"Vu la situation complexe et floue de ces décisions prises par on ne sait pas qui ni sous quelle influence et les enjeux pour les autres clubs, nous n'avons pas encore décidé de notre position", a expliqué Pierre-Yves Hendrickx, le directeur général des Zèbres mardi matin. "Ce qui est certain c'est que le fait d'avoir ouvert la possibilité à deux clubs de ne pas jouer leur match de championnat a créé un précédent et que l'exception pourra à l'avenir devenir la règle, ce qui est inquiétant", a ajouté Pierre-Yves Hendrickx pas tendre avec la communication de la Pro League la veille. L'autre rencontre reportée concerne en effet l'Antwerp et La Gantoise, mais ces deux clubs disputent les barrages de l'Europa League, et sont tous les deux demandeurs. Les Brugeois sont concernés aussi, par celui pour la Ligue des Champions, raisons du report des matches, mais pas Charleroi qui voit son match à domicile contre un ténor reporté à une date encore inconnue. De quoi provoquer l'ire des Carolos, surtout dans la manière de communiquer de la Pro League, lundi alors que Charleroi devait se rendre à Zulte Waregem en clôture de la 4e journée de championnat et que les dirigeants voulaient en débattre avec leur entraîneur après cette rencontre (perdue par ailleurs 3-1 par les Zèbres). "Ce qui nous dérange aujourd'hui, c'est la manière qui fait penser à du copinage et un manque total de professionnalisme", martèle encore Pierre-Yves Hendrickx. "Le manque de solution valable proposée pour rejouer ce match, le souci des joueurs qualifiés ou non lors de la remise, le manque à gagner au niveau recette de samedi, le planning sportif chamboulé, le fait que par le passé les clubs ont toujours joué en championnat malgré des matches UEFA si le règlement est respecté au niveau délais, le fait accompli devant lequel nous sommes mis et victime car non concerné et non écouté, ce climat malsain entre clubs, Proleague, Fédération créé par ce manque de clarté et de respect des uns et des autres et du règlement", énumère le directeur général rejoignant les commentaires de son président, Mehdi Bayat, qui est aussi président de l'Union belge de football, après le match de lundi soir repris par l'ensemble de la presse. (Belga)