La décision a été prise après l'inspection du terrain par le corps arbitral. "Deux parties du terrain, dont la surface de but devant la T2, ont été jugées trop dangereuses", a expliqué Charleroi sur Twitter. "Nous ne pouvons pas garantir la sécurité des joueurs", a résumé l'arbitre Lothar D'hondt au micro d'Eleven. "La zone du point de penalty est dure et gelée, avec des bloc de glace également. Dans la zone devant la tribune, toute une bande est gelée et dure. Nous avons attendu aussi longtemps que possible en espérant que le soleil fasse son travail, mais cela n'a fait aucune différence et le soleil s'est maintenant couché.

Les deux entraîneurs ont réagi de manière compréhensive." C'est déjà le troisième match de la 26e journée à être reporté, après Waasland-Beveren/Eupen et Ostende/Genk, prévus samedi, également en raison de l'état du terrain. Ces deux matchs ont été reprogrammés au mercredi 17 février.

La décision a été prise après l'inspection du terrain par le corps arbitral. "Deux parties du terrain, dont la surface de but devant la T2, ont été jugées trop dangereuses", a expliqué Charleroi sur Twitter. "Nous ne pouvons pas garantir la sécurité des joueurs", a résumé l'arbitre Lothar D'hondt au micro d'Eleven. "La zone du point de penalty est dure et gelée, avec des bloc de glace également. Dans la zone devant la tribune, toute une bande est gelée et dure. Nous avons attendu aussi longtemps que possible en espérant que le soleil fasse son travail, mais cela n'a fait aucune différence et le soleil s'est maintenant couché. Les deux entraîneurs ont réagi de manière compréhensive." C'est déjà le troisième match de la 26e journée à être reporté, après Waasland-Beveren/Eupen et Ostende/Genk, prévus samedi, également en raison de l'état du terrain. Ces deux matchs ont été reprogrammés au mercredi 17 février.