Ils étaient présents, mercredi à Bruxelles, en compagnie de leur compatriote Willie Banks. Aujourd'hui âgé de 63 ans, celui-ci fut le seul Américain, à l'exception de Dan Ahearn (entre 1911 et 1924) à avoir détenu le record du monde du triple saut. Il avait réussi 17m97 le 16 juin 1985 à Indianapolis. Ce n'est qu'Edwards, dix ans plus tard, qui est parvenu à l'effacer des tablettes (17m98 à Salamanque le 18 juillet 1995). "Mais plus encore que les championnats et mes records, c'est ce que j'ai apporté au public, ma personnalité qui m'ont rendu célèbre", reconnaît le toujours très extraverti sexagénaire qui sera introduit au "Hall of Fame" du Mémorial vendredi soir. Si aujourd'hui, sur tout les sautoirs des grands meetings, le public encourage les athlètes en accompagnant leurs courses d'élan d'applaudissements en rythme (le clapping créé en 1981), c'est à Willie Banks qu'on le doit. "Je suis de retour à la maison, en revenant à Bruxelles. Le public y a toujours été unique. Il adore l'athlétisme." Son successeur sur les tablettes nationales américaines, Christian Taylor, vient au Mémorial avec l'intention de remporter sa 7e Diamond League, après avoir été battu l'an dernier par le Portugais Pedro Pablo Pichardo, qui sera aussi présent. "Chasser le record (du monde) a changé ma perspective. Je veux maintenant avoir du plaisir et si le record arrivait ce serait une joie supplémentaire. Mais je fais ce que j'aime, je voyage, j'aime l'athlétisme" a précisé celui qui a tenté une expérience sur 400m avant de retour à ses premières amours. Will Claye a reconnu que Bruxelles ne constituait pas un objectif en soi. "C'est un entraînement pour l'événement le plus important de l'année, les Mondiaux de Doha." Mais les trois triple sauteurs (Banks continue en catégorie Masters 60-65 ans) partagent une passion commune pour leur discipline. "Elle est si artistque, si difficile à bien pratiquer" selon Claye. "C'est de la poésie en mouvement, et en même temps on saute la longueur du bus scolaire ou d'un terrain de volley." Quant à Willie Banks, il résuma sa philosophie : "Il faut avoir le plus de plaisir possible, c'est le meilleur moyen de bien sauter." . (Belga)