Walker, 48e mondial, s'est offert à 37 ans son premier titre majeur, devant l'Australien Jason Day, N.1 mondial et tenant du titre, pour rejoindre le club des vainqueurs inattendus d'un tournoi du Grand Chelem. Walker, un Texan passionné d'astronomie et de photographies d'étoiles, s'est imposé avec une carte finale de 67, soit trois coups sous le par, et un score de 266 (-14), soit un coup de moins que Jason Day (267). Thomas Pieters est 86e. Avant son triomphe de dimanche, Walker affichait pour meilleur résultat dans un tournoi majeur une 7e place remontant à l'édition 2014 de ce PGA Championship, l'année où il s'est révélé avec trois titres en quatre mois. Sa saison 2016 était jusque là largement décevante avec des cuts manqués lors de l'US Open et du British Open. Mais alors que la hiérarchie mondiale est nettement dominée par le trio Jason Day, Jordan Spieth et Rory MacIlroy, aucun de ces cadors ne s'est imposé en Grand Chelem en 2016. Le Championnat PGA a souri à un outsider, jamais sacré à ce niveau, comme, avant lui, le Masters en avril (Danny Willet), l'US Open en juin (Dustin Johnson) et le British Open mi-juillet (Henrik Stenson). "Je suis bien sûr déçu, mais je n'ai pas abordé ce tournoi avec la meilleure préparation, je suis donc plutôt content de ma semaine et de mon jeu", a insisté Day, 28 ans, qui a conforté sa première place au classement mondial. Spieth, qui avait remporté le Masters et l'US Open en 2015, s'est contenté de la 13e place, tandis que McIlroy n'a pas franchi le cut (274). Thomas Pieters, un anversois de 23 ans qui avait atteint le cut à l'occasion de son premier "major", s'est lui classé 86e à l'issue d'un 4e tour en 74 coups où il a concédé un triple bogey au 5e trou. Mais il a aussi réussi deux birdies par la suite. Pieters, comme Nicolas Colsaerts, est engagé au tournoi olympique de Rio qui se disputera du 11 au 14 août. (Belga)

Walker, 48e mondial, s'est offert à 37 ans son premier titre majeur, devant l'Australien Jason Day, N.1 mondial et tenant du titre, pour rejoindre le club des vainqueurs inattendus d'un tournoi du Grand Chelem. Walker, un Texan passionné d'astronomie et de photographies d'étoiles, s'est imposé avec une carte finale de 67, soit trois coups sous le par, et un score de 266 (-14), soit un coup de moins que Jason Day (267). Thomas Pieters est 86e. Avant son triomphe de dimanche, Walker affichait pour meilleur résultat dans un tournoi majeur une 7e place remontant à l'édition 2014 de ce PGA Championship, l'année où il s'est révélé avec trois titres en quatre mois. Sa saison 2016 était jusque là largement décevante avec des cuts manqués lors de l'US Open et du British Open. Mais alors que la hiérarchie mondiale est nettement dominée par le trio Jason Day, Jordan Spieth et Rory MacIlroy, aucun de ces cadors ne s'est imposé en Grand Chelem en 2016. Le Championnat PGA a souri à un outsider, jamais sacré à ce niveau, comme, avant lui, le Masters en avril (Danny Willet), l'US Open en juin (Dustin Johnson) et le British Open mi-juillet (Henrik Stenson). "Je suis bien sûr déçu, mais je n'ai pas abordé ce tournoi avec la meilleure préparation, je suis donc plutôt content de ma semaine et de mon jeu", a insisté Day, 28 ans, qui a conforté sa première place au classement mondial. Spieth, qui avait remporté le Masters et l'US Open en 2015, s'est contenté de la 13e place, tandis que McIlroy n'a pas franchi le cut (274). Thomas Pieters, un anversois de 23 ans qui avait atteint le cut à l'occasion de son premier "major", s'est lui classé 86e à l'issue d'un 4e tour en 74 coups où il a concédé un triple bogey au 5e trou. Mais il a aussi réussi deux birdies par la suite. Pieters, comme Nicolas Colsaerts, est engagé au tournoi olympique de Rio qui se disputera du 11 au 14 août. (Belga)