C'est le genre de match qu'on prépare en se disant qu'on va probablement encore prendre une casquette. Et ça n'aurait même rien de honteux, car le tirage au sort de cette Ligue des Champions n'a pas gâté Anderlecht : Arsenal, Dortmund et Galatasaray au menu. Difficile de faire plus copieux.

Les Mauves ont commencé par prendre un bon point en Turquie avant de rendre les armes sur leur terrain, deux fois d'affilée : 0-3 contre les Allemands puis 1-2 face aux Anglais. Et donc, on leur donne peu de chances quand ils partent à Londres quelques jours plus tard. Après une heure, on est même certain que cette campagne va être un nouveau fiasco. Parce qu'en plus d'être moins forts, les Bruxellois ont fait de cette soirée une distribution de cadeaux. D'abord un penalty inutile commis par Chancel Mbemba dans la foulée d'une erreur de jeunesse signée Youri Tielemans. Ensuite une faute d'un Anthony Vanden Borre complètement dépassé par Alexis Sanchez, provoquant un coup franc dangereux. Enfin une bête perte de balle de Sacha Kljestan, en manque complet de rythme mais subitement catapulté dans l'équipe pour remplacer Steven Defour, blessé. Faites le compte : avant la 60e minute, c'est 3-0 et ça ne se discute pas.

Et c'est là que le miracle se met en route. La remontada mauve. Avec douze complices : onze Gunners candides et trop sûrs d'eux, et un arbitre français. D'abord, cet arbitre accorde un but à Vanden Borre, pourtant hors-jeu. Puis un penalty cadeau quand Aleksandar Mitrovic s'écroule dans la surface - Tielemans veut le botter, mais Olivier Deschacht passe le ballon à Vanden Borre, qui va au bout des choses. Et, en toute fin de match, Mitrovic place sa tête pour arracher un point tout à fait inespéré. Le lendemain, la presse belge titre sur "le miracle de Londres". Les gars d'Arsène Wenger sont dépités. La bande à Besnik Hasi se met à rêver d'une poursuite du parcours européen après l'hiver. Elle y parviendra. Pour se faire éjecter bêtement de l'Europa League par un adversaire bien moins costaud, le Dynamo Moscou.

Feuille de match

Buts : Arteta (penalty) 25e, Sanchez 29e, Oxlade-Chamberlain 58e, Vanden Borre 61e, Vanden Borre (penalty) 73e, Mitrovic 90e

Arsenal : Szczensy, Chambers, Mertesacker, Monreal, Gibbs, Ramsey, Cazorla, Arteta (Flamini), Oxlade-Chamberlain (Rosicky), Welbeck (Podolski), Sanchez

Anderlecht : Proto, Vanden Borre, Mbemba (Dendoncker), Deschacht, Acheampong, Kljestan, Praet, Tielemans, Najar, Cyriac (Mitrovic), Conté (Kawaya)

Emirates Stadium, Londres (Angleterre)

Ligue des Champions, phase de groupes

4 novembre 2014

C'est le genre de match qu'on prépare en se disant qu'on va probablement encore prendre une casquette. Et ça n'aurait même rien de honteux, car le tirage au sort de cette Ligue des Champions n'a pas gâté Anderlecht : Arsenal, Dortmund et Galatasaray au menu. Difficile de faire plus copieux.Les Mauves ont commencé par prendre un bon point en Turquie avant de rendre les armes sur leur terrain, deux fois d'affilée : 0-3 contre les Allemands puis 1-2 face aux Anglais. Et donc, on leur donne peu de chances quand ils partent à Londres quelques jours plus tard. Après une heure, on est même certain que cette campagne va être un nouveau fiasco. Parce qu'en plus d'être moins forts, les Bruxellois ont fait de cette soirée une distribution de cadeaux. D'abord un penalty inutile commis par Chancel Mbemba dans la foulée d'une erreur de jeunesse signée Youri Tielemans. Ensuite une faute d'un Anthony Vanden Borre complètement dépassé par Alexis Sanchez, provoquant un coup franc dangereux. Enfin une bête perte de balle de Sacha Kljestan, en manque complet de rythme mais subitement catapulté dans l'équipe pour remplacer Steven Defour, blessé. Faites le compte : avant la 60e minute, c'est 3-0 et ça ne se discute pas.Et c'est là que le miracle se met en route. La remontada mauve. Avec douze complices : onze Gunners candides et trop sûrs d'eux, et un arbitre français. D'abord, cet arbitre accorde un but à Vanden Borre, pourtant hors-jeu. Puis un penalty cadeau quand Aleksandar Mitrovic s'écroule dans la surface - Tielemans veut le botter, mais Olivier Deschacht passe le ballon à Vanden Borre, qui va au bout des choses. Et, en toute fin de match, Mitrovic place sa tête pour arracher un point tout à fait inespéré. Le lendemain, la presse belge titre sur "le miracle de Londres". Les gars d'Arsène Wenger sont dépités. La bande à Besnik Hasi se met à rêver d'une poursuite du parcours européen après l'hiver. Elle y parviendra. Pour se faire éjecter bêtement de l'Europa League par un adversaire bien moins costaud, le Dynamo Moscou.