Et c'est justement dans le même temple du Spirou Basket, mais cette fois sans public, que le Bruxellois va reprendre le collier ce samedi 20 mars, lors d'un gala qui ne comprendra pas moins de seize combats Elites. En sa qualité de champion du monde, il est toutefois interdit à Merhy de disputer un combat à enjeu avant d'avoir rencontré son challenger officiel, le Cubain Yuniel Dorticos (35 ans, 24 victoires, dont 22 avant la limite, 2 défaites). Il devra donc se contenter de livrer six rounds de démonstration contre son très coriace partenaire d'entraînement congolais Youri "El Toro" Kalenga, candidat au titre WBC francophone (contre un Ukrainien le 24 avril en Pologne). Mais connaissant Kalenga, il ne va certainement pas se retenir sous prétexte qu'il ne s'agira pas d'un "vrai" combat". De plus et cela tombe bien, il est l'un de ceux ayant donné le plus de fil à retordre à Dorticos, auquel il avait imposé une longue bataille de dix rounds, en mai 2016 lors d'un championnat WBA interim au Palais des Sports de Paris. Il menait même aux points pour un des trois juges, lorsque l'arbitre américain Raul Caiz Jr avait mis fin au combat. "Sans aucun doute le plus dur de ma carrière", avouait "El Toro", lundi à l'entraînement à la salle du Naja Team à Schaerbeek. "Mais Dorticos, que j'avais poussé dans ses derniers retranchements, doit sans doute dire la même chose. Ryad va être obligé de prendre ce championnat très au sérieux, d'autant qu'il n'a plus boxé depuis longtemps. Son adversaire est en effet vraiment très complet, styliste, mais aussi frappeur et dur au mal. On va devoir beaucoup travailler, mais je compte bien prendre une revanche en contribuant ainsi à la victoire de Merhy..." Alain Vanackère, le manager du champion WBA, a lui toujours bon espoir d'organiser le championnat en Belgique. Même si les négociations avec Al Aymon, le tout puissant manager de PBC (Premier Boxing Champions), qui gère notamment la carrière de Dorticos, n'ont pas abouti. "On est donc passé à la phase enchères", explique Vanackère, "en espérant une issue favorable. L'objectif, c'est de monter l'événement au Stade Roi Baudouin, le samedi 19 juin devant un public de quatre mille personnes, 73 ans après le championnat d'Europe victorieux de Cyrille Delannoit contre Marcel Cerdan, la légende du sport français, le 23 mai 1948 devant plus de vingt mille spectateurs au Heysel. Mais pour cela il faut donc gagner ces enchères. Je suis cependant assez optimiste à ce propos, vu que je bénéficie heureusement entre autres, du très efficace soutien de la Ville de Bruxelles...", conclut Alain Vanackère. (Belga)

Et c'est justement dans le même temple du Spirou Basket, mais cette fois sans public, que le Bruxellois va reprendre le collier ce samedi 20 mars, lors d'un gala qui ne comprendra pas moins de seize combats Elites. En sa qualité de champion du monde, il est toutefois interdit à Merhy de disputer un combat à enjeu avant d'avoir rencontré son challenger officiel, le Cubain Yuniel Dorticos (35 ans, 24 victoires, dont 22 avant la limite, 2 défaites). Il devra donc se contenter de livrer six rounds de démonstration contre son très coriace partenaire d'entraînement congolais Youri "El Toro" Kalenga, candidat au titre WBC francophone (contre un Ukrainien le 24 avril en Pologne). Mais connaissant Kalenga, il ne va certainement pas se retenir sous prétexte qu'il ne s'agira pas d'un "vrai" combat". De plus et cela tombe bien, il est l'un de ceux ayant donné le plus de fil à retordre à Dorticos, auquel il avait imposé une longue bataille de dix rounds, en mai 2016 lors d'un championnat WBA interim au Palais des Sports de Paris. Il menait même aux points pour un des trois juges, lorsque l'arbitre américain Raul Caiz Jr avait mis fin au combat. "Sans aucun doute le plus dur de ma carrière", avouait "El Toro", lundi à l'entraînement à la salle du Naja Team à Schaerbeek. "Mais Dorticos, que j'avais poussé dans ses derniers retranchements, doit sans doute dire la même chose. Ryad va être obligé de prendre ce championnat très au sérieux, d'autant qu'il n'a plus boxé depuis longtemps. Son adversaire est en effet vraiment très complet, styliste, mais aussi frappeur et dur au mal. On va devoir beaucoup travailler, mais je compte bien prendre une revanche en contribuant ainsi à la victoire de Merhy..." Alain Vanackère, le manager du champion WBA, a lui toujours bon espoir d'organiser le championnat en Belgique. Même si les négociations avec Al Aymon, le tout puissant manager de PBC (Premier Boxing Champions), qui gère notamment la carrière de Dorticos, n'ont pas abouti. "On est donc passé à la phase enchères", explique Vanackère, "en espérant une issue favorable. L'objectif, c'est de monter l'événement au Stade Roi Baudouin, le samedi 19 juin devant un public de quatre mille personnes, 73 ans après le championnat d'Europe victorieux de Cyrille Delannoit contre Marcel Cerdan, la légende du sport français, le 23 mai 1948 devant plus de vingt mille spectateurs au Heysel. Mais pour cela il faut donc gagner ces enchères. Je suis cependant assez optimiste à ce propos, vu que je bénéficie heureusement entre autres, du très efficace soutien de la Ville de Bruxelles...", conclut Alain Vanackère. (Belga)