîneur Kare Ingebrigtsen dans ce succès rapide ?

Il a une vision. Jusqu'à présent, on procède toujours en 4-3-3 avec des avants qui restent haut et un triangle offensif dans l'entrejeu. L'entraîneur est très simple, très basique, mais rien ne lui échappe, il explique clairement ce qu'il veut et n'hésite pas à opérer des choix, qu'il explique un par un. Il est calme, il a le sens de l'humour et travailler avec lui est très agréable.

4 Sindrit Guri a déjà inscrit deux buts, soit autant que sur toute la saison passée. Samedi, à l'issue du match contre le Cercle Bruges, il a déclaré qu'il se sentait mieux avec ce coach, qui lui faisait plus confiance, lui demandait de jouer davantage au football alors que la saison passée, c'était " courir, courir et encore courir. " Kare Ingebrigtsen s'y prend-il très différemment de Gert Verheyen, psychologiquement et tactiquement ?

Il est très simple, il utilise moins d'images que Gert, par exemple, et il tente de susciter une interaction entre les joueurs et lui. Gert aussi mais on en a retiré trop peu et ça le frustrait beaucoup. Mais je persiste et je signe : on s'est maintenu grâce à Gert et non malgré lui, grâce à la structure qu'il a conférée à l'équipe. On a maintenant plus de qualités, on possède un peu plus le ballon, ce qui est plus agréable pour tout le monde mais on doit rester modeste et réaliste. Ce n'est pas parce qu'on a signé un six sur six qu'on va prendre 40 points au lieu de 27.

5 Gert Verheyen est désormais analyste, comme Hein Vanhaezebrouck. Il leur appartient de juger si leur successeur fait du meilleur travail qu'eux. Ils doivent également porter un jugement sur des collègues qui travaillent dans des clubs où ils souhaiteraient peut-être travailler la saison prochaine. N'est-ce pas un peu délicat sur la plan déontologique ?

Peut-être mais le milieu n'est-il pas ainsi fait ? Quand on voit ses collègues le long de la ligne, on se demande parfois aussi s'ils sont collégiaux. Je trouve que chacun peut donner son avis s'il y met la manière, donc sans heurter les gens. Il faut être plus prudent dans certaines positions mais finalement, il ne s'agit que d'opinions. Je dois dire que j'ai moins de problèmes avec les analystes qu'avec ce que certains journalistes écrivent parfois. Mais je le répète : ce n'est que mon opinion.