Bolingo a réalisé le sixième et dernier temps de sa demi-finale en 53.74. Seuls les deux premières de chaque série se qualifient pour la finale. Vendredi matin, la Bruxelloise avait terminé troisième de sa série en 52.27, son meilleur chrono de la saison. Bolingo, 28 ans, écartée des pistes une longue période en raison de douleurs au tendon d'Achille, avait décroché il y a deux ans à Glasgow une médaille d'argent sur 400m avec un record de Belgique en 51.62. "J'ai un double sentiment: c'est étrange d'avoir décroché l'argent lors du précédent Euro et cette fois ne pas être en finale. Mais c'est ainsi. Je ne savais que je n'étais pas dans la même forme qu'à Glasgow, mais je voulais prendre le risque et participer. Je n'ai tout simplement pas encore la forme pour atteindre la finale", reconnait-elle. "J'avais vraiment dû donner beaucoup en séries pour atteindre les demi-finales et mon corps n'est pas encore habitué à faire deux courses difficiles en une journée. Après 200 mètres, j'ai senti que ça commençait à devenir difficile. Mon chrono était décevant, mais je peux aussi tirer des choses positives." Bolingo a connu une longue période avec des douleurs persistantes au tendon d'Achille. "Je ressens une amélioration. C'est un processus et tout n'est pas encore parfait. Il s'agit maintenant de préparer l'été, la base est posée, car j'espère me qualifier pour Tokyo aussi sur 400m individuel." (Belga)

Bolingo a réalisé le sixième et dernier temps de sa demi-finale en 53.74. Seuls les deux premières de chaque série se qualifient pour la finale. Vendredi matin, la Bruxelloise avait terminé troisième de sa série en 52.27, son meilleur chrono de la saison. Bolingo, 28 ans, écartée des pistes une longue période en raison de douleurs au tendon d'Achille, avait décroché il y a deux ans à Glasgow une médaille d'argent sur 400m avec un record de Belgique en 51.62. "J'ai un double sentiment: c'est étrange d'avoir décroché l'argent lors du précédent Euro et cette fois ne pas être en finale. Mais c'est ainsi. Je ne savais que je n'étais pas dans la même forme qu'à Glasgow, mais je voulais prendre le risque et participer. Je n'ai tout simplement pas encore la forme pour atteindre la finale", reconnait-elle. "J'avais vraiment dû donner beaucoup en séries pour atteindre les demi-finales et mon corps n'est pas encore habitué à faire deux courses difficiles en une journée. Après 200 mètres, j'ai senti que ça commençait à devenir difficile. Mon chrono était décevant, mais je peux aussi tirer des choses positives." Bolingo a connu une longue période avec des douleurs persistantes au tendon d'Achille. "Je ressens une amélioration. C'est un processus et tout n'est pas encore parfait. Il s'agit maintenant de préparer l'été, la base est posée, car j'espère me qualifier pour Tokyo aussi sur 400m individuel." (Belga)