"Je ne voulais pas m'engager trop vite et fixer un chrono pour ces championnats francophones", a expliqué Julien Watrin. "Nous aurions certes été déçus, mon entraîneur et moi, de ne pas descendre sous les 46.80 cet hiver. Mais je sais que ma préparation se passe très bien, que les entraînements sont très bons, que j'ai signé récemment mes meilleurs chronos sur 300 mètres en salle. Je savais donc que j'avais une bonne base pour ce 'LBFA' mais je ne pensais pas réaliser le minimum mondial pour Belgrade d'entrée de jeu. Mentalement, je suis arrivé très fort. Je me suis lancé dans la course comme si elle était ma dernière, j'ai tout donné, dès le départ. On avait bien préparé ce rendez-vous, je suis venu sur la piste de Louvain-La-Neuve toutes les semaines ces deux derniers mois. J'ai pris le temps pour sentir la piste, les virages, ça m'a donné de la confiance, des automatismes". Le coureur du club de Dampicourt disputera encore trois courses avant les Mondiaux indoor. "On va certainement décider de ne rien changer. Je vais donc courir à Miramas (4/02), à Dortmund (12/02) et au championnat national (26/02). Je vais donc courir avec de la concurrence mais aussi avec un peu moins de pression. Je sais qu'atteindre la finale mondiale sera très difficile, compte tenu du niveau. On devrait aussi courir le relais 4x400. Après la salle, je penserai à la saison outdoor que je vais envisager en priorité sur 400 mètres haies pour le championnat d'Europe du mois d'août à Münich. (Belga)

"Je ne voulais pas m'engager trop vite et fixer un chrono pour ces championnats francophones", a expliqué Julien Watrin. "Nous aurions certes été déçus, mon entraîneur et moi, de ne pas descendre sous les 46.80 cet hiver. Mais je sais que ma préparation se passe très bien, que les entraînements sont très bons, que j'ai signé récemment mes meilleurs chronos sur 300 mètres en salle. Je savais donc que j'avais une bonne base pour ce 'LBFA' mais je ne pensais pas réaliser le minimum mondial pour Belgrade d'entrée de jeu. Mentalement, je suis arrivé très fort. Je me suis lancé dans la course comme si elle était ma dernière, j'ai tout donné, dès le départ. On avait bien préparé ce rendez-vous, je suis venu sur la piste de Louvain-La-Neuve toutes les semaines ces deux derniers mois. J'ai pris le temps pour sentir la piste, les virages, ça m'a donné de la confiance, des automatismes". Le coureur du club de Dampicourt disputera encore trois courses avant les Mondiaux indoor. "On va certainement décider de ne rien changer. Je vais donc courir à Miramas (4/02), à Dortmund (12/02) et au championnat national (26/02). Je vais donc courir avec de la concurrence mais aussi avec un peu moins de pression. Je sais qu'atteindre la finale mondiale sera très difficile, compte tenu du niveau. On devrait aussi courir le relais 4x400. Après la salle, je penserai à la saison outdoor que je vais envisager en priorité sur 400 mètres haies pour le championnat d'Europe du mois d'août à Münich. (Belga)