Le pensionnaire de l'Olympic Essenbeel Hal (OEH) a donc apporté une cinquième médaille historique à la Belgique, qui n'avait jamais atteint un tel total lors d'un Euro indoor. "C'est vraiment un sentiment fantastique de décrocher une médaille pour son pays", a déclaré Kimeli après l'arrivée. "Nous avons été stimulé par les premières médailles belges décrochées lors des jours précédents. Cela n'a fait qu'augmenter le désir d'en accrocher une de plus." Kimeli comptait deux partenaires d'entraînement en finale avec Robin Hendrix et le Français Hugo Hay, aussi membres de la structure de Tim Moriau. "Nous avons bien exécuté notre plan tactique. Robin a dû lacher prise petit à petit, je pense qu'il a un peu trop puisé dans ses réserves samedi. Mais cette médaille d'argent fait beaucoup de bien, elle est pour toute l'équipe", a ajouté le natif du Kenya, qui a été averti comme Hendrix pour s'être présenté avec une minute de retard dans la chambre d'appel. "Nous avons dû faire attention car un nouvel avertissement en finale était synonyme de disqualification. Cela a provoqué un peu de stress juste avant la course." Comme prévu, le titre est revenu au phénomène norvégien Jakob Ingebrigtsen. "Il est très difficile à battre. Il se porte en tête et imprime le tempo. Et puis vous sentez l'acide lactique arriver. Samedi, je l'ai battu au sprint (en séries, ndlr). L'argent est déjà très beau", a ponctué Kimeli. Si Hendrix a terminé 12e, il a fait son travail tactique et n'est donc pas étranger à la médaille de son compère. "Nous avions prévu d'imprimer un tempo confortable dès le début. Nous nous sommes mis à trois devant pour que personne ne puisse nous dépasser. Cela a parfaitement fonctionné, Isaac a ponctué le travail. Nous nous entraînons ensemble depuis très longtemps, je suis très fier de lui. C'est sa première médaille sur la piste et cela signifie beaucoup", a conclu Hendrix, toujours aux études et qui n'a donc "pas beaucoup de temps pour s'entraîner". (Belga)

Le pensionnaire de l'Olympic Essenbeel Hal (OEH) a donc apporté une cinquième médaille historique à la Belgique, qui n'avait jamais atteint un tel total lors d'un Euro indoor. "C'est vraiment un sentiment fantastique de décrocher une médaille pour son pays", a déclaré Kimeli après l'arrivée. "Nous avons été stimulé par les premières médailles belges décrochées lors des jours précédents. Cela n'a fait qu'augmenter le désir d'en accrocher une de plus." Kimeli comptait deux partenaires d'entraînement en finale avec Robin Hendrix et le Français Hugo Hay, aussi membres de la structure de Tim Moriau. "Nous avons bien exécuté notre plan tactique. Robin a dû lacher prise petit à petit, je pense qu'il a un peu trop puisé dans ses réserves samedi. Mais cette médaille d'argent fait beaucoup de bien, elle est pour toute l'équipe", a ajouté le natif du Kenya, qui a été averti comme Hendrix pour s'être présenté avec une minute de retard dans la chambre d'appel. "Nous avons dû faire attention car un nouvel avertissement en finale était synonyme de disqualification. Cela a provoqué un peu de stress juste avant la course." Comme prévu, le titre est revenu au phénomène norvégien Jakob Ingebrigtsen. "Il est très difficile à battre. Il se porte en tête et imprime le tempo. Et puis vous sentez l'acide lactique arriver. Samedi, je l'ai battu au sprint (en séries, ndlr). L'argent est déjà très beau", a ponctué Kimeli. Si Hendrix a terminé 12e, il a fait son travail tactique et n'est donc pas étranger à la médaille de son compère. "Nous avions prévu d'imprimer un tempo confortable dès le début. Nous nous sommes mis à trois devant pour que personne ne puisse nous dépasser. Cela a parfaitement fonctionné, Isaac a ponctué le travail. Nous nous entraînons ensemble depuis très longtemps, je suis très fier de lui. C'est sa première médaille sur la piste et cela signifie beaucoup", a conclu Hendrix, toujours aux études et qui n'a donc "pas beaucoup de temps pour s'entraîner". (Belga)