La rencontre de la 23e journée de la Jupiler Pro League a été définitivement arrêtée à la 37e minute en raison du brouillard samedi. Charleroi menait alors 1-0 suite à un penalty transformé par Ryota Morioka (17e).

La Pro League a annoncé que le match sera repris depuis le début le 4 février, mais Charleroi avait immédiatement marqué son désaccord, tant sur la date choisie que sur le fait de rejouer le match dès le début.

Le réglement prévoyant que la rencontre soit rejouée intégralement, les Zèbres ont abandonné l'idée de rejouer à partir de la 37e minute. "Cette plainte serait illico jugée non-recevable sur base du règlement actuel", a déclaré Pierre-Yves Hendrickx à la RTBF.

Le Sporting carolo continue par contre de vouloir jouer à une autre date que le 4 février, vu son agenda chargé ces prochaines semaines. Les Zèbres ont proposé le 11 février et Malines a marqué son accord. C'est au manager du calendrier Nils Van Brantegem de trancher.

La rencontre de la 23e journée de la Jupiler Pro League a été définitivement arrêtée à la 37e minute en raison du brouillard samedi. Charleroi menait alors 1-0 suite à un penalty transformé par Ryota Morioka (17e). La Pro League a annoncé que le match sera repris depuis le début le 4 février, mais Charleroi avait immédiatement marqué son désaccord, tant sur la date choisie que sur le fait de rejouer le match dès le début. Le réglement prévoyant que la rencontre soit rejouée intégralement, les Zèbres ont abandonné l'idée de rejouer à partir de la 37e minute. "Cette plainte serait illico jugée non-recevable sur base du règlement actuel", a déclaré Pierre-Yves Hendrickx à la RTBF. Le Sporting carolo continue par contre de vouloir jouer à une autre date que le 4 février, vu son agenda chargé ces prochaines semaines. Les Zèbres ont proposé le 11 février et Malines a marqué son accord. C'est au manager du calendrier Nils Van Brantegem de trancher.