"Anderlecht, le Standard, Bruges... Je suis ouvert à toutes les propositions." Les mots de Dieumerci Mbokani, brandis en même temps que son Soulier d'Ébène, avaient mis le football belge en émoi. Et si, finalement, le meilleur buteur du dernier championnat portera les couleurs du Great Old pour une saison supplémentaire, l'agitation créée parmi les supporters de tous les grands clubs du pays témoignait d'un espoir soudain dans la quête de l'oiseau rare. Un rôle de spécialiste décrit à sa manière par José Mourinho lors de sa présentation comme manager de Manchester United en 2016: "Il y a beaucoup de joueurs qui savent faire une bonne passe, mais être au bon endroit pour mettre la balle au fond des filets, c'est le job le plus difficile."

Même à l'Antwerp, terre du Taureau d'or, on cherche encore un attaquant.

Les plus rares étant aussi les plus chers, certains sont prêts à dépenser sans compter pour trouver l'homme qui va faire décoller la colonne des buts marqués. Pour Ivan Leko, 55 à 60 buts sont nécessaires pour occuper le haut du tableau dans le championnat belge. De quoi satisfaire le Croate d'avoir conservé le Taureau d'or dans ses rangs. Mais au Bosuil, on sait que Mbokani ne suffira pas, et que Jonathan Bolingi est probablement trop limité pour servir d'associé ou de doublure à son compatriote. Même dans le vestiaire du meilleur buteur de l'élite, on cherche encore un attaquant.

GAND VOIT GRAND

Quand Mbokani s'est mis sur le marché, le club belge à avoir fait l'approche la plus concrète envers le Congolais était Gand. Les Buffalos ont pourtant placé trois hommes au-delà de la barre des sept buts la saison dernière, mais se préparent à perdre Jonathan David, co-meilleur buteur de l'élite qui semble de plus en plus proche d'un avenir lillois.

Les Buffalos sont prêts à dégainer les millions pour rester la meilleure attaque de l'élite.

À en croire le Nieuwsblad, les hameçons gantois seraient déjà bien installés dans le grand étang des chasseurs de buts. S'ils ont rapidement abandonné le dossier Mbokani, Michel Louwagie et Ivan De Witte ont dressé le profil idéal pour s'installer dans le système de jeu de Jess Thorup: un attaquant capable de mener le pressing de ses troupes tout en faisant trembler les filets. Idéalement, en dépassant le mètre 90, pour assouvir le péché mignon du président pour les grands formats. Disposés à déposer six millions sur la table, les Buffalos semblent prêts à tout pour conserver leur statut de meilleure attaque de l'élite.

BRUGES CHERCHE ENCORE

Sur ce plan, le principal rival est évidemment brugeois. Dans la Venise du Nord, on entend souvent que le remplaçant de Wesley n'a toujours pas été trouvé. Tant pis si en 1.850 minutes jouées, David Okereke a déjà atteint la barre des onze buts, n'échouant qu'à deux longueurs du Wesley 2018 et à six du Wesley 2019, cette dernière version ayant eu 3.892 minutes à se mettre sous les crampons. La meilleure moyenne du Brésilien (0,47 buts par 90 minutes) n'a pas résisté au Nigérian, pourtant souvent critiqué (0,54).

Bruges poursuit sa quête d'un attaquant capable de remplacer Wesley. Le Club ne surestime-t-il pas les chiffres de son Brésilien?

Au coude-à-coude avec Genk dans la course au titre il y a deux ans, Bruges n'avait pas recruté d'attaquant au coeur de l'hiver. Douze mois plus tard, les Blauw en Zwart avaient agi, malgré une avance confortable, en attirant Michael Krmencik au bout du mois de janvier après avoir longtemps pisté le prometteur argentin Adolfo Gaich. Malgré ces nombreuses dépenses dans le secteur (le Club avait aussi payé plusieurs millions pour le prêt de Mbaye Diagne), la quête d'un attaquant reste l'un des principaux chantiers de l'été brugeois. De quoi rendre encore un peu plus luxueux les problèmes de sélection de Philippe Clement, qui ne semble même pas compter sur les douze buts marqués par Kaveh Rezaei sous le maillot zébré la saison passée.

CHEZ LES OUTSIDERS

Dans le Pays Noir, un retour de l'Iranien ne semble pas être une priorité. Parce que Charleroi n'a pas l'habitude de dépenser des montants déraisonnables, encore plus quand la recrue a déjà atteint un âge qui limite les plus-values potentielles. Mais surtout, parce que l'homme du début d'année 2020 était Shamar Nicholson, troisième meilleur buteur de l'année civile avec cinq buts, dans le sillage de David (10) et de Michel Vlap (6). Le Jamaïcain semble armé pour emmener l'attaque zébrée. Reste donc à savoir si Frank Tsadjout (dont le prêt devrait être prolongé) et le jeune Anthony Descotte sont des doublures suffisantes pour un club qui se rêve compétitif sur trois tableaux. Dans le vestiaire carolo, on se dit déjà qu'un renfort en pointe ne serait pas un caprice. Mais on sait aussi qu'avec Mehdi Bayat, les mercatos s'emballent souvent en fin de parcours.

À eux trois, Cop, Oulare et Avenatti ont marqué moins de buts que Renaud Emond cette saison.

De l'autre côté de la Wallonie, Sclessin compte ses buts. La direction rouche ne peut que se plier au douloureux constat: à eux trois, Duje Cop (1), Obbi Oulare (2) et Felipe Avenatti (2) ont inscrit moins de buts en championnat que Renaud Emond (7), pourtant parti tenter sa chance en Ligue 1 au début de l'hiver. Les problèmes offensifs du Standard peuvent-ils être résolus de l'intérieur, sachant que les finances des Liégeois ne devraient pas leur permettre de boxer dans la cour des grands à la quête d'un nouveau buteur? Au sein du club, certains espèrent qu'Oulare puisse enfin vivre une saison à l'abri des pépins physiques, tandis que d'autres rappellent que s'il est alimenté par de bons centres et entouré de joueurs rapides, Avenatti est capable de faire décoller le marquoir.

Anderlecht espère que le retour en forme de Landry Dimata mettra un terme à ses longs problèmes de numéro 9.

À Bruxelles comme en bords de Meuse, on espère que l'infirmerie épargnera le buteur le plus fiable du noyau. Landry Dimata a retrouvé le chemin des terrains, et tout Neerpede semble prêt à faire confiance à celui qui, avant sa mystérieuse blessure qui l'a écarté des terrains pendant plus d'un an, a planté 13 buts en 1.842 minutes passées sous le maillot mauve (0,64 par match). Également de retour de blessure, Antoine Colassin pourra poursuivre sa progression à l'ombre d'un titulaire, et confirmer ses excellentes dispositions du début d'année, alors que Kemar Roofe ne sera pas retenu si une offre suffisante débarque dans les bureaux bruxellois, même si les analyses de son jeu ont prouvé qu'il pourrait devenir l'un des attaquants les plus redoutables du championnat à la finition.

SUR LE MARCHÉ

Partout, ou presque, on semble donc en quête d'une certitude pour s'installer dans le secteur offensif des plus grosses écuries du championnat. Certains noms locaux suscitent d'ailleurs de l'intérêt. En Belgique, personne n'a oublié le premier tour tonitruant du Canadien Cyle Larin, neuf buts et huit passes décisives toutes compétitions confondues en 2019 avant de s'éteindre après le mercato d'hiver.

Cyle Larin, Terem Moffi, Smail Prevljak ou William Togui ont fait parler d'eux cette saison.

De l'autre côté de la Saint-Sylvestre, la sensation dans la surface adverse s'appelait Terem Moffi, débarqué à Courtrai depuis la Lituanie et bon pour quatre buts en sept matches. Soit autant que Smail Prevljak, qui a impressionné lors de son prêt eupenois. Des noms auxquels s'ajoute encore celui de William Togui, l'Ivoirien de Malines qui a trouvé le chemin du but à neuf reprises cette saison.

Parmi les clubs du haut de tableau, seul Genk semble aujourd'hui assuré de ne pas se mêler à la bataille pour attirer l'un de ces profils. En plus de conserver Paul Onuachu, neuf fois buteur en Pro League, le Racing a déjà frappé fort sur le mercato offensif en s'offrant Cyriel Dessers, meilleur buteur d'Eredivisie au profil bien plus complet que celui du géant nigérian. Pour confirmer que dénicher des buteurs reste une spécialité limbourgeoise?

"Anderlecht, le Standard, Bruges... Je suis ouvert à toutes les propositions." Les mots de Dieumerci Mbokani, brandis en même temps que son Soulier d'Ébène, avaient mis le football belge en émoi. Et si, finalement, le meilleur buteur du dernier championnat portera les couleurs du Great Old pour une saison supplémentaire, l'agitation créée parmi les supporters de tous les grands clubs du pays témoignait d'un espoir soudain dans la quête de l'oiseau rare. Un rôle de spécialiste décrit à sa manière par José Mourinho lors de sa présentation comme manager de Manchester United en 2016: "Il y a beaucoup de joueurs qui savent faire une bonne passe, mais être au bon endroit pour mettre la balle au fond des filets, c'est le job le plus difficile."Les plus rares étant aussi les plus chers, certains sont prêts à dépenser sans compter pour trouver l'homme qui va faire décoller la colonne des buts marqués. Pour Ivan Leko, 55 à 60 buts sont nécessaires pour occuper le haut du tableau dans le championnat belge. De quoi satisfaire le Croate d'avoir conservé le Taureau d'or dans ses rangs. Mais au Bosuil, on sait que Mbokani ne suffira pas, et que Jonathan Bolingi est probablement trop limité pour servir d'associé ou de doublure à son compatriote. Même dans le vestiaire du meilleur buteur de l'élite, on cherche encore un attaquant.Quand Mbokani s'est mis sur le marché, le club belge à avoir fait l'approche la plus concrète envers le Congolais était Gand. Les Buffalos ont pourtant placé trois hommes au-delà de la barre des sept buts la saison dernière, mais se préparent à perdre Jonathan David, co-meilleur buteur de l'élite qui semble de plus en plus proche d'un avenir lillois.À en croire le Nieuwsblad, les hameçons gantois seraient déjà bien installés dans le grand étang des chasseurs de buts. S'ils ont rapidement abandonné le dossier Mbokani, Michel Louwagie et Ivan De Witte ont dressé le profil idéal pour s'installer dans le système de jeu de Jess Thorup: un attaquant capable de mener le pressing de ses troupes tout en faisant trembler les filets. Idéalement, en dépassant le mètre 90, pour assouvir le péché mignon du président pour les grands formats. Disposés à déposer six millions sur la table, les Buffalos semblent prêts à tout pour conserver leur statut de meilleure attaque de l'élite.Sur ce plan, le principal rival est évidemment brugeois. Dans la Venise du Nord, on entend souvent que le remplaçant de Wesley n'a toujours pas été trouvé. Tant pis si en 1.850 minutes jouées, David Okereke a déjà atteint la barre des onze buts, n'échouant qu'à deux longueurs du Wesley 2018 et à six du Wesley 2019, cette dernière version ayant eu 3.892 minutes à se mettre sous les crampons. La meilleure moyenne du Brésilien (0,47 buts par 90 minutes) n'a pas résisté au Nigérian, pourtant souvent critiqué (0,54).Au coude-à-coude avec Genk dans la course au titre il y a deux ans, Bruges n'avait pas recruté d'attaquant au coeur de l'hiver. Douze mois plus tard, les Blauw en Zwart avaient agi, malgré une avance confortable, en attirant Michael Krmencik au bout du mois de janvier après avoir longtemps pisté le prometteur argentin Adolfo Gaich. Malgré ces nombreuses dépenses dans le secteur (le Club avait aussi payé plusieurs millions pour le prêt de Mbaye Diagne), la quête d'un attaquant reste l'un des principaux chantiers de l'été brugeois. De quoi rendre encore un peu plus luxueux les problèmes de sélection de Philippe Clement, qui ne semble même pas compter sur les douze buts marqués par Kaveh Rezaei sous le maillot zébré la saison passée.Dans le Pays Noir, un retour de l'Iranien ne semble pas être une priorité. Parce que Charleroi n'a pas l'habitude de dépenser des montants déraisonnables, encore plus quand la recrue a déjà atteint un âge qui limite les plus-values potentielles. Mais surtout, parce que l'homme du début d'année 2020 était Shamar Nicholson, troisième meilleur buteur de l'année civile avec cinq buts, dans le sillage de David (10) et de Michel Vlap (6). Le Jamaïcain semble armé pour emmener l'attaque zébrée. Reste donc à savoir si Frank Tsadjout (dont le prêt devrait être prolongé) et le jeune Anthony Descotte sont des doublures suffisantes pour un club qui se rêve compétitif sur trois tableaux. Dans le vestiaire carolo, on se dit déjà qu'un renfort en pointe ne serait pas un caprice. Mais on sait aussi qu'avec Mehdi Bayat, les mercatos s'emballent souvent en fin de parcours.De l'autre côté de la Wallonie, Sclessin compte ses buts. La direction rouche ne peut que se plier au douloureux constat: à eux trois, Duje Cop (1), Obbi Oulare (2) et Felipe Avenatti (2) ont inscrit moins de buts en championnat que Renaud Emond (7), pourtant parti tenter sa chance en Ligue 1 au début de l'hiver. Les problèmes offensifs du Standard peuvent-ils être résolus de l'intérieur, sachant que les finances des Liégeois ne devraient pas leur permettre de boxer dans la cour des grands à la quête d'un nouveau buteur? Au sein du club, certains espèrent qu'Oulare puisse enfin vivre une saison à l'abri des pépins physiques, tandis que d'autres rappellent que s'il est alimenté par de bons centres et entouré de joueurs rapides, Avenatti est capable de faire décoller le marquoir.À Bruxelles comme en bords de Meuse, on espère que l'infirmerie épargnera le buteur le plus fiable du noyau. Landry Dimata a retrouvé le chemin des terrains, et tout Neerpede semble prêt à faire confiance à celui qui, avant sa mystérieuse blessure qui l'a écarté des terrains pendant plus d'un an, a planté 13 buts en 1.842 minutes passées sous le maillot mauve (0,64 par match). Également de retour de blessure, Antoine Colassin pourra poursuivre sa progression à l'ombre d'un titulaire, et confirmer ses excellentes dispositions du début d'année, alors que Kemar Roofe ne sera pas retenu si une offre suffisante débarque dans les bureaux bruxellois, même si les analyses de son jeu ont prouvé qu'il pourrait devenir l'un des attaquants les plus redoutables du championnat à la finition.Partout, ou presque, on semble donc en quête d'une certitude pour s'installer dans le secteur offensif des plus grosses écuries du championnat. Certains noms locaux suscitent d'ailleurs de l'intérêt. En Belgique, personne n'a oublié le premier tour tonitruant du Canadien Cyle Larin, neuf buts et huit passes décisives toutes compétitions confondues en 2019 avant de s'éteindre après le mercato d'hiver.De l'autre côté de la Saint-Sylvestre, la sensation dans la surface adverse s'appelait Terem Moffi, débarqué à Courtrai depuis la Lituanie et bon pour quatre buts en sept matches. Soit autant que Smail Prevljak, qui a impressionné lors de son prêt eupenois. Des noms auxquels s'ajoute encore celui de William Togui, l'Ivoirien de Malines qui a trouvé le chemin du but à neuf reprises cette saison.Parmi les clubs du haut de tableau, seul Genk semble aujourd'hui assuré de ne pas se mêler à la bataille pour attirer l'un de ces profils. En plus de conserver Paul Onuachu, neuf fois buteur en Pro League, le Racing a déjà frappé fort sur le mercato offensif en s'offrant Cyriel Dessers, meilleur buteur d'Eredivisie au profil bien plus complet que celui du géant nigérian. Pour confirmer que dénicher des buteurs reste une spécialité limbourgeoise?