Il est presque 20h dimanche soir quand l'arbitre met fin au Derby wallon. Le Standard l'emporte 2-6 sur la pelouse de Charleroi. Après avoir fêté la victoire sur le terrain, Sébastien Pocognoli s'empare d'un drapeau du kop liégeois pour venir le planter au milieu du Mambourg.

Son geste a été puni. Selon Sud Presse, le back gauche du Standard s'est vu dresser un procès-verbal pour provocation et infraction à la loi football.

"C'est vraiment fantastique de voir une telle communion de mes joueurs avec leur public", a lâché Ron Jans après l'incident. "Le geste de Sébastien n'est aucunement acceptable s'il avait pour but de provoquer. Ce que je veux voir chez mes joueurs, c'est un respect constant pour l'adversaire."

"Le Standard n'est pas responsable de ce que Poco a fait" "Le contexte était particulier, il faut l'avouer", analyse Olivier Smeets, responsable de la communication au Standard de Liège. "C'était un derby, avec une grosse victoire attendue des supporters après un début de saison difficile. C'est normal qu'il y ait eu une telle communion entre joueurs et fans."

Entre fête avec les supporters et provocation, le pas est facile à franchir. Smeets poursuit : "connaissant le garçon, la manoeuvre n'avait pas pour but de provoquer. Mais au vu des réactions dans les médias et à la lecture des mails d'indignation que je reçois, c'est clair qu'il faut se poser des questions. Sébastien aura intérêt à rapidement faire son examen de conscience."

"Ce n'est pas parce que Sébastien est un joueur du Standard que le club est d'accord et responsable de ses actes", développe encore le responsable de la communication. "Nous allons en discuter avec Poco, c'est certain. Sa punition ? Il aura son PV. Le reste, ça sera notre popotte interne. À mon avis, il doit déjà se rendre compte de l'impact qu'a eu son geste. On fera rapidement le point avec le staff et le joueur. Avant cela, il ne s'exprimera pas sur le sujet."

RVP (stg.), Sportfootmagazine.be

Il est presque 20h dimanche soir quand l'arbitre met fin au Derby wallon. Le Standard l'emporte 2-6 sur la pelouse de Charleroi. Après avoir fêté la victoire sur le terrain, Sébastien Pocognoli s'empare d'un drapeau du kop liégeois pour venir le planter au milieu du Mambourg. Son geste a été puni. Selon Sud Presse, le back gauche du Standard s'est vu dresser un procès-verbal pour provocation et infraction à la loi football. "C'est vraiment fantastique de voir une telle communion de mes joueurs avec leur public", a lâché Ron Jans après l'incident. "Le geste de Sébastien n'est aucunement acceptable s'il avait pour but de provoquer. Ce que je veux voir chez mes joueurs, c'est un respect constant pour l'adversaire.""Le Standard n'est pas responsable de ce que Poco a fait" "Le contexte était particulier, il faut l'avouer", analyse Olivier Smeets, responsable de la communication au Standard de Liège. "C'était un derby, avec une grosse victoire attendue des supporters après un début de saison difficile. C'est normal qu'il y ait eu une telle communion entre joueurs et fans." Entre fête avec les supporters et provocation, le pas est facile à franchir. Smeets poursuit : "connaissant le garçon, la manoeuvre n'avait pas pour but de provoquer. Mais au vu des réactions dans les médias et à la lecture des mails d'indignation que je reçois, c'est clair qu'il faut se poser des questions. Sébastien aura intérêt à rapidement faire son examen de conscience." "Ce n'est pas parce que Sébastien est un joueur du Standard que le club est d'accord et responsable de ses actes", développe encore le responsable de la communication. "Nous allons en discuter avec Poco, c'est certain. Sa punition ? Il aura son PV. Le reste, ça sera notre popotte interne. À mon avis, il doit déjà se rendre compte de l'impact qu'a eu son geste. On fera rapidement le point avec le staff et le joueur. Avant cela, il ne s'exprimera pas sur le sujet."RVP (stg.), Sportfootmagazine.be