"Sven Vanthourenhout m'avait téléphoné en semaine", a raconté Toon Aerts. "Et ce qu'il m'a confié à cette occasion m'a bien sûr ravi. Je suis très fier de ce rôle de leader. J'étais d'autant plus serein en arrivant ce matin à Kruibeke. Maintenant je ne sais pas si cela va me permettre de demander la sélection d'un coéquipier. Mais je vais pas contre tout faire pour conserver la même condition et le même état de forme jusque là. Je ne serai cependant certainement pas plus fort qu'aujourd'hui. Tout simplement parce que c'est impossible". Toon Aerts avait porté avec succès le maillot de l'équipe nationale, lorsqu'il était devenu champion d'Europe à Pontchâteau, en 2016. "Ma victoire, mais aussi celle de toute une équipe", se souvient-il. "Et j'avais par dessus le marché bénéficié d'une bonne dose de réussite. Je m'étais détaché presque par hasard, grâce à des circonstances de course favorables. Le succès d'aujourd'hui est donc bien plus important à mes yeux. Parce qu'il ne doit rien à personne. A un moment donné je me suis dit que terminer deuxième serait déjà pas mal, alors vous pensez si je suis content..." Thijs Aerts, le frère de Toon, s'est lui classé cinquième à Kruibeke. "Evidemment que ce serait super, s'il était également sélectionné pour Bogense", avoue le nouveau champion de Belgique. "C'est mon plus grand souhait. Il m'apporte tellement, et notamment le calme. Mais bon, je ne sais pas si ce maillot tricolore me donne le droit d'exiger quoi que ce soit. Tout ce que je peux dire, c'est que Thijs est très important pour moi. Et que cette cinquième place, dès sa première campagne chez les pros, c'est quand même canon. Maintenant je sais aussi qu'une seule grande performance ne suffit pas nécéssairement pour se voir sélectionné en équipe nationale. Enfin on verra bien", conclut-il. (Belga)

"Sven Vanthourenhout m'avait téléphoné en semaine", a raconté Toon Aerts. "Et ce qu'il m'a confié à cette occasion m'a bien sûr ravi. Je suis très fier de ce rôle de leader. J'étais d'autant plus serein en arrivant ce matin à Kruibeke. Maintenant je ne sais pas si cela va me permettre de demander la sélection d'un coéquipier. Mais je vais pas contre tout faire pour conserver la même condition et le même état de forme jusque là. Je ne serai cependant certainement pas plus fort qu'aujourd'hui. Tout simplement parce que c'est impossible". Toon Aerts avait porté avec succès le maillot de l'équipe nationale, lorsqu'il était devenu champion d'Europe à Pontchâteau, en 2016. "Ma victoire, mais aussi celle de toute une équipe", se souvient-il. "Et j'avais par dessus le marché bénéficié d'une bonne dose de réussite. Je m'étais détaché presque par hasard, grâce à des circonstances de course favorables. Le succès d'aujourd'hui est donc bien plus important à mes yeux. Parce qu'il ne doit rien à personne. A un moment donné je me suis dit que terminer deuxième serait déjà pas mal, alors vous pensez si je suis content..." Thijs Aerts, le frère de Toon, s'est lui classé cinquième à Kruibeke. "Evidemment que ce serait super, s'il était également sélectionné pour Bogense", avoue le nouveau champion de Belgique. "C'est mon plus grand souhait. Il m'apporte tellement, et notamment le calme. Mais bon, je ne sais pas si ce maillot tricolore me donne le droit d'exiger quoi que ce soit. Tout ce que je peux dire, c'est que Thijs est très important pour moi. Et que cette cinquième place, dès sa première campagne chez les pros, c'est quand même canon. Maintenant je sais aussi qu'une seule grande performance ne suffit pas nécéssairement pour se voir sélectionné en équipe nationale. Enfin on verra bien", conclut-il. (Belga)