"Tout d'abord, je tiens à préciser que contrairement à ce qui a été dit et écrit, je n'ai jamais discuté avec la direction du Sporting de Charleroi d'un éventuel nouveau contrat pour la saison prochaine ni d'une hausse de salaire. L'argent n'est donc en aucun cas la raison de ma démission", a tenu a préciser Yannick Ferrera dans un communiqué diffusé au lendemain de sa démission. "Certains ont également évoqué des contacts avec d'autres clubs, ce qui est entièrement faux."

"Ma décision de démissionner fait suite à une discussion en milieu de semaine avec la direction dans laquelle j'ai ressenti un manque évident de confiance en mes capacités et de respect. Dans ces circonstances, il m'était impossible de continuer à exercer mon travail dans des conditions idéales", insiste Ferrera.

Le jeune coach n'est cependant pas amer. "Je n'en veux toutefois à personne et serai toujours reconnaissant envers Abbas Bayat d'abord pour la chance qu'il m'a donnée et envers la nouvelle direction ensuite de m'avoir soutenu tout au long de la saison. Malgré des conditions difficiles, j'ai investi énormément de temps et d'énergie dans ma fonction d'entraîneur et le classement de l'équipe après 25 journées de championnat (11e ndlr) me donne le sentiment du devoir accompli."

Et Ferrera de conclure : "Je quitte mon poste sans amertume envers qui que ce soit et garderai de beaux souvenirs de mon passage au club. En plus de la direction, je tiens également à remercier les joueurs, le staff technique et médical, le personnel du club et surtout les supporters du Sporting de Charleroi."

Yannick Ferrera avait surpris tout le monde en annonçant jeudi sa démission du poste d'entraîneur de Charleroi, club qu'il entraînait depuis l'été dernier. Les dirigeants avaient marqué leur stupéfaction ne donnant pas d'explication à cette décision.

"Tout d'abord, je tiens à préciser que contrairement à ce qui a été dit et écrit, je n'ai jamais discuté avec la direction du Sporting de Charleroi d'un éventuel nouveau contrat pour la saison prochaine ni d'une hausse de salaire. L'argent n'est donc en aucun cas la raison de ma démission", a tenu a préciser Yannick Ferrera dans un communiqué diffusé au lendemain de sa démission. "Certains ont également évoqué des contacts avec d'autres clubs, ce qui est entièrement faux." "Ma décision de démissionner fait suite à une discussion en milieu de semaine avec la direction dans laquelle j'ai ressenti un manque évident de confiance en mes capacités et de respect. Dans ces circonstances, il m'était impossible de continuer à exercer mon travail dans des conditions idéales", insiste Ferrera. Le jeune coach n'est cependant pas amer. "Je n'en veux toutefois à personne et serai toujours reconnaissant envers Abbas Bayat d'abord pour la chance qu'il m'a donnée et envers la nouvelle direction ensuite de m'avoir soutenu tout au long de la saison. Malgré des conditions difficiles, j'ai investi énormément de temps et d'énergie dans ma fonction d'entraîneur et le classement de l'équipe après 25 journées de championnat (11e ndlr) me donne le sentiment du devoir accompli." Et Ferrera de conclure : "Je quitte mon poste sans amertume envers qui que ce soit et garderai de beaux souvenirs de mon passage au club. En plus de la direction, je tiens également à remercier les joueurs, le staff technique et médical, le personnel du club et surtout les supporters du Sporting de Charleroi." Yannick Ferrera avait surpris tout le monde en annonçant jeudi sa démission du poste d'entraîneur de Charleroi, club qu'il entraînait depuis l'été dernier. Les dirigeants avaient marqué leur stupéfaction ne donnant pas d'explication à cette décision.