Van der Poel, 22 ans, s'est une nouvelle fois montré le plus fort mercredi lors du cross du Koppenberg où il a franchi la ligne en première position avant de s'écrouler d'épuisement. "J'y ai été à fond sur le Koppenberg et dépensé pas mal d'énergie", a déclaré Van der Poel sur le site Internet de son équipe Beobank-Corendon. "Mais j'ai bien récupéré. D'ici dimanche, je serai certainement remis." "Vu mon début de saison, c'est logique que je sois le grand favori à Tabor", a poursuivi le Néerlandais. "La pression est toute sur mes épaules mais j'ai l'habitude. J'ai envie de ce titre européen. Courir à Tabor, c'est en plus quelque chose de spécial pour moi. Il y a un quelque chose de particulier avec ce circuit. C'est ici que je suis devenu champion du monde en 2015. Dans les catégories de jeunes, je n'ai jamais perdu ici." C'est seulement la troisième fois qu'un championnat d'Europe élites est organisé. L'an dernier, Toon Aerts s'était imposé devant van Der Poel alors qu'en 2015 la victoire était revenue à Lars van der Haar. Van der Poel est donc motivé pour inscrire son nom au palmarès de l'épreuve pour la première fois. "Un championnat d'Europe n'est pour moi pas inférieur à un championnat du monde", estime-t-il. "La victoire dimanche peut valoir un beau maillot et cela reste toujours important. Mais cela ne me rend pas plus stressé. J'affronte ce championnat d'Europe avec le même objectif que sur les autres courses: gagner." (Belga)

Van der Poel, 22 ans, s'est une nouvelle fois montré le plus fort mercredi lors du cross du Koppenberg où il a franchi la ligne en première position avant de s'écrouler d'épuisement. "J'y ai été à fond sur le Koppenberg et dépensé pas mal d'énergie", a déclaré Van der Poel sur le site Internet de son équipe Beobank-Corendon. "Mais j'ai bien récupéré. D'ici dimanche, je serai certainement remis." "Vu mon début de saison, c'est logique que je sois le grand favori à Tabor", a poursuivi le Néerlandais. "La pression est toute sur mes épaules mais j'ai l'habitude. J'ai envie de ce titre européen. Courir à Tabor, c'est en plus quelque chose de spécial pour moi. Il y a un quelque chose de particulier avec ce circuit. C'est ici que je suis devenu champion du monde en 2015. Dans les catégories de jeunes, je n'ai jamais perdu ici." C'est seulement la troisième fois qu'un championnat d'Europe élites est organisé. L'an dernier, Toon Aerts s'était imposé devant van Der Poel alors qu'en 2015 la victoire était revenue à Lars van der Haar. Van der Poel est donc motivé pour inscrire son nom au palmarès de l'épreuve pour la première fois. "Un championnat d'Europe n'est pour moi pas inférieur à un championnat du monde", estime-t-il. "La victoire dimanche peut valoir un beau maillot et cela reste toujours important. Mais cela ne me rend pas plus stressé. J'affronte ce championnat d'Europe avec le même objectif que sur les autres courses: gagner." (Belga)