Les Carolos ont poussé un "ouf" de soulagement après avoir pris la mesure (2-1), hier, d'un Cercle de Bruges qui leur a posé des problèmes en fin de match. Mais, cette fois, c'est définitif : Charleroi reste en D1, peut préparer le PO2 et la saison 2013-14. Ce retour en D1 fut tout sauf une promenade de santé. Une direction jeune, un T1 débutant, Yannick Ferrera : cela dégage de l'énergie, souvent utile, mais aussi un manque de maturité qui a failli coûter cher aux Zèbres. Dans ce concert, un homme a assumé un rôle discret de conseiller du T1 et du staff technique : Luka Peruzovic.

Alors que les spots de la presse éclairaient le jeune Ferrera, nouveau, intelligent, médiatique, Peru a rempli strictement à son rôle de technicien connaissant parfaitement le goût de la compétition, l'obligation de bosser, la vérité du terrain, la mentalité des hommes, la réalité des vestiaires, l'esprit de la gagne. Même si une partie de la presse l'a ignoré, préférant le "neuf", il a continué son chemin en ne s'intéressant qu'au terrain. Le cinéma et le brouhaha médiatique, il s'en passe et cela le dégoûte presque. Il a discrètement offert son vécu à Ferrera, même quand ce dernier décida de quitter le navire avant le voyage à Anderlecht. Peru tenta de l'en dissuader.

Moustache de velours, devenu Casque gris a gardé son calme, rendu service à son club. Ce n'est pas la première fois qu'il contribue à sauver le Storting de Charleroi. Pour lui, ce fut d'autant plus difficile que son épouse est hospitalisée depuis un mois : il est resté au poste...

Les Carolos ont poussé un "ouf" de soulagement après avoir pris la mesure (2-1), hier, d'un Cercle de Bruges qui leur a posé des problèmes en fin de match. Mais, cette fois, c'est définitif : Charleroi reste en D1, peut préparer le PO2 et la saison 2013-14. Ce retour en D1 fut tout sauf une promenade de santé. Une direction jeune, un T1 débutant, Yannick Ferrera : cela dégage de l'énergie, souvent utile, mais aussi un manque de maturité qui a failli coûter cher aux Zèbres. Dans ce concert, un homme a assumé un rôle discret de conseiller du T1 et du staff technique : Luka Peruzovic. Alors que les spots de la presse éclairaient le jeune Ferrera, nouveau, intelligent, médiatique, Peru a rempli strictement à son rôle de technicien connaissant parfaitement le goût de la compétition, l'obligation de bosser, la vérité du terrain, la mentalité des hommes, la réalité des vestiaires, l'esprit de la gagne. Même si une partie de la presse l'a ignoré, préférant le "neuf", il a continué son chemin en ne s'intéressant qu'au terrain. Le cinéma et le brouhaha médiatique, il s'en passe et cela le dégoûte presque. Il a discrètement offert son vécu à Ferrera, même quand ce dernier décida de quitter le navire avant le voyage à Anderlecht. Peru tenta de l'en dissuader. Moustache de velours, devenu Casque gris a gardé son calme, rendu service à son club. Ce n'est pas la première fois qu'il contribue à sauver le Storting de Charleroi. Pour lui, ce fut d'autant plus difficile que son épouse est hospitalisée depuis un mois : il est resté au poste...