Au fil des matches qui repoussaient presque déraisonnablement l'échéance de la prochaine défaite, jusqu'à tenir le zéro face au leader brugeois (réduit au mutisme pour la deuxième fois de la saison seulement), les Zèbres se sont mis à rêver plus haut que les play-offs 1. Sous les ordres de Felice Mazzù, les Carolos n'ont jamais amélioré la barre des onze points en dix rencontres, récoltés lors de leur première participation au grand bal de fin d'année en 2014-2015. La cinquième place reste donc, jusqu'à aujourd'hui, le plafond des hommes de Mehdi Bayat depuis la reprise du club. Un " record " que l'administrateur-délégué rêve de voir amélioré dès cette saison.

S'il refuse de l'affirmer nommément, se reposant sur une sorte de superstition qui veut que les Zèbres ne vont jamais loin en Coupe de Belgique depuis qu'il affirme vouloir la gagner, l'homme fort du Pays Noir mise sur une présence de ses couleurs en Coupe d'Europe la saison prochaine. C'est dans cette optique que, contrairement aux saisons précédentes, aucun titulaire n'a quitté le Mambour au mois de janvier. En 2018 et 2019, Dodi Lukebakio puis Cristian Benavente avaient obtenu un transfert hivernal, suivi pour les Zèbres d'une période de balbutiements qui avait coûté cher au décompte final.

Conscient qu'un statu quo ne suffirait probablement pas, surtout au vu de la blessure de Cristophe Diandy qui a déjà réduit ses choix, Karim Belhocine a insisté pour que le groupe soit renforcé au cours du mois de janvier. Dans un premier temps, l'énergie de la direction zébrée s'est concentrée sur l'arrivée d'un milieu de terrain à vocation défensive, un secteur du terrain dans lequel les adducteurs fragiles de Marco Ilaimaharitra inquiètent et où Gaetan Hendrickx ne recueille pas la confiance du nouveau staff sportif. Le transfert de Louis Verstraete semblait quasiment bouclé, mais le joueur et ses agents ont tergiversé et le deal a fini par capoter. Sur le buzzer, après l'arrivée du polyvalent Joris Kayembe (qui pourrait rapidement s'installer dans le onze de base), c'est donc le jeune talent made in Aspire Lazare Amani qui a rejoint le Pays Noir, avec un profil plus offensif au coeur du jeu.

Parce que Massimo Bruno a des statistiques moins flatteuses en tant que milieu offensif axial (un but et une passe décisive) que comme ailier (3 buts et 4 assists), Charleroi cherchait une alternative au poste de " neuf et demi ", alliant créativité et dynamisme pour briller à la dernière passe comme à la conclusion sur les contre-attaques. Un retour de Cristian Benavente, peu utilisé à Nantes, a été envisagé tout au long du mercato, mais la complexité du dossier et l'envie du Péruvien de se laisser une chance supplémentaire de briller en Ligue 1 ont eu raison de ces envies de retrouvailles. Le plan B était bien préparé, et Lazare Amani doit donc apporter sa créativité et ses dribbles pour étoffer le panel offensif des Zèbres.

Battus dans le Limbourg par des champions en titre revigorés, malgré le départ de Sander Berge, les Carolos ont vu s'achever leur série de treize rencontres sans défaite mais restent en position avantageuse dans la course au top 6, malgré le calendrier dantesque qui les attend jusqu'au bout de la phase classique. Les deux rencontres à venir, samedi face à Zulte Waregem puis mardi contre Malines, risquent de mettre le terrain carolo et les organismes du vestiaire à rude épreuve, mais des résultats positifs seront vus comme une garantie de participer aux play-offs 1 quelques semaines plus tard. Dans le cas contraire, les déplacements périlleux à Anvers, Bruges et Gand (tous invaincus à domicile) pourront être abordés avec beaucoup moins de sérénité. Le vestiaire en est conscient, et dédramatise ce 1 sur 6 face au leader puis à Genk. Les vrais matches qui détermineront la suite de la saison zébrée ne sont pas les deux qui viennent de se terminer, mais les deux qui arrivent.

Au fil des matches qui repoussaient presque déraisonnablement l'échéance de la prochaine défaite, jusqu'à tenir le zéro face au leader brugeois (réduit au mutisme pour la deuxième fois de la saison seulement), les Zèbres se sont mis à rêver plus haut que les play-offs 1. Sous les ordres de Felice Mazzù, les Carolos n'ont jamais amélioré la barre des onze points en dix rencontres, récoltés lors de leur première participation au grand bal de fin d'année en 2014-2015. La cinquième place reste donc, jusqu'à aujourd'hui, le plafond des hommes de Mehdi Bayat depuis la reprise du club. Un " record " que l'administrateur-délégué rêve de voir amélioré dès cette saison.S'il refuse de l'affirmer nommément, se reposant sur une sorte de superstition qui veut que les Zèbres ne vont jamais loin en Coupe de Belgique depuis qu'il affirme vouloir la gagner, l'homme fort du Pays Noir mise sur une présence de ses couleurs en Coupe d'Europe la saison prochaine. C'est dans cette optique que, contrairement aux saisons précédentes, aucun titulaire n'a quitté le Mambour au mois de janvier. En 2018 et 2019, Dodi Lukebakio puis Cristian Benavente avaient obtenu un transfert hivernal, suivi pour les Zèbres d'une période de balbutiements qui avait coûté cher au décompte final.Conscient qu'un statu quo ne suffirait probablement pas, surtout au vu de la blessure de Cristophe Diandy qui a déjà réduit ses choix, Karim Belhocine a insisté pour que le groupe soit renforcé au cours du mois de janvier. Dans un premier temps, l'énergie de la direction zébrée s'est concentrée sur l'arrivée d'un milieu de terrain à vocation défensive, un secteur du terrain dans lequel les adducteurs fragiles de Marco Ilaimaharitra inquiètent et où Gaetan Hendrickx ne recueille pas la confiance du nouveau staff sportif. Le transfert de Louis Verstraete semblait quasiment bouclé, mais le joueur et ses agents ont tergiversé et le deal a fini par capoter. Sur le buzzer, après l'arrivée du polyvalent Joris Kayembe (qui pourrait rapidement s'installer dans le onze de base), c'est donc le jeune talent made in Aspire Lazare Amani qui a rejoint le Pays Noir, avec un profil plus offensif au coeur du jeu.Parce que Massimo Bruno a des statistiques moins flatteuses en tant que milieu offensif axial (un but et une passe décisive) que comme ailier (3 buts et 4 assists), Charleroi cherchait une alternative au poste de " neuf et demi ", alliant créativité et dynamisme pour briller à la dernière passe comme à la conclusion sur les contre-attaques. Un retour de Cristian Benavente, peu utilisé à Nantes, a été envisagé tout au long du mercato, mais la complexité du dossier et l'envie du Péruvien de se laisser une chance supplémentaire de briller en Ligue 1 ont eu raison de ces envies de retrouvailles. Le plan B était bien préparé, et Lazare Amani doit donc apporter sa créativité et ses dribbles pour étoffer le panel offensif des Zèbres.Battus dans le Limbourg par des champions en titre revigorés, malgré le départ de Sander Berge, les Carolos ont vu s'achever leur série de treize rencontres sans défaite mais restent en position avantageuse dans la course au top 6, malgré le calendrier dantesque qui les attend jusqu'au bout de la phase classique. Les deux rencontres à venir, samedi face à Zulte Waregem puis mardi contre Malines, risquent de mettre le terrain carolo et les organismes du vestiaire à rude épreuve, mais des résultats positifs seront vus comme une garantie de participer aux play-offs 1 quelques semaines plus tard. Dans le cas contraire, les déplacements périlleux à Anvers, Bruges et Gand (tous invaincus à domicile) pourront être abordés avec beaucoup moins de sérénité. Le vestiaire en est conscient, et dédramatise ce 1 sur 6 face au leader puis à Genk. Les vrais matches qui détermineront la suite de la saison zébrée ne sont pas les deux qui viennent de se terminer, mais les deux qui arrivent.