En l'absence - logique - du Néerlandais Mathieu van der Poel, véritable cannibale de la discipline, les prétendants au maillot tricolore sont nombreux. Eli Iserbyt (Pauwels Sauzen-Bingoal) est cité par beaucoup comme le grand favori. Il est en effet le Belge le plus victorieux de la saison et le coureur qui a fait la meilleure impression lors des derniers cross derrière l'intouchable Van der Poel, avec quatre deuxièmes places de suite. Mais le parcours sablonneux d'Anvers pourrait lui poser problème. Sacré champion de Belgique il y a un an à Kruibeke, devant Wout van Aert et Michael Vanthourenhout, Toon Aerts (Telenet-Baloise Lions) s'était fracturé plusieurs côtes en chutant lors du cross de Namur le 22 décembre dernier. Il avait ensuite disputé le cross d'Heusden-Zolder pour protéger son statut de leader de la Coupe du monde, mais n'a plus roulé en compétition depuis la fin décembre. Il arrive donc à Anvers sans repère. Équipiers d'Iserbyt, Laurens Sweeck et Michael Vanthourenhout font figure d'outsiders. Vice-champion de Belgique en 2016 et 2018 et troisième en 2017, Sweeck a préparé le rendez-vous tricolore par un stage à Majorque. Il sera donc plus frais que ses rivaux sur la ligne de départ, de surcroît sur un parcours qui lui convient. Wout van Aert (Jumbo-Visma) a déjà trois maillots tricolores dans sa garde-robe. Médaille d'argent l'an dernier, il s'était gravement blessé au Tour de France le 19 juillet et n'a retrouvé le chemin de la compétition que le 27 décembre à Loenhout. Le National ne sera que son 3e cross depuis son retour à la compétition, et tombera sans doute un peu trop tôt pour lui. Devenu champion de Belgique sur route en juin à Middelkerke, Tim Merlier pourrait devenir en cas de succès dimanche le premier à réaliser le doublé national sur route et dans les labourés. (Belga)

En l'absence - logique - du Néerlandais Mathieu van der Poel, véritable cannibale de la discipline, les prétendants au maillot tricolore sont nombreux. Eli Iserbyt (Pauwels Sauzen-Bingoal) est cité par beaucoup comme le grand favori. Il est en effet le Belge le plus victorieux de la saison et le coureur qui a fait la meilleure impression lors des derniers cross derrière l'intouchable Van der Poel, avec quatre deuxièmes places de suite. Mais le parcours sablonneux d'Anvers pourrait lui poser problème. Sacré champion de Belgique il y a un an à Kruibeke, devant Wout van Aert et Michael Vanthourenhout, Toon Aerts (Telenet-Baloise Lions) s'était fracturé plusieurs côtes en chutant lors du cross de Namur le 22 décembre dernier. Il avait ensuite disputé le cross d'Heusden-Zolder pour protéger son statut de leader de la Coupe du monde, mais n'a plus roulé en compétition depuis la fin décembre. Il arrive donc à Anvers sans repère. Équipiers d'Iserbyt, Laurens Sweeck et Michael Vanthourenhout font figure d'outsiders. Vice-champion de Belgique en 2016 et 2018 et troisième en 2017, Sweeck a préparé le rendez-vous tricolore par un stage à Majorque. Il sera donc plus frais que ses rivaux sur la ligne de départ, de surcroît sur un parcours qui lui convient. Wout van Aert (Jumbo-Visma) a déjà trois maillots tricolores dans sa garde-robe. Médaille d'argent l'an dernier, il s'était gravement blessé au Tour de France le 19 juillet et n'a retrouvé le chemin de la compétition que le 27 décembre à Loenhout. Le National ne sera que son 3e cross depuis son retour à la compétition, et tombera sans doute un peu trop tôt pour lui. Devenu champion de Belgique sur route en juin à Middelkerke, Tim Merlier pourrait devenir en cas de succès dimanche le premier à réaliser le doublé national sur route et dans les labourés. (Belga)