Cette certitude lui a apporté dimanche le plus beau résultat de sa carrière en shorttrack. Un résultat fruit de plusieurs années d'entraînement à Heerenveen, aux Pays-Bas, où Hanne et son frère Stijn Desmet s'entraînent avec la sélection néerlandaise. Le sélectionneur belge Pieter Gysel effectue également un travail d'assistant au sein de la fédération néerlandaise. Au début de l'hiver, Desmet avait été écartée trois mois en raison de douleurs au dos. L'Euro de Gdansk, en janvier, ne s'était pas bien déroulé. "Par la suite, cela s'est de mieux en mieux passé. Je sentais à l'entraînement que je pouvais faire de plus en plus", a raconté Desmet. La shottrackeuse belge a aussi eu de la chance. En demi-finale et en finale, les Néerlandaises ne se sont pas coalisées contre elle. "Avant la demi-finale, nous avions convenu de ne pas aller trop lentement. Nous savions que nous étions les trois plus rapides (avec Suzanne Schulting et Selma Poutsma, ndlr). Nous sommes partenaires d'entraînement et sommes devenues amies. Nous nous voyons chaque jour et nous nous entendons bien." En finale, Desmet a réussi à passer facilement à l'intérieur Poutsma et a poursuivi la course dans le dos de Schulting. Elle a ensuite résisté aux assauts de la Canadienne Courtney Sarault, troisième. "J'ai patiné très fort. Personne ne pouvait plus m'approcher, je le savais." A onze mois des Jeux de Pékin, Desmet attend avec impatience la saison olympique. "Je pense que je vais devenir encore plus rapide et plus forte. Pour cela, j'ai besoin de ces partenaires d'entraînement. Je vais pour un résultat individuel, mais aussi le relais mixte (relais avec deux messieurs et deux dames, ndlr), une nouvelle épreuve au programme olympique." (Belga)

Cette certitude lui a apporté dimanche le plus beau résultat de sa carrière en shorttrack. Un résultat fruit de plusieurs années d'entraînement à Heerenveen, aux Pays-Bas, où Hanne et son frère Stijn Desmet s'entraînent avec la sélection néerlandaise. Le sélectionneur belge Pieter Gysel effectue également un travail d'assistant au sein de la fédération néerlandaise. Au début de l'hiver, Desmet avait été écartée trois mois en raison de douleurs au dos. L'Euro de Gdansk, en janvier, ne s'était pas bien déroulé. "Par la suite, cela s'est de mieux en mieux passé. Je sentais à l'entraînement que je pouvais faire de plus en plus", a raconté Desmet. La shottrackeuse belge a aussi eu de la chance. En demi-finale et en finale, les Néerlandaises ne se sont pas coalisées contre elle. "Avant la demi-finale, nous avions convenu de ne pas aller trop lentement. Nous savions que nous étions les trois plus rapides (avec Suzanne Schulting et Selma Poutsma, ndlr). Nous sommes partenaires d'entraînement et sommes devenues amies. Nous nous voyons chaque jour et nous nous entendons bien." En finale, Desmet a réussi à passer facilement à l'intérieur Poutsma et a poursuivi la course dans le dos de Schulting. Elle a ensuite résisté aux assauts de la Canadienne Courtney Sarault, troisième. "J'ai patiné très fort. Personne ne pouvait plus m'approcher, je le savais." A onze mois des Jeux de Pékin, Desmet attend avec impatience la saison olympique. "Je pense que je vais devenir encore plus rapide et plus forte. Pour cela, j'ai besoin de ces partenaires d'entraînement. Je vais pour un résultat individuel, mais aussi le relais mixte (relais avec deux messieurs et deux dames, ndlr), une nouvelle épreuve au programme olympique." (Belga)