"Je ne le soutiendrais plus", a déclaré Ceferin. "Je pense que c'est trop compliqué et, d'une certaine manière, pas correct, car certaines équipes doivent voyager plus de 10.000 km et d'autres 1.000 km, par exemple", a expliqué Ceferin. "Ce n'est pas juste pour les supporters, qui devaient être à Rome un jour et à Bakou quelques jours plus tard, un vol de quatre heures et demie. C'est une idée intéressante, mais difficile à mettre en ?uvre et je ne pense pas que nous le ferons à nouveau." Pour célébrer les 60 ans de la première édition, en 1960, Michel Platini, alors président de l'UEFA, avait eu l'idée, votée par le comité exécutif de l'UEFA en 2012, d'organiser un Euro 2020 itinérant, avec des matchs dans différents pays d'Europe. Treize villes avaient été choisies dans un premier temps. Mais, devant l'impasse du dossier du stade national, l'UEFA avait décidé, en 2017, de retirer les quatre matches qui avaient été attribués à Bruxelles. En avril dernier, c'était l'Irlande qui perdait ses matchs, Dublin refusant de s'engager à accueillir les spectateurs dans les stades. Reporté d'un an en raison de la pandémie de coronavirus, l'Euro 2020 s'est finalement disputé dans 11 pays d'Europe. Ainsi, l'Angleterre, finaliste dimanche contre l'Italie, aura joué six de ses sept matchs dans son stade de Wembley, alors que les Diables Rouges, par exemple, ont voyagé tour à tour en Russie, au Danemark, à nouveau en Russie, en Espagne et en Allemagne. La Suisse a elle joué sa phase de groupes à Rome et en Azerbaïdjan pour ensuite disputer son huitième de finale en Roumanie et son quart en Russie. (Belga)

"Je ne le soutiendrais plus", a déclaré Ceferin. "Je pense que c'est trop compliqué et, d'une certaine manière, pas correct, car certaines équipes doivent voyager plus de 10.000 km et d'autres 1.000 km, par exemple", a expliqué Ceferin. "Ce n'est pas juste pour les supporters, qui devaient être à Rome un jour et à Bakou quelques jours plus tard, un vol de quatre heures et demie. C'est une idée intéressante, mais difficile à mettre en ?uvre et je ne pense pas que nous le ferons à nouveau." Pour célébrer les 60 ans de la première édition, en 1960, Michel Platini, alors président de l'UEFA, avait eu l'idée, votée par le comité exécutif de l'UEFA en 2012, d'organiser un Euro 2020 itinérant, avec des matchs dans différents pays d'Europe. Treize villes avaient été choisies dans un premier temps. Mais, devant l'impasse du dossier du stade national, l'UEFA avait décidé, en 2017, de retirer les quatre matches qui avaient été attribués à Bruxelles. En avril dernier, c'était l'Irlande qui perdait ses matchs, Dublin refusant de s'engager à accueillir les spectateurs dans les stades. Reporté d'un an en raison de la pandémie de coronavirus, l'Euro 2020 s'est finalement disputé dans 11 pays d'Europe. Ainsi, l'Angleterre, finaliste dimanche contre l'Italie, aura joué six de ses sept matchs dans son stade de Wembley, alors que les Diables Rouges, par exemple, ont voyagé tour à tour en Russie, au Danemark, à nouveau en Russie, en Espagne et en Allemagne. La Suisse a elle joué sa phase de groupes à Rome et en Azerbaïdjan pour ensuite disputer son huitième de finale en Roumanie et son quart en Russie. (Belga)